Québec solidaire, le choix de «l’espoir»


	Amir Khadir et Françoise David, le symbolique carré rouge épinglé au corsage, ont lancé hier à Montréal leur campagne électorale.
Photo: - Le Devoir
Amir Khadir et Françoise David, le symbolique carré rouge épinglé au corsage, ont lancé hier à Montréal leur campagne électorale.

Tout comme leur slogan électoral, c’est debout que Françoise David et Amir Khadir ont lancé hier matin la campagne de Québec solidaire (QS).

Avant même que le premier ministre Jean Charest ait lancé officiellement l’appel aux urnes pour le 4 septembre, les deux co-porte-parole du parti de gauche, le symbolique carré rouge épinglé au corsage, ont présenté leur slogan, « Debout ». Ce mot se décline en cinq thèmes : éducation gratuite, protection des ressources naturelles, transports électriques, retraite digne et indépendance du Québec.
 
« C’est un mot bref mais plein de sens », a affirmé Mme David. « Debout comme du bois “ d’boute ”, debout comme tous ceux qui n’ont pas abdiqué », a-t-elle ajouté, qualifiant même le Québec de « rebelle ».
 
À cause des valeurs qu’il véhicule, Québec solidaire croit pouvoir élargir son équipe parlementaire qui compte seulement Amir Khadir (Mercier). Une quinzaine de circonscriptions sont dans la mire du petit parti, qui assure avoir des velléités hors de Montréal. « Si Québec solidaire ne prétend pas pouvoir former le gouvernement, il est nécessaire à l’Assemblée nationale. Si un seul député de Québec solidaire a réussi à faire du brasse-camarade, imaginez ce qu’on pourrait faire avec une équipe de deux, trois ou plus ! » a lancé Mme David qui elle-même brigue les suffrages dans Gouin, une circonscription détenue depuis 2004 par le député péquiste Nicolas Girard.
 
Québec solidaire, qui en est à sa troisième campagne électorale, ne reçoit guère plus de 8 ou 9 % des intentions de vote dans les sondages récents. Malgré tout, Amir Khadir estime que les électeurs peuvent faire le choix de « l’espoir ». Selon lui, si les Québécois se préoccupaient seulement de voter en fonction de la formation d’un gouvernement, « il n’y aurait pas d’évolution et nous en serions encore avec un gouvernement duplessiste ».
 
D’ici une dizaine de jours, Québec solidaire entend présenter le cadre financier de ses engagements. « On a le droit de rêver, mais on sait compter aussi ! » a laissé tomber Françoise David.

Par ailleurs, la tournée dite « nationale » des deux co-porte-parole se résume à huit événements. De plus, le parti a lancé un nouveau site Web construit sur logiciel libre.

À voir en vidéo