La CAQ promet un médecin de famille à tous d’ici 12 mois

« S’il y a un domaine dans lequel le Québec est lamentable, c’est bien celui de la santé», a lancé François Legault.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir « S’il y a un domaine dans lequel le Québec est lamentable, c’est bien celui de la santé», a lancé François Legault.

Un gouvernement de la CAQ assignerait un médecin de famille à chaque Québécois d’ici un an, a promis le chef de la Coalition, François Legault, hier matin.


« S’il y a un domaine dans lequel le Québec est lamentable, c’est bien celui de la santé, a lancé François Legault. On le sait encore aujourd’hui, on a le quart des Québécois qui n’ont pas de médecin de famille. On a deux sortes de citoyens : ceux qui ont un médecin de famille, et ceux qui sont orphelins. »


Dénonçant le manque de leadership et la désorganisation du Parti libéral en matière de santé au cours des neuf dernières années, le chef de la CAQ maintient que les 8000 médecins omnipraticiens du Québec peuvent suffire à la demande, car « c’est un problème d’organisation. »


Sous un soleil de plomb, dans un stationnement faisant face à l’hôpital Pierre Le Gardeur à Terrebonne, le Dr Gaétan Barrette et le chef de la CAQ ont présenté leur plan pour le système de santé.


« La solution est connue, rappelle François Legault. Tant qu’on n’aura pas donné un médecin de famille à tout le monde, on ne pourra pas régler les problèmes en deuxième et en troisième lignes. Et la solution, ça s’appelle des groupes de médecine de famille.»


Le Dr Barrette, futur ministre de la Santé si la Coalition avenir Québec prend le pouvoir, veut mettre en oeuvre des mesures appliquées ailleurs dans le monde et qui obtiennent, selon lui, du succès. « Les médecins de famille au Québec ont une compétence de classe mondiale. Mais ils sont prisonniers d’un système qui les empêche de travailler. Et le ministre de la Santé n’a jamais pris les décisions nécessaires pour les libérer de leurs entraves. »


Dans un premier temps, il veut embaucher des infirmières en quantité suffisante avec une rémunération adéquate. Dans un deuxième temps, il veut instaurer des accès garantis à des tests diagnostiques, comme l’imagerie médicale, aux patients qui doivent trop souvent attendre plusieurs semaines.


« La façon dont ça fonctionne aujourd’hui, c’est que vous allez voir le médecin, il vous demande un scan. Là, vous partez avec votre requête, vous allez à l’hôpital, l’hôpital vous donne rendez-vous dans trois mois et vous reprenez rendez-vous avec le médecin de famille. Là, vous allez voir le médecin de famille et il va avoir sa place réservée. Vous allez avoir votre scan le jour même ou le lendemain pour revoir votre médecin de famille. »


Ensuite, les médecins spécialistes devraient accorder du temps, chaque semaine et sans délai, à des patients référés par leurs collègues omnipraticiens.


Enfin, le Dr Barrette veut couper dans la paperasse et réviser le concept des activités médicales particulières (AMP) (voir texte ci-dessous) qui oblige les jeunes médecins à assurer une présence à l’hôpital, et déléguer des tâches aux infirmières et aux pharmaciens.


En contrepartie, si la CAQ prend le pouvoir, les médecins de famille seront obligés de prendre en charge entre 1000 et 1600 patients, selon s’ils cumulent cabinet et hôpital. Cela ne signifie pas, selon lui, un travail plus important pour les omnipraticiens, mais bien une meilleure efficacité. Mais cela implique des heures d’ouverture sept jours sur sept jusqu’à 22 h.

 

Réactions


En entrevue au 98,5 FM, le ministre de la Santé sortant, le Dr Yves Bolduc, a qualifié de « simplistes » les propositions de la CAQ. « Si c’était facile, ça fait longtemps qu’on aurait réglé [l’accès aux médecins de famille] », selon lui.


Devant des partisans de la circonscription de Fabre, à Laval, Jean Charest a vilipendé François Legault. « Aujourd’hui, M. Legault parle de santé. Ça nous étonne. Moi, j’aurais cru encore aujourd’hui qu’ils auraient gardé une certaine gêne, Legault et Mme Marois. Ils ont saccagé notre système de santé quand ils étaient là : les mises à la retraite de médecins, d’infirmières. Ils ont fait plus que ça en passant : ils ont coupé les inscriptions dans les facultés de médecine et dans l’enseignement dans nos universités en sciences infirmières et dans les collèges. On en paie encore le prix aujourd’hui. »


Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, estime que le plan de la CAQ poursuit le travail amorcé depuis quelques années, soit prioriser la première ligne. « Il y a encore beaucoup de travail à faire. Tant mieux si on met la médecine de famille au coeur des débats pendant la campagne, et c’est le 5 septembre qu’on voudra voir ce qu’il en est vraiment, peu importe qui sera ministre de la Santé. »


***

Avec Robert Dutrisac

14 commentaires
  • Pierre Brulotte - Inscrit 4 août 2012 07 h 31

    Et comment?

    C'est super, mais comment veulent-ils y arriver? Dans certaines régions, il est difficile de voir un médecin tout court! Sur un autre sujet, ça parait qu'on est en élection, les représentants des partis se mettent à «jouer roff», bientôt, ce sera des attaques directes sur les personnes.

  • Franklin Bernard - Inscrit 4 août 2012 08 h 42

    Charest n'au aucune vergogne.

    «...ils ont coupé les inscriptions dans les facultés de médecine et dans l’enseignement dans nos universités en sciences infirmières et dans les collèges. On en paie encore le prix aujourd’hui. »

    Charest, lui, il ferme carrément la porte de l'enseignement de la médecine aux étudiants à revenus modestes en augmentant indûment les frais de scolarité. Ça, c'est la réalité d'aujourd'hui. Et qu'est-ce qu'il a fait, John James pour redresser la situation de la Santé? Rien. Zéro. Le gaspillage de milliards de dollars dans le système s'aggrave constamment.

    Presque 10 ans que les réactionnaires du PLQ sont au pouvoir, et jamais on n'aura vu un système de santé se détériorer avec une telle ampleur aussi vite.

    Pour ce qui est des plans et promesses de Legault, on sait ce que ça vaut.

  • Carole Dionne - Inscrite 4 août 2012 09 h 45

    Au début

    C'était dans un premier mandat. Puis, dans le même interview de Barrette, c'était changé à 2 1/2 an. Là on est rendu à 12 mois. Avant la fin des élections, grâce à la CAQ, on va tous avoir un médecin. Merci

  • Pierre Germain - Inscrit 4 août 2012 09 h 59

    Rémunération plus raisonnable et plus de médecins

    D’après l’Organisation mondiale de la santé, voici le ratio du nombre de médecins par 1000 habitants dans divers pays industrialisés (ratio entre 3 et 4).

    Australie : 3,0
    Autriche : 4,9
    Danemark : 3,4
    Finlande : 2,9
    France : 3,5
    Allemagne: 3,6
    Islande : 3,7
    Irlande : 3,1
    Italie : 3,5
    Nouvelle-Zélande : 2,7
    Norvège : 4,2
    Portugal : 3,9
    Espagne : 4,0
    Suède: 3,8
    Suisse : 4,1
    Grande-Bretagne : 2,7

    Au Québec, ce ratio n’est que de 2,2. Ce n’est pas en les payant plus qu’on en fera apparaître. La solution réside en une rémunération plus raisonnable pour pouvoir ainsi en former plus. Il est temps aussi de briser leur lobby trop arrogant par lequel les médecins maintiennent leur nombre anormalement trop bas afin de créer une pénurie artificielle les favorisant indûment. Il est temps que le Québec se mette au diapason des autres nations industrialisées.

  • André Michaud - Inscrit 4 août 2012 10 h 21

    Courage

    Voila une solution courageuse qui exigera un ministre qui restera debout devant le lobby des médecins..