L’éducation, une priorité pour Legault

Québec – C’est un discours fortement inspiré par l’éducation et l’économie qu’a livré le chef de la Coalition Avenir Québec pour le lancement officiel de la campagne électorale.

Jean Charest venait à peine de terminer l’annonce des élections que François Legault sortait de son autobus de campagne d’un air résolu, applaudi par une douzaine de candidats qui se sont joints à lui pour enfin lancer la campagne de façon officielle.

Réunis sur la place d’Youville à Québec, sous un soleil de plomb, le chef et ses candidats se sont livrés à une séance de poignées de main auprès de badauds qui lézardaient au soleil. Il se l’est joué «cool» avec de jeunes skateurs qui n’avaient pas l’air impressionnés et qui attendaient son départ pour reprendre possession de leur terrain de jeu.

«Le Québec a rendez-vous avec l’histoire», a-t-il affirmé d’emblée. «Les Québécois ont l’occasion de mettre fin à la domination de deux vieux partis qui ont mené le Québec à l’impasse. Et pendant que les fédéralistes et les souverainistes continuent de se quereller, il y a des problèmes graves qui ne se règlent pas. On a un décrochage qui est inacceptable et au point de vue économique, la réalité c’est que depuis neuf ans, le Québec est passé du quatrième rang des provinces canadiennes au neuvième et une dette qui continue d’augmenter.»

Selon lui, l’éducation est la priorité, suivies par l’économie et la santé. «Je viens d’un milieu modeste, je suis quelqu’un qui a profité du réseau public d’éducation. C’est grâce à l’éducation que j’ai pu être capable d’aller au bout de mes rêves entre autres en créant avec des associés Air Transat. Moi, ce que je souhaite, c’est que tous les jeunes du Québec puissent être capable d’aller au bout de leur potentiel et actuellement je ne peux pas accepter qu’il y ait 20 % des jeunes qui décrochent avant d’avoir fini leur secondaire 5, je ne peux pas accepter qu’on ne soit pas capable de créer des emplois de qualité au Québec, je ne peux pas accepter qu’il y ait 20 % de nos sièges sociaux qui aient quitté le Québec parce qu’il y a un risque réel qu’on ne soit pas capable de garder nos jeunes les plus brillants.»

Il a déjà annoncé ses couleurs sur le conflit étudiant qui sévit toujours, mais aujourd’hui, il s’est permis de lancer un message directement aux étudiants : «Impliquez-vous dans la campagne électorale, allez voter, mais s.v.p., le 15 août, retournez aux études.»

François Legault, qui se définit comme chef du seul vrai parti du changement au Québec, promet de réorganiser les services publics comme les agences de santé et les commissions scolaires, d’alléger le fardeau fiscal et de mettre de l’ordre dans le paysage politique québécois, malmené par les allégations de corruption, le lobbyisme et le financement des partis. «Je pense qu’au Québec, on a besoin d’un gestionnaire pour faire le ménage dans la corruption, la bureaucratie, dans le gaspillage. C’est une première étape qui est nécessaire. Tant qu’on n’aura pas fait ce ménage, c’est difficile de passer à une autre étape et de relancer le Québec, parce qu’actuellement il y a du cynisme incroyable envers la classe politique.»
3 commentaires
  • François Ricard - Inscrit 1 août 2012 18 h 51

    Quellle drôle de priorité

    Une augmentation de 200$ plutôt que de 254$.
    M. Legault a été formé à la même école que M" Charest et travaille pour le même patron. M. Desmarais.

    • Guthreau Michel - Inscrit 1 août 2012 22 h 28

      Le sien c'est Charles Sirois non ? Ils doivent-être invités tous les deux à Sagard!!

  • Gilles Théberge - Abonné 1 août 2012 22 h 39

    L’éducation, une priorité pour Legault

    C'est étrange. Il dit que c'est l'éducation sa priorité. Et sa principale mesure c'est une augmentaton de salaire des enseignants doublé d'un syst^me indéfini de reddition de compte, avec congédiement à la clé... Quelle est au juste sa priorité.

    Et puis fait-il la différence entre éducation et enseignement, ou bien est-ce que dans son esprit les deux sont la même chose ?