Djemila Benhabib, persona non grata?

<div>
	Mme Benhabib n’a pas voulu commenter hier les propos du maire de Saguenay, Jean Tremblay.</div>
Photo: La Presse canadienne (photo)
Mme Benhabib n’a pas voulu commenter hier les propos du maire de Saguenay, Jean Tremblay.

Saint-Jérôme — Puisqu’elle est Algérienne, qu’elle fait partie de « ces gens-là » qui ne sont pas nés au Québec, Djemila Benhabib ne devrait pas se mêler de politique et de laïcité : c’est là l’explosive opinion exprimée mercredi par le maire de Saguenay, Jean Tremblay, et en partie cautionnée par son collègue de Trois-Rivières. Un rappel que le débat sur les accommodements raisonnables n’est pas terminé, ont réagi plusieurs.

« Le débat n’a pas eu lieu après la commission Bouchard-Taylor, et ça fait en sorte qu’on en arrive aujourd’hui avec des commentaires comme ceux-là, carrément xénophobes », a déploré François Rocher, professeur de science politique à l’Université d’Ottawa et spécialiste des questions d’ethnicité et de citoyenneté.


En entrevue avec Paul Arcand le matin, Jean Tremblay s’est livré à une charge vitriolique contre la candidate péquiste et le projet de charte de la laïcité du Parti québécois, présenté la veille.


Sous cette charte, qui prône la neutralité de l’État en matière religieuse et l’égalité absolue entre hommes et femmes, le maire Tremblay ne pourrait plus commencer les réunions de son conseil municipal par une prière. Mais ce n’est pas tant les dispositions du projet péquiste qui le dérange que le fait que ce soit cette candidate qui l’a présenté - une intellectuelle laïque, favorable notamment au retrait du crucifix à l’Assemblée nationale.


« Ce qui me choque, c’est de voir que nous, les mous Canadiens français, on va se faire dicter comment se comporter par une personne qui arrive d’Algérie. On n’est même pas capable de prononcer son nom », a lancé M. Tremblay.


Confronté par l’animateur - qui lui a fait répéter les trois syllabes de Benhabib et lui a rappelé son parcours -, le maire a soutenu que celui-ci « n’a pas compris leur système. Ils sont en train de gruger tranquillement, avec un beau langage, tout tranquillement. On commence par la prière à l’hôtel de ville […], ensuite on va enlever les objets religieux, après on va enlever les croix dans les villes, après ça on va aller dans les écoles… Ils vont faire disparaître la religion et la culture partout, vous vous rendez pas compte de ça », estime-t-il.


Quand Paul Arcand lui a fait remarquer que de tels propos le feraient passer pour quelqu’un de raciste, Jean Tremblay a soutenu qu’il ne l’était « pas du tout. Je n’aime pas que ces gens-là viennent ici et nous établissent leurs règles. Qu’on aille toucher à leurs règles ! Elle est de quelle religion, elle ? On ne le sait pas », a lancé le maire en parlant de l’auteure de Ma vie à contre-Coran. Il s’est aussi montré inquiet de voir Mme Benhabib être élue. « Je les vois aller, là. Elle va arriver au Parlement, et le Parlement, ça applaudit ça. Je les vois faire. »


Plus tard dans la journée, M. Tremblay en a rajouté dans différentes entrevues, maintenant chaque fois la même ligne. Et selon le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque - qui s’est lui aussi battu pour le droit à la prière à l’Hôtel de Ville -, les propos de M. Tremblay sont partagés largement.


M. Tremblay va « parfois un peu loin », a commenté M. Lévesque au 98,5 FM. Mais « ça donne un portrait de la situation [de ce que] la majorité des gens pensent de façon silencieuse au Québec par rapport à la charte », estime-t-il.


Concernant la candidature de Mme Benhabib dans Trois-Rivières, le maire a indiqué « qu’elle a droit à son opinion est c’est correct ». Mais selon lui, la « masse silencieuse du PQ est un peu offusquée de la situation ». « Beaucoup d’amis militants, des pures laines depuis longtemps, sont attristés de voir qu’on a parachuté quelqu’un de l’extérieur pour les représenter, alors qu’il y avait des candidats de la région. » M. Lévesque a fait part de son appréciation pour les libéraux en cours d’entrevue.


Des propos qui font dire au professeur Rocher qu’« on continue à stigmatiser publiquement des gens issus des communautés culturelles, à qui on dit ici essentiellement qu’ils n’ont pas à participer au débat public qui touche l’ensemble des Québécois. C’est, disons poliment, regrettable. »


Inacceptable


Les commentaires de Jean Tremblay ont suscité beaucoup de réactions et de commentaires - notamment dans les médias sociaux. La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a été une des premières à dénoncer la sortie du maire de Saguenay. « C’est complètement inacceptable et irresponsable, a-t-elle dit. Il devrait s’en excuser. Ça démontre qu’il a une complète méconnaissance du cheminement de Mme Benhabib, dont l’intégration à la société québécoise est exemplaire. »


Questionnée à savoir si M. Tremblay pouvait exprimer tout haut ce que plusieurs Québécois pensent en région, Mme Marois a affirmé que non. « Je ne crois pas, ce n’est pas ce que j’entends sur le terrain. Mardi soir à Shawinigan, nous avions une salle enthousiaste, dont des citoyens qui viennent de l’arrière-pays, et ils se sont levés spontanément pour accueillir Mme Benhabib. Pour moi, c’est significatif de ce que sont les Québécois. »


Pour le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, « M. Tremblay a dérapé […] et devrait s’excuser ». « Je pense que la candidate du PQ ne méritait pas de tels propos, a-t-il dit à Montmagny. Tous les Québécois sont égaux doivent être traités de la même façon. »


Le chef caquiste dit avoir été particulièrement choqué par l’expression « ces gens-là », utilisée par le maire Tremblay. « Comme si Mme Benhabib n’était pas une Québécoise comme les autres. Je pense que c’est une Québécoise, et en plus elle prône la laïcité. C’est une attaque qui n’était pas méritée. »


M. Legault estime que ce type de controverse éclate parce que les accommodements raisonnables ne sont pas bien balisés. Il a déploré que M. Charest ait créé la commission Bouchard Taylor, « mais n’ait pas donné suite à ses recommandations, sauf pour les personnes qui ont un voile intégral [par le projet de loi 94, que M. Charest a promis de déposer de nouveau]. »


Amir Khadir non plus ne «reconnait pas le Québec dans les propos de M. Tremblay, a-t-il dit depuis l’Abitibi-Témiscamingue. «Ça me choquerait s’il y en avait beaucoup ou s’il y avait une influence, mais ce n’est pas le cas. La très grande majorité des Québécois sont très ouverts et conscients qu’une nation moderne se construit de tous les ajouts, et non-renfermée sur une ethnicité définie par le sang».


Mme Benhabib n’a pas voulu commenter hier.


Avec Antoine Robitaille et Marco Bélair-Cirino

86 commentaires
  • Léandre Nadeau - Inscrit 16 août 2012 01 h 02

    Le maire Tremblay devrait se calmer le ponpon

    Le maire Tremblay a tenu des propos racistes, démagogiques et insultants envers madame Benhabib. Il m'a fait honte, ainsi qu'à tous les Saguenéens. L'homme qui aime faire ses prières en public a manqué de charité humaine, comme c'est souvent le cas de ces parfaits-là

    • Bernard Leblanc - Inscrit 16 août 2012 08 h 43

      Je vous proposes de lire le commentaire de Réal Giguère du 16 août à 08 h 05 intitulé :«En Algérie....»:

    • Marie-Michelle Poisson - Inscrite 16 août 2012 12 h 44

      Rappel important
      Un jugement rendu par le Tribunal des Droits de la personne donne entièrement raison au plaignant, M. Alain Simonneau, contre le maire et la municipalité de Saguenay. La juge Michèle Pauzé a en effet ordonné de cesser la récitation de la prière lors de séances du conseil municial et de retirer les symboles religieux de la salle d'assemblée du conseil municial.

      Ce jugement fait suite et complète un premier jugement du genre qui avait été rendu par le même Tribunal contre la Ville de Laval et le maire Vaillancourt concernant la récitation de la prière donnant ainsi raison à la plaignante, Mme Danièle Payette
      L'affaire a donc été entendue par le plus haut tribunal du Québec.
      Maintenant, le Maire Tremblay a souhaité porter cette cause en appel. La cause sera entendue sous peu.
      Si le jugement est maintenu ( et il y a de fortes chances qu'il le soit et je vous invite tous à prendre connaissance de l'ensemble de la preuve au dossier à partir du site du Mouvement Laïque Québécois ) il deviendra extrêmement difficile pour quelque parti que ce soit de justifier une politique, soit le maintient du crucifix à l'assemblée nationale, qui va à l'encontre du respects des articles 3 et 10 de la Charte québécoise des droits et libertés.
      En ce sens Mme Ben Habib a tout à fait raison d'inciter son parti à revoir sérieusement sa position afin de ne pas désavouer l'autorité du Tribunal et la légitimité de la Charte des droits et libertés que nous avons démocratiquement adoptée.

  • Michel Vézina - Inscrit 16 août 2012 03 h 44

    Racisme et regions

    Cette remarque est bien peu etonnante venant du maire de Saguenay! Il represente bien ce que la plupart des gens des regions pensent. Alors que l on se devrair d integrer les neo quebecois, ceux ci iront gonfler la communaute anglophone de Montreal ou ils seront mieux accueillis. Les Quebecois des regions sont ils capables d autres choses que de petitesses et etroitesses d Esprits? J en doute de plus en plus!

    • Martin Gauthier - Inscrit 16 août 2012 08 h 51

      Vous devriez respirer plus doucement m. Vézina. Faire des associations inexistantes ce n'est pas pour aider au débat. Que le maire Tremblay ait son opinion sur le sujet, ça c'est un fait et, de plus il a le droit à sa liberté d'opinion que l'on soit d'accord ou pas avec celle-ci.
      Cependant, prendre un raccourci pour dire une généralité à propos des tous les autres personnes du Québec c'est vraiment peu courtois. Tous les humains que nous sommes réussissons très bien à trouver nos moments de conneries. Alors, quand je croise ces moments chez les autres, ça prend juste un peu d'humilité pour reconnaître que moi aussi je possède cette compétence.

      Bonne journée!

    • Jean-Michel Poirier - Inscrit 16 août 2012 09 h 03

      Franchement M. Vézina, votre commentaire est dès plus insultant et votre généralisation fait preuve d'une telle faiblesse d'esprit. Comment osez-vous affirmer que les gens des régions pensent comme le maire du saguenay. Pour être moi-même une personne de région je peux dire que vous avez totalement tort. J'ai connu des gens de la côte d'ivoire, du Rwanda, de l'Iran, de l'ile de la réunion et j'en passe. Je ne parle même pas du multiculturalisme qui existe à l'université de Rimouski. Je connais même des gens qui ont décidés de rester en région après leur étude au lieu de retourner dans leur pays. Vous devriez présenter des excuses, le racisme n'est pas une exclusivité région.

    • Armand Robitaille - Inscrit 16 août 2012 09 h 15

      M Vézina, vous y allé un peu fort sur la petitesse d'esprit de "ces gens là", des régions, pour paraphraser là là Tremblay.

      On pourrait dire que vous êtes vous-même raciste, mais envers les gens des régions.

      Jean là là Tremblay est unique en son genre. Il serait plus à sa place en curé que comme maire. D'ailleurs je n'arrive pas à comprendre qu'il soit élu maire.

      Vous avez peut-être raison sur un point. Les gens du Saguenay, en votant pour ce clown s'alignent probablement sur ses propos, là là.

      Armand Robitaille St-Jean Port Joli

    • Albert Descôteaux - Inscrit 16 août 2012 09 h 16

      Que connaissez-vous des gens des régions? Apparemment, pas grand chose. Mettre 3 millions de québécois dans le même panier, c'est faire preuve d'une grande ignorance. C'est aussi une belle démonstration de la condescendance typique de biens-pensants montréalais envers ceux qui vivent hors du périmètre plateauesque...

    • Lisa Hamel - Inscrite 16 août 2012 09 h 53

      Mais pourquoi toujours diviser? Les Québécois, qu'ils soient en région ou en ville, sont un grands peuple.

      Le maire a eu l'opportunité pour une tribune, et il l'a pris. Mais il est aussi tombé dans le piège tendu par les médias.

      Car rappelons que Djemila combat elle aussi "ceux venus d'ailleurs qui tentent de nous imposer un code de conduite dans nos institutions". Sans s'en prendre au cher crucifix spécifiquement (contrairement à ce qu'elle fait pour le voile par exemple, qu'elle comdamne très clairement dans ses livres), elle prône simplement le principe de la laïcité de l'État. Donc que la religion soit quelque chose relevant du domaine du privé simplement.

      En d'autres mots, Djemila et le maire disent, à quelques différences près, pratiquement la même chose. Je ne comprends pas pourquoi on veut mettre un conflit en évidence ici, si ce n'est que pour prendre quelques votes à un parti politique ciblé.

    • - Inscrit 16 août 2012 10 h 53

      Rien de plus faux. L'intégration des immigrants est généralement assez difficile pour eux et s'ils choisissent les grandes villes en majorité c'est parce qu'ils y trouvent un bon soutien de la part de membres de leurs communautés - ce qui est plus difficile à trouver en région. La situation est la même dans tout le Canada, où les immigrants se retrouvent en majorité dans le villes.

      Quant à s'intégrer du côté anglophone à Montréal, ça n'a rien à voir avec le fait que les francophones seraient supposément moins accueillants pour les communautés ethniques, ce qui est faux - les anglophones n'étant ni plus ni moins accueillants (ça vaut aussi ailleurs au Canada). C'est d'abord l'attraction de l'anglais en Amérique du Nord et au Canada d'une part et, d'autre part, bien des immigrants ont déjà des contacts avec la communauté anglophone dans leurs pays d'origine et ces contacts continuent quand ils arrivent ici et vivent dans les grandes villes où ils peuvent trouver du soutien de la part des gens de leurs communautés.

    • André Le Belge - Inscrit 16 août 2012 11 h 19

      @ Lisa Hamel
      Djemila et le maire Tremblay ne disent absolument pas la même chose. L'une aspire a un état lac et l'autre à un état multiconfessionnel avec prépondérance du catholicisme. C'est pas pareil loin de là!

    • Claude Lachance - Inscrite 16 août 2012 13 h 19

      Je ne sais pas si pour les gens du Québec.... mais cherchez là ou des radios poubelles ont leurs cotes d'écoute assez élevées, pour que l'on soit tentés d'y penser...

    • Hélène Paulette - Abonnée 19 août 2012 11 h 25

      J'habites en région... nous fûmes conspués pour un maigre tintamare de 17 personnes, on m'a enjoint à ma Caisse Pop de retirer mon carré rouge, on voudrait mettre Gabriel Nadeau-Dubois en prison et faire venir l'armée à Montréal... Pourquoi? Parce que désinformés par des médias complaisants, ils n'ont aucune idée de la situation: ils n'ont pas encore compris que l'école est laique car il y avait encore des cours de catéchèse l'année dernière; on trouve normal que les garçons décrochent à 16 ans (c'est la loi) pour aller travailler dans une ''shop''. Les filles iront au CEGEP comme ça elles pourront aider le ménage en travaillant à temps partiel; l'Èducation c'est pour ceux qui ont du temps à perdre... Vous imaginez le succès des radios poubelles près de chez nous.... Oui il faut du courage pour en parler et si on attends le bon moment, on en parlera jamais!

  • Yves Côté - Abonné 16 août 2012 03 h 48

    Jean Tremblay est raciste...

    Jean Tremblay montre deux choses par ses propos.
    La première, qu'il est raciste.
    La deuxième, soit qu'il n'a même pas assez de bon sens logique pour se rendre compte qu'il est raciste, soit qu'il tente de tromper ses électeurs sur le sens du mot...
    Libérons-nous des Libéraux le 4 septembre et dès lors, remplacés par de plus compétents et propres qu'eux, les choses commenceront tout de suite à mieux marcher.
    Votons pour les candidats qui présentent au peuple leurs preuves d'intégrité, de compétences et d'ouverture d'esprit. Et cela, peu importe leur étiquette partisane.
    Si nous reprenons les mêmes pour nous gouverner, une chose est certaine : leurs manigances redoubleront. Faisons le ménage et montrons que le peuple du Québec se trouve bien au-dessus de toutes les petites combines politiciennes.

    Vive le Québec libéré de celles et ceux qui en avilissent sans cesse plus son destin !

    • Huguette Marchand - Inscrite 16 août 2012 15 h 30


      Je regrette, mais le maire Tremblay n'est pas raciste, il sait accueillir des immigrés dans son milieu, mais des immigrés qui sauront s'adapter en connaissant d'abord ce qu'est le Québec,les racines du Québec, et ce qui nous a faconnés comme peuple venant de nos ancêtres, , venus de l'europe , surtout de la France.

      Jacques Cartier a planté une croix à Gaspé, et qu'on se souvienne de jeanne-Mance, de Marguerite Bourgeois, de Marguerite d'Youville qui ont su nous apporter l' Évangile intégrée dans nos institutions, les hopitaux, l' éducation, bref, ces personnes on largement contribué au bien-être de notre peuple par l'Évangélisation qui a eu pour effet de donner de la dignité à la personne humaine, et c'est de là que nous prenons le fondement de notre foi.

      Si madame Benhabib connaissait si bien le Québec, comme le dit Pauline Marois, elle aurait dû connaître au moins un peu mieux notre histoire, celle qui a fait nos racines et que le fait de ne pas tenir compte de ce que nous sommes comme peuple, nous blesse beaucoup il va s'en dire' et que si nous perdons nos racines nous deviendrons un peuple qui subira le même sort qu'un arbre dont nous avons coupé les racines.

      Voilà le danger qui nous menace et qui donne raison au maire Tremblay de dire haut et fort ce q'une grande partie de la population pense tout bas. pour sauvegarder notre patrimoine religieux.

    • Hélène Paulette - Abonnée 19 août 2012 13 h 48

      Madame Marchand, comme le maire Tremblay vous confondez tout: histoire (Papineau en 1831 a demandé la séparaton de l'État et de l'Église, Champlain était protestant), culture , institutions et religion. C'est pour cette raison, madame, qu'il est grand temp qu'on adopte une charte pour bien baliser tout ça!

  • Nasser Boumenna - Abonné 16 août 2012 05 h 31

    laïcité

    Comme je fais partie de ces gens là, installé au Québec depuis une éternité, je me permets de rappeler au bouillant maire de Saguenay que le débat sur le crucifix ne date pas de l'arrivée de Djemila Benhabib sur la scène politique. Peut-être faudrait-il qu'il relise une histoire du Québec des derniers cinquante ans. D'un autre côté, était-ce judicieux du PQ, stratégiquement parlant, de laisser Madame Benhabib être la porte-parole de la question de la laïcité, j'en doute, même si, sur le principe, n'importe lequel de ses candidats aurait pu le faire.

    • Eric Harvey - Inscrit 16 août 2012 10 h 52

      au contraire! Je crois que l'idée que madame Benhabib soit la porte parole de la question de la laïcité, vu son histoire personelle, est un merveilleux symbole!

  • Rafik Boualam - Inscrit 16 août 2012 06 h 09

    Innocent

    Les commentaires de cet urluberlu sont moyennageux et rétrogrades. Au fait, ces ancêtres ne viennent-ils pas d'ailleurs...?, de la Corée du nord peut-être. Bref, nous avons eu une semaine trés relevée en débat politique. Entre les jeunes de François Legault et les immigrants de Tremblay, il y a de quoi se régaler. Dans deux semaines, j'aurai besoin d'une psychothérapie, si je tiens le coup jusque là.