Charest mettrait fin aux garderies à 7$

Selon le chef libéral Jean Charest, le tarif quotidien d’un service de garde public atteindrait 7,73 $ en 2017-2018.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Selon le chef libéral Jean Charest, le tarif quotidien d’un service de garde public atteindrait 7,73 $ en 2017-2018.

En 2008, les libéraux avaient pris l’engagement électoral de geler les frais des services de garde à 7 $ pendant la durée du mandat. Jean Charest a annoncé que, s’il est reporté au pouvoir, les tarifs seront désormais indexés.

« Nous croyons que c’est une approche qui est juste, qui est raisonnable, et surtout, qui est financièrement accessible pour les jeunes familles du Québec », a fait valoir Jean Charest lors d’une conférence de presse dans une salle du Centre communautaire Raymond Blais. Il était accompagné de la ministre sortante de la Famille, Yolande James, et du député de Lévis, Gilles Lehouillier, et, pour faire image, d’une dizaine de bambins qui jouaient dans un coin de la salle.


Selon les calculs présentés par le chef libéral, à raison d’un taux d’inflation de 2 % par an, le tarif de 7 $ par jour sera porté à 7,14 $ en 2013-2014, pour atteindre 7,73 $ en 2017-2018.


Si les étudiants universitaires, qui doivent assumer une hausse de 82 % sur sept ans, ne bénéficient pas de la même « approche », c’est que le Québec a fait le choix politique « d’appuyer les familles avec enfants », a-t-il dit.


Par ailleurs, Jean Charest a annoncé un engagement d’instaurer une nouvelle mesure pour encourager les entreprises à mettre sur pied des centres de la petite enfance (CPE) en milieu de travail. Ainsi, une entreprise qui ouvrirait un service de garde à 7 $ pour les enfants de ses employés aurait droit à un crédit d’impôt équivalant à 50 % des frais d’exploitation de la garderie. Ces frais s’élèvent à environ un million par an pour une garderie disposant de 80 places. L’entreprise prendrait à sa charge la totalité des coûts d’immobilisation de l’installation, évalués à un million.


Jean Charest a précisé que cette mesure pourrait entraîner la création de 3200 places pendant la durée du mandat, selon les prévisions. Yolande James a indiqué qu’il y avait une forte demande de la part des parents pour obtenir des places en garderie sur les lieux de travail.

 

Politiques familiales


Jean Charest en a profité pour vanter les politiques familiales de son gouvernement, qui y consacre 7 milliards, dont 2,5 milliards pour les services de garde, 2,1 milliards en allocations familiales et 1,7 pour l’assurance parentale, un programme payé par des cotisations versées par les employeurs et les travailleurs. Ainsi, le nombre de femmes avec enfants a augmenté sur le marché du travail, il y a eu une réduction de la pauvreté et l’indice de fécondité est passé de 1,4 à 1,7, a-t-il mentionné.


Ces 3200 places, dont la création dépendra du bon vouloir des entreprises, viennent en sus des autres places promises. Rappelons que des 18 000 places annoncées en 2008, 4300 ne se sont pas encore matérialisées. À ce nombre s’ajoutent les 15 000 places promises dans le budget Bachand de 2011, soit 3500 pour chacune des années en 2012-2013 et 2013-2014, et 4000 pour chacune des deux années suivantes.


C’est par une assemblée partisane à Sainte-Claire dans la circonscription de Bellechasse que Jean Charest a terminé sa journée. Dans son allocution de présentation, la députée sortante de Bellechasse, Dominique Vien, a parlé de la «catastrophe nucléaire» qu’a représentée sa défaite de 2007 et l’élection de l’adéquiste Jean Domingue. Bien qu’elle dise jouir de l’appui de plusieurs maires et de deux préfets de la circonscription, Mme Vien, réélue en 2008, n’est pas assurée de l’emporter, selon certaines sources. Elle affronte l’ex-adéquiste Christian Lévesque, de la Coalition avenir Québec, et Clément Pouliot, du Parti québécois, un ancien président de la Fédération des producteurs de porcs du Québec.

À voir en vidéo