Charest est sur le pied de guerre

Jean Charest s’adressant à ses partisans sur un ton enflammé, hier, à Sherbrooke, lors de l’assemblée où il a été investi comme candidat à l’élection prévue le 4 septembre.
Photo: - Le Devoir Jean Charest s’adressant à ses partisans sur un ton enflammé, hier, à Sherbrooke, lors de l’assemblée où il a été investi comme candidat à l’élection prévue le 4 septembre.

Sherbrooke — C’est ce matin que le premier ministre Jean Charest donnera le coup d’envoi des élections générales, conviant les Québécois à un scrutin le 4 septembre. Il réunira d’abord son conseil des ministres pour adopter un décret avant de se rendre chez le lieutenant-gouverneur et lui demander de dissoudre la Chambre. Hier, les partis politiques ont fait leur dernier tour de piste avant le déclenchement des hostilités.

Jean Charest s’est clairement présenté en défenseur de la loi et de l’ordre hier soir, au moment de lancer officieusement, dans sa circonscription, la campagne qu’il entend mener au cours des prochaines semaines pour tenter de ravir un quatrième mandat à titre de premier ministre du Québec. Son discours d’investiture dans Sherbrooke a surtout été l’occasion de défendre à nouveau sa gestion du conflit étudiant tout en attaquant le Parti québécois, qui a selon lui « abdiqué » ses « responsabilités ».


Sans nommer le parti dirigé par Pauline Marois, M. Charest a accusé le Parti québécois d’avoir cédé devant « ceux qui crient le plus fort, ceux qui font du bruit, ceux qui font de l’intimidation et de la violence ». Une attaque directe contre les troupes souverainistes et une partie de la jeunesse québécoise qui a été chaleureusement accueillie par les quelques centaines de militants libéraux présents dans une salle d’hôtel de Sherbrooke. Plusieurs ministres du gouvernement libéral étaient aussi présents pour réserver un accueil triomphal à leur leader.


Selon le premier ministre, la mobilisation étudiante sans précédent du printemps dernier a surtout permis de faire « tomber les masques » et ainsi de démontrer que son parti est le seul en mesure de « faire preuve de conviction et de leadership », et ce, même « devant l’adversité ». « Ce n’est pas tout le monde qui a la même capacité de se tenir debout », a-t-il ajouté. Faisant appel à l’Histoire à plusieurs reprises au cours de son discours, il a soutenu que « le peuple québécois se tient debout depuis Samuel de Champlain ».


Ainsi, le chef libéral estime que la décision d’augmenter de 75 % les droits de scolarité sur une période de cinq ans était en fait une « décision de société ». Selon lui, il ne fait aucun doute que le Québec doit se « battre » pour défendre ses universités et que ce combat passe par une hausse de la contribution étudiante. Il a alors rappelé que lorsqu’il était jeune, tout le monde, dans sa famille, devait « faire sa part » à la maison.


Quelque 150 étudiants ont justement manifesté à Sherbrooke hier, terminant leur marche devant l’hôtel où les libéraux étaient réunis. La présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins, a dit que le gouvernement Charest avait posé un geste « grotesque » en déclenchant des élections « sur le dos d’une crise sociale qu’il a lui-même provoquée ». Elle n’a pas manqué de railler le premier ministre, qui agit aussi à titre de ministre de la Jeunesse au sein du gouvernement. La FEUQ doit d’ailleurs annoncer ce matin ce qu’elle entend faire durant la campagne pour rappeler au gouvernement que cette crise n’a toujours pas été réglée. Mais chose certaine, les associations étudiantes souhaitent que leurs membres se souviennent du « mépris » des libéraux au moment d’aller voter le 4 septembre prochain.


Priorité à l’économie


Répétant encore une fois que son parti a su faire passer le Québec à travers la récente récession mondiale sans trop de mal, Jean Charest a par ailleurs affirmé que la province a obtenu « une meilleure performance que partout dans le monde ». Mais il a aussi rappelé que certaines régions du monde étaient toujours aux prises avec une situation économique difficile, voire « chancelante ». Dans ce contexte, il a dit que les libéraux étaient les seuls à vouloir « créer de la prospérité » afin de « soutenir nos programmes de santé, d’éducation, nos familles, nos aînés ».


Le premier ministre a du même souffle accusé le Parti québécois de mettre de côté l’économie, au profit d’un éventuel référendum sur la souveraineté du Québec. Selon lui, les péquistes souhaitent surtout se « chicaner avec Ottawa ». Les libéraux jugent en outre que les troupes de Pauline Marois sont opposées à son Plan Nord axé sur l’extraction de ressources minérales. Un plan dont on ignore toujours quelles seront les véritables retombées pour le Québec. Et en fait, le PQ ne s’est jamais prononcé contre le programme de développement minier.


Jean Charest a réservé une seule attaque au chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault. Il a ainsi soutenu que ce dernier compte « démanteler Hydro-Québec, les services de garde et les agences de santé ». « La priorité économique de François Legault, c’est le chômage, et en créer le plus vite possible », a-t-il martelé, pour le moins vindicatif.


Puis, sur un ton solennel, M. Charest a souligné que les Québécois seront appelés à faire un « choix sur notre avenir ». Il juge d’ailleurs que la campagne qui devrait s’amorcer aujourd’hui sera « différente » de toutes les campagnes précédentes menées par celui qui espère obtenir un cinquième mandat comme député provincial de la circonscription de Sherbrooke. « C’est une des campagnes qui va peser le plus dans l’histoire du Québec », a-t-il laissé tomber à la fin de son discours, entouré de députés et candidats libéraux. Celle-ci devrait même, aux dires de Jean Charest, déterminer « dans quelle sorte de société nous voulons vivre ». À l’arrière, sur un écran géant, on pouvait lire le slogan libéral pour le prochain mois : « Pour le Québec ».


Pendant que de nombreux ministres libéraux ont une fois de plus multiplié annonces et investissements, les chefs du PQ et de la CAQ ont pour leur part profité de cette veille de campagne pour, notamment, annoncer de nouvelles candidatures. Québec solidaire a lancé un appel à la révision du financement des partis politiques, tandis qu’Option nationale a décidé de retirer deux pancartes installées hâtivement dans la circonscription de Bourget.

À voir en vidéo