L'agent officiel de la CAQ démissionne

L’agent officiel de la Coalition avenir Québec (CAQ), Marc Deschamps, vient de remettre sa démission pour ne pas nuire à la campagne de son chef François Legault.

Il s’agit d’une décision commune, a expliqué le chef caquiste qui faisait campagne dans la circonscription de Terrebonne. «La CAQ, contrairement au Parti libéral, n’a pas fait des déjeuners avec la mafia. [...] La Coalition n’est pas comme le PQ qui a été reconnu coupable par le rapport Moisan. Donc la CAQ n’a rien à se reprocher, et ce sera tolérance zéro», assure François Legault.

Dans sa lettre de départ transmise par la CAQ, M. Deschamps souligne que «les perceptions jouent en notre défaveur» puisque «des allégations insidieuses et fausses entourant le rôle que j’aurais joué dans le dossier controversé du Faubourg Contrecœur à Montréal ont refait surface en après-midi, hier».

En effet, Le Devoir a contacté hier la CAQ et a soulevé des questions sur la présence de M. Deschamps au parti compte tenu du thème de la lutte anticorruption mis de l’avant par François Legault. En janvier dernier, Le Devoir avait révélé que M. Deschamps a été mis en cause dans le scandale du Faubourg Contrecœur qui a entraîné l’arrestation de neuf personnes en mai dernier pour abus de confiance.

Marc Deschamps a siégé au comité de sélection mis en place par la Société de développement et d’habitation de Montréal (SHDM) qui a examiné les soumissions des promoteurs désireux de développer le projet immobilier de Faubourg Contrecœur. La firme Construction Frank Catania a été choisie; elle fait face à des accusations tout comme deux de ses dirigeants, Paolo Catania et André Fortin.

La participation de M. Deschamps dans le processus d’octroi d’un important contrat de nature municipale soulève des questions puisqu’il occupait, à cette époque, une double fonction. En effet, il était un officiel au sein du parti du maire de Montréal, Gérald Tremblay (Union Montréal) et travaillait pour la firme Raymond Chabot Grant Thornton qui avait été impliquée dans la transformation de la SHDM contre l’avis des avocats de la Ville de Montréal.

Marc Deschamps se dit «attristé» d’autant plus qu’il affirme n’avoir rien à se reprocher. «Je ne veux pas devenir un objet de distraction et faire dévier le débat sur des allusions non fondées» qui n’ont rien à voir avec la CAQ et son chef, écrit-il.

M. Deschamps quitte donc toutes ses fonctions : agent officiel, secrétaire-trésorier et membre de l’exécutif national de la CAQ. Nicole Savard prend la relève de M. Deschamps à titre d’agent officiel. Ce rôle est central lors d’une campagne électorale. C’est l’agent officiel qui autorise toutes les dépenses effectuées par un parti politique.

Marois réagit

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, n'a pas mis beaucoup de temps pour réagir à la nouvelle. «Il nous a dit hier qu'il avait les mains libres. On se souvient qu'il avait déjà fait des erreurs lorsqu'il avait dévoilé qui avait contribué à son financement. Ils ont dû corriger leur liste, corriger les sommes. Ce matin, une personne qui a un rôle très important dans une formation politique démissionne. Est-ce qu'il n'y a pas un peu d'improvisation de leur part. Je crois que la question se pose», a-t-elle expliqué au cours d'un point de presse à Sorel-Tracy. La chef péquiste a aussi dit qu'elle doutait de la capacité de François Legault à diriger le Québec.


Avec Jessica Nadeau et Alexandre Shields

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

11 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 3 août 2012 11 h 08

    Douter de sa capacité à diriger le Québec!

    Et madame n'est pas la seule à en douter...

    • Louka Paradis - Inscrit 3 août 2012 18 h 33

      En effet, ce ne sera que caquetage et cafouillis si on en juge par ce qu'on a pu observer depuis 1 an. Transfuges, opportunisme, mode de financement plutôt brouillon, slogan plagié, et la cerise sur le sundae, Charles Sirois (l'ancien recruteur des candidats du PLQ) dans les coulisses du caucus caquiste. Non merci ! Pour ce qui est du rapport Moisan, le PQ aurait reçu 96 400 $ entre 1995 et 2000. Des pinottes à côté des millions perdus à cause de la collusion dans l'industrie de la construction, les firmes de génie et la commission Bastarache à 6 millions de $. De plus, ça fait plus de 12 ans et Mme Marois n'était pas la chef du PQ. Cassette et excuse usées à la corde de la part de la CAQ et du PLQ.

      Louka Paradis, Gatineau

  • Yves Claudé - Inscrit 3 août 2012 11 h 23

    Les commanditaires de la CAQ … et leurs intérêts !

    Au delà de cette affaire de M. Marc Deschamps, on peut se demander si les commanditaires de la CAQ, assez discrets derrière l’écran de fumée des vertueux discours de M. Legault, ne seraient pas les mêmes que ceux du PLQ, et n’auraient pas le même intérêt à ce que les élections se tiennent avant les révélations de la Commission Charbonneau ?

    L’avenir pourrait nous apporter des surprises…

    Yves Claudé

  • Pierre Denis - Inscrit 3 août 2012 11 h 49

    Ça commence bien !

    Zéro tolérance à la corruption, vraiment ?
    Avec du Monde comme Charles Sirois dans le background, permettez moi d'avoir mes doutes.

  • Mathieu des Ormeaux - Inscrit 3 août 2012 12 h 02

    Qu'est vraiment la CAQ?

    Après l'anéantissement du Parti Conservateur au Québec, surgit soudainement l'ADQ de Mario Dumont, inconnue et sortie de nulle part. Maintenant la CAQ, qui est une évolution (ou dégénérescence) de l'ADQ, encore avec des commanditaires fantômes, qui vise essentiellement le même électorat.

    Sans vouloir faire de la "théorie du complot", pourrait-il être possible que ce soit une officine d'écran pour le PC?

  • Catherine Paquet - Abonnée 3 août 2012 13 h 05

    Qui est le plus propre?

    François Legault devrait commencer par faire le ménage chez-lui. Et le PQ n'a pas beaucoup de leçons à donner, non plus.