La CAQ courtise les artistes et les souverainistes

En fin de journée, la caravane de la CAQ s’est rendue à Rosemère pour annoncer la candidature de la mairesse Hélène Daneault dans la circonscription de Groulx. François Legault a parlé d’une équipe qui commence à ressembler à un «dream team».
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir En fin de journée, la caravane de la CAQ s’est rendue à Rosemère pour annoncer la candidature de la mairesse Hélène Daneault dans la circonscription de Groulx. François Legault a parlé d’une équipe qui commence à ressembler à un «dream team».

Québec - Annonçant de nouveaux investissements de 100 millions en culture samedi matin, François Legault a clairement tendu la main aux artistes et aux souverainistes, rappelant l’importance de la culture pour une «nation» dont le peuple est si peu nombreux.

«On n’a pas besoin d’être souverainiste pour être amoureux de notre culture, a-t-il soutenu devant la faune touristique matinale sur la Place d’Armes à Québec. Et j’invite ceux qui ont été souverainistes – ou qui le sont encore – à se dire : est-ce qu’on ne serait pas mieux de se concentrer à investir, à développer notre culture plutôt que d’attendre le grand soir de la souveraineté?»

Malgré l’annonce de ce matin, Legault se défend d’aller «chercher le vote des artistes comme d’autres vont chercher le vote des étudiants», faisant ici référence à Pauline Marois qui s’est attaché les services du leader étudiant Léo Bureau-Blouin.

Pour le chef caquiste, la culture est une «source de fierté» et une composante majeure de l’identité québécoise. C’est un «projet rassembleur» nécessaire à la cohésion sociale. Mais c’est aussi «une industrie très payante», qui génère 170 000 emplois et qui s’exporte avec succès.

Développer les arts et la culture


Bien que le parti affirme vouloir couper dans les dépenses étatiques et la bureaucratie, pour «faire le grand ménage», comme le répète son chef, il assure qu’il ne coupera pas dans la culture. «C’est important oui de bien gérer les dépenses de l’État. Mais depuis la création de la Coalition, nous avons toujours dit qu’il y avait deux exceptions : l’éducation et la culture.»

Non seulement il maintiendrait tous les investissements actuels en culture de 770 millions, mais il ajouterait un 100 million supplémentaire: 50 millions pour développer les arts et la culture en milieu scolaire, et un autre 50 millions pour les organismes qui appuient le développement de nouveaux marchés à l’étranger pour les produits culturels québécois.

Nouvelle candidate

Pour défendre la culture, François Legault est allé chercher Claire Samson, une femme qui œuvre dans le milieu des médias depuis 30 ans et qui était, jusqu’à tout récemment, pdg de l’Association des producteurs de films et de télévision du Québec.

Présentant sa candidate dans la circonscription d’Iberville, François Legault a fait un lapsus, la nommant «Claire St-Pierre». C’est la deuxième fois en deux jours qu’il nomme son candidat du nom de famille de l’actuel ministre en poste. Hier, il a présenté son candidat vedette, Dr Barrette, comme étant «Gaetan Bolduc».

Claire Samson a rappelé la nécessité d’initier les jeunes aux produits culturels québécois, car «c’est la clientèle de la culture future, ce sont eux qui vont la façonner au cours des prochaines décennies».

Elle en a profité pour dénoncer la tendance de plus en plus marquée, sur les grands réseaux de télévision québécois, de s’abreuver de concepts venus de l’étranger, visant notamment Le banquier et On connaît la chanson. «Beaucoup d’émissions sont créées ailleurs et adaptées ici. Ce n’est pas malsain, mais il faut que cette tendance soit mieux contrôlée ou renversée de façon à ce que nos concepteurs, nos auteurs, nos réalisateurs et nos artistes puissent aussi développer des concepts originaux.»

Duceppe, Khadir et Duchesneau


François Legault a réagi à la sortie de Gilles Duceppe sur Amir Khadir. «Encore une fois, des chicanes entre souverainistes. […] Je ne pense pas que ce soit de cela dont les Québécois ont envie d’entendre parler.» 

Et faisant référence à l’article du Devoir du matin, qui révélait que c’est la note de 8/10 que Jean Charest s’est attribuée en matière de lutte à la corruption qui a convaincu Jacques Duchesneau de se joindre à la CAQ, François Legault a confirmé en riant qu’il avait reçu «beaucoup d’appels» suite à cette annonce, sans nommer personne. Mais la candidature officielle du chevalier anticorruption devrait être annoncée dimanche matin, alors que la CAQ tiendra un point de presse à St-Jérôme.

En terrain sûr

Le chef caquiste s’est fait invectiver par un passant alors qu’il répondait aux questions des médias anglais: «Tu parles en anglais à Québec, c’est beau ça!» Il s’est ensuite offert un énième bain de foule sur la Place d’Armes où il a serré des mains de touristes. Sur la rue du Trésor, il a tenu à démontrer son réel support à la culture québécoise en achetant une toile à un exposant de rue pour la somme de 20 $. La toile à l’huile représentait le Château Frontenac, où le candidat a «habité» 10 ans alors qu’il siégeait à l’Assemblée nationale.

L’artisan, André Colin, s’est dit impressionné par celui qui veut devenir le prochain premier ministre du Québec. «Ce n’est pas juste pour le 20 $. Mais il a de bonnes idées. Ça travaille dans ma tête», a-t-il dit au Devoir suite au passage de François Legault.

C’est la troisième annonce en quatre jours que François Legault fait à Québec. C’est un terreau fertile pour lui et le chef caquiste ne s’en cache pas. Il a souvent mentionné, au cours des derniers jours, que Québec allait être le « pilier » de sa campagne, car c’était une «région propice aux propositions de la coalition».

Il souhaite donc maximiser ses chances à Québec, région qui vote généralement à droite. L’ADQ y avait fait plusieurs gains en 2007 et les conservateurs y gagnent généralement plusieurs sièges. François Legault espère que l’appui qu’il semble y trouver puisse s’étendre à l’ensemble du Québec. La Coalition Avenir Québec cherche à rejoindre la classe moyenne, celle qui, selon François Legault, paye trop d’impôts pour les services qu’elle reçoit. Au cours des derniers jours, il s’est promené du côté de Trois-Rivières en Mauricie, St-Hyacinthe en Montérégie, de même que dans son comté de L’Assomption dans Lanaudière.

En fin de journée, la caravane de la CAQ s’est rendue à Rosemère pour annoncer la candidature de la mairesse Hélène Daneault dans la circonscription de Groulx. François Legault a parlé d’une équipe qui commence à ressembler à un «dream team». Le chanteur Patrick Bourgeois des B.B. était présent pour encourager son amie et médecin qui se présente aux côtés de François Legault. Il a trouvé intéressantes les propositions de la Coalition en culture, mais s’est bien gardé de donner son appui officiel au parti, affirmant qu’il ne savait pas pour qui il allait voter.

À voir en vidéo