Un médecin de famille par Québécois, promet Legault

François Legault a soutenu ce matin que les 8000 médecins omnipraticiens pouvaient suffire à la demande pour offrir un médecin de famille à chaque Québécois.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir François Legault a soutenu ce matin que les 8000 médecins omnipraticiens pouvaient suffire à la demande pour offrir un médecin de famille à chaque Québécois.

Terrebonne — Un gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) assignerait un médecin de famille à chaque Québécois d’ici un an, a promis ce matin le chef de la Coalition, François Legault.

«S’il y a un domaine dans lequel le Québec est lamentable, c’est bien celui de la santé, a lancé François Legault. On le sait encore aujourd’hui, on a le quart des Québécois qui n’ont pas de médecin de famille. On a deux sortes de citoyens: ceux qui ont un médecin de famille, et ceux qui sont orphelins.»

Dénonçant le manque de leadership et la désorganisation du Parti libéral en matière de santé au cours des neuf dernières années, le chef de la CAQ a maintenu que les 8000 médecins omnipraticiens pouvaient suffire à la demande pour offrir un médecin de famille à chaque Québécois.

«On a assez de ressources au Québec. C’est un problème d’organisation qu’on a au Québec. C’est pour cela que la CAQ, et j’en prends un engagement ferme aujourd’hui, va donner à chaque Québécois un médecin de famille.»

Sous un soleil de plomb, dans un stationnement faisant face à l’Hôpital Pierre Le Gardeur à Terrebonne, le Dr Gaétan Barrette et le chef de la CAQ ont estimé que c’est dans les groupes de médecine de famille que réside la solution.

«La solution est connue, rappelle François Legault. Il faut donner au Québec un médecin de famille à tout le monde. Tant qu’on n’aura pas donné un médecin de famille à tout le monde, on ne pourra pas régler les problèmes en deuxième et en troisième lignes. Et la solution, ça s’appelle des groupes de médecine de famille.»

Le Dr Barrette, futur ministre de la Santé si la CAQ prend le pouvoir, veut mettre en œuvre des mesures appliquées ailleurs dans le monde et qui obtiennent, selon lui, du succès. «Les médecins de famille au Québec ont une compétence de classe mondiale. Mais ils sont prisonniers d’un système qui les empêche de travailler. Et le ministre de la Santé n’a jamais pris les décisions nécessaires pour les libérer de leurs entraves.»

C’est ce qu’il veut faire en redonnant des ressources aux médecins de première ligne. Dans un premier temps, il veut mettre des infirmières en quantité suffisante, avec des rémunérations adéquates. Dans un deuxième temps, il veut instaurer des accès à des «plateaux techniques garantis», soit les scans, les investigations, les endoscopies et les tests respiratoires et neurologiques.

«La façon dont ça fonctionne aujourd’hui, c’est que vous allez voir le médecin, il vous demande un scan, là vous partez avec votre requête, vous allez à l’hôpital, l’hôpital vous donne rendez-vous dans trois mois et vous reprenez rendez-vous avec le médecin de famille, a illustré M. Barrette. Là, vous allez voir le médecin de famille et il va avoir sa place réservée. Vous allez avoir votre scan le jour même ou le lendemain pour revoir votre médecin de famille.»

Ensuite, les médecins spécialistes devraient accorder du temps, chaque semaine, à des patients référés par des médecins de famille, affirme le Dr Barrette.

Enfin, il veut couper dans la paperasse et réviser le concept des activités médicales particulières (AMP), reléguant le travail périphérique aux infirmières et aux pharmaciens. Il s’agit d’une mesure mise en place par François Legault lui-même lorsqu’il était ministre de la Santé, en 2002. «C’est une mesure qui a été mise en place par François Legault dans une situation de crise et qui devait être temporaire. [Elle] a pris une mesure démesurée sous un gouvernement libéral et ça ruine la vie professionnelle de la plupart des médecins de famille et ça les empêche de prendre plus de patients», a soutenu M. Barrette.

En contrepartie, les médecins de famille seront obligés de prendre en charge 1000 patients s’ils travaillent en hôpital, et 1600 s’ils ne font pas d’heures dans un hôpital. Cela ne signifie pas, selon lui, un travail plus important pour les omnipraticiens, mais bien une meilleure efficacité. Mais cela implique des heures d’ouverture sept jours sur sept jusqu’à 22 h.

«Avec l’architecture que l’on propose, le Québec est quadrillé par des groupes de médecins de famille qui seront au maximum autonomes. Ce ne sont pas des hôpitaux, ce sont des gens qui ont la compétence pour prendre en charge la population, toutes catégories confondues, a expliqué le Dr Barrette. Ce sont des gens à qui on va donner des ressources de façon formelle pour qu’ils puissent prendre en charge leur population inscrite dans un cadre donné, et ça, dans une mécanique qui inclut les autres professionnels.»

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

12 commentaires
  • Sylvie Breault - Abonné 3 août 2012 15 h 41

    Ministre de la santé?

    Qu'arrivera-t-il s'il est reconnu coupable de lobbying illégal en privatisant certains services de santé? Ça promet...

  • Carole Dionne - Inscrite 3 août 2012 16 h 05

    Menteur-menteur

    Tout pour avoir le pouvoir. Parce que l'on s'appelle Legault ou Barrette, la solution est tout à coup vraie. Un instant, M Legault, on n'est pas des idiotes. Tout le monde peut promettre cela mais... Une autre fois, M Legault

  • Jacques David - Inscrit 3 août 2012 16 h 06

    Rêveries et absurdités

    Que ne ferait-on pas pour accrocher la notoriété personnelle le pouvoir et la galette qui va avec !!!
    Ce future ministre mettrait-il sa tête sur le billot?
    Jamais.
    Sa fortune en jeu?
    Encore moins.
    Chaque Québécois devrait garder une photocopie de cet article pour mesurer plus tard, l'absurdité et la malhonnêteté de tels engagements.

  • Jean-Guy Dagenais - Abonné 3 août 2012 16 h 11

    Je me souviens de Claude Wagner

    Tout d'un coup, en écoutant le Doc Barrette (et maintenant la rumeur Duchesneau) je repense à Claude Wagner la matraque. Il y a de la filiation certaine chez ces deux personnes. Le caractère, le discours, le charisma etc ...

  • Jean Lapointe - Abonné 3 août 2012 16 h 30

    Ministre de la santé ?

    Un ministre de la santé qui ne serait pas favorable à ce que l'amiante soit bannie pour de bon? Est-ce que ce serait un ministre de la santé ou un ministre de la maladie?

    Que les dangers que comporterait l'amiante soient exagérés ou pas, est-ce que par mesure de précaution il ne faut pas l'interdire partout?

    Quant à Legault il a fait une grande trouvaille:

    «La solution est connue, rappelle François Legault. Il faut donner au Québec un médecin de famille à tout le monde. Tant qu’on n’aura pas donné un médecin de famille à tout le monde, on ne pourra pas régler les problèmes en deuxième et en troisième lignes. Et la solution, ça s’appelle des groupes de médecine de famille.»

    C'est comme si ce n'était pas ce qui était visé depuis longtemps.

    C' est incroyable ce qu'il peut parler pour rien dire celui-là.