Sondage Léger Marketing-Le Devoir - La CAQ gagne six points et brouille les cartes

Il fait des vagues jusque dans les sondages : l’arrivée mouvementée de Jacques Duchesneau au sein de la Coalition avenir Québec (CAQ) semble en effet avoir donné une forte impulsion au parti de François Legault. Ce dernier est en hausse de six points par rapport au jour 1 de la campagne électorale, et cette remontée laisse présager d’une véritable lutte à trois d’ici le 4 septembre.

C’est ce que révèle le premier coup de sonde de la campagne de Léger Marketing, réalisé pour Le Devoir entre lundi et mercredi auprès de 1589 répondants. Il accorde une légère avance au Parti québécois (PQ) de Pauline Marois, à 32 %, un point devant les libéraux de Jean Charest (31 %). La CAQ se situe maintenant à 27 %. Québec solidaire est à 6 %, devant Option nationale et le Parti vert (2 % chacun).


Le sondage précédent de Léger, publié dans Le Journal de Montréal le 1er août (lors du déclenchement de la campagne), accordait 33 % des intentions de vote au PQ, 31 % au PLQ et 21 % à la CAQ. Le président de la firme, Jean-Marc Léger, estime que « la remontée de la CAQ [qui retrouve ses appuis du mois de février] est liée au bon début de campagne de M. Legault, mais surtout à l’effet de la candidature de Jacques Duchesneau », confirmée la fin de semaine dernière. L’arrivée du médecin Gaétan Barrette comme candidat a aussi pu jouer positivement, pense M. Léger. Chose certaine, « la CAQ a donné le ton de la première semaine, dit-il. Et il faudra maintenant nourrir la montée. »


Pour le moment, tous les indicateurs sont bons pour la nouvelle formation : 35 % des gens estiment que c’est le parti qui « incarne le plus le changement » (plus de 20 points devant le PQ et les libéraux), et une personne sur quatre juge que François Legault « a fait jusqu’à présent la meilleure campagne » (Mme Marois et M. Charest sont six et sept points derrière - alors que 35 % des gens n’ont pas d’avis sur la question).


Pour les libéraux, les nouvelles sont au contraire plutôt sombres : si le parti maintient son niveau d’appui général, il essuie un recul important dans le vote francophone, crucial à l’élection de tout gouvernement. Il y a dix jours, 24 % des francophones disaient vouloir voter libéral ; ils sont désormais 18 %. C’est la CAQ (de 24 % à 31 % aujourd’hui) qui récupère ces appuis, alors que le PQ demeure en tête à 39 %. Les libéraux doivent leur maintien général à une progression de leurs appuis chez les non-francophones (81 %).


Selon Jean-Marc Léger, cette répartition donnerait donc un gouvernement péquiste minoritaire (avec la balance du pouvoir à la CAQ), puisque les « libéraux perdraient des sièges francophones ». Mais elle signifie surtout qu’il y a « une vraie campagne, de vraies luttes et que tout est imprévisible », dit-il. L’hypothèse d’un gouvernement minoritaire est jugée une bonne chose par 41 % des répondants, alors que 43 % estiment que ce serait une « mauvaise chose ».

 

Québec et le 450


L’échantillonnage important du sondage (près de 50 % de plus que pour les sondages habituels) permet une ventilation plus précise des résultats par région. Il en ressort que la campagne va vraisemblablement se jouer dans la région de Québec et les couronnes nord et sud de Montréal (le « 450 »).


À Québec, les libéraux ont perdu 10 points dans la première semaine de la campagne, encore là tout au profit de la CAQ (+ 11 %). C’est donc maintenant la CAQ qui domine avec 37 % d’appuis, contre 27 % pour les libéraux et 24 % pour le PQ. Dans le reste du Québec, le PQ mène le bal (38 %) devant les libéraux (28 %) et la CAQ (27 %).


Sur l’île de Montréal, les libéraux se situent à 40 %, 15 points devant les péquistes. La CAQ ne trouve là que 14 % d’appuis, alors que les solidaires sont à 12 %. La lutte déterminante se fera plutôt en banlieue : la Coalition domine légèrement la région du 450, avec 34 % des intentions de vote, quelques points devant le PQ (32 %) et le PLQ (29 %). Considérant la marge d’erreur plus grande de ces échantillons, tout le monde est à égalité.


La firme de sondage a par ailleurs demandé aux répondants quel serait leur deuxième choix s’il ne pouvait voter pour leur parti préféré. Et c’est la CAQ qui serait le « meilleur deuxième » avec 26 % d’appuis, devant le PQ (13 %), Québec solidaire (11 %), les libéraux et Option nationale (7 % chacun). La CAQ trouve la majorité de ces appuis de deuxième choix chez les électeurs libéraux (un sur deux opterait pour la CAQ en deuxième choix). Les électeurs péquistes seraient 28 % à voter CAQ, alors que 22 % choisiraient Québec solidaire. Les électeurs de la CAQ choisiraient quant à eux le PQ (29 %) avant le PLQ (23 %).


La lecture du sondage indique autrement que 70 % des répondants (dont les deux tiers du groupe des 18-24 ans) ne souhaitent pas que les étudiants tiennent des manifestations durant la campagne électorale (24 % y sont favorables). Mais si les étudiants manifestent, c’est le PQ (32 %) et les libéraux (30 %) qui pourraient le plus en tirer profit, estiment les personnes sondées. La CAQ a peu à gagner et peu à perdre d’une telle situation (6 %).


***

 

Méthodologie

L’étude a été réalisée par Internet auprès de 1589 personnes de 18 ans et plus, réparties dans toutes les régions du Québec, du 6 au 8 août 2012. Par comparaison, un échantillon probabiliste de 1589 répondants aurait une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20.

Les données finales du sondage ont été pondérées à l’aide des données du recensement de 2011 selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, le degré de scolarité, la composition du foyer (avec ou sans enfant) et la région, de façon à garantir un échantillon représentatif de la population québécoise.

Les répondants de cette étude ont été sélectionnés aléatoirement à partir du panel Internet LégerWeb, comprenant 185 000 ménages au Québec, selon un procédé de stratification des listes d’invitation assurant la représentativité optimale des répondants. Les panélistes ont été recrutés aléatoirement à partir des enquêtes téléphoniques de Léger.   



 

À voir en vidéo