Cinq congés payés pour les parents d'enfants de moins de six ans, promet Legault

Coteau-du-Lac – François Legault promet un congé payé de cinq jours par année à tous les parents d’enfants de moins de 6 ans pour leur permettre de «répondre à leur obligation parentale».

Affirmant être «le parti des familles de la classe moyenne», la CAQ mise sur des mesures populaires depuis deux jours. Après les réductions d’impôts d’hier, il a annoncé ce mercredi matin une révision des normes du travail pour offrir aux parents de meilleurs aménagements de conciliation famille-travail.

«Ce n’est pas facile de concilier notre travail et s’occuper des enfants», a dit François Legault d’un ton compréhensif dans un parc de Coteau-du-Lac en Montérégie. «On pense que les normes du travail au Québec méritent d’être mises à jour. Pendant longtemps, on a eu au Québec des familles où seulement un des deux parents travaillait. Aujourd’hui, dans beaucoup de familles, les deux parents travaillent. Il arrive que des jeunes soient malades et qu’un des deux parents doive s’absenter du travail.»

Les normes du travail prévoient qu’un parent puisse s’absenter 10 jours par année, mais à ses propres frais. Certains employeurs – notamment dans la fonction publique – rémunèrent leurs salariés pour ces journées perdues, mais ce n’est pas la totalité des parents québécois qui peuvent bénéficier de ces mesures, ce qui constitue, selon François Legault, une «injustice». C’est pourquoi il veut généraliser les congés payés pour les parents d’enfants de moins de 6 ans. Ces cinq jours payés sont compris dans les 10 jours prévus par les normes du travail.

«C’est une mesure qui vient rétablir une certaine équité […] Je pense qu’au Québec, en 2012, on devrait, pour tous les parents du Québec, permettre de prendre 5 journées pour s’occuper de son jeune enfant et être payé.»

Cette mesure toucherait 350 000 parents qui ne bénéficient pas de journées payées pour prendre soin de leur enfant lorsqu’il est malade. Le coût de cette mesure est évalué à 350 millions de dollars, mais ce seraient les entreprises qui prendraient en charge la totalité des coûts.

Selon Legault, les entreprises ont démontré une «certaine ouverture» à cette nouvelle mesure caquiste mais ne néglige pas la possibilité de se mettre à dos certains entrepreneurs. «C’est possible que certains entrepreneurs trouvent ça un peu difficile […] Mais je fais appel aux entreprises et je suis peut-être le chef qui est le mieux placé pour faire cette demande au monde des affaires.»

Il dit par ailleurs qu’il va compenser, dans une annonce subséquente, les entreprises par des investissements directs.