21 partis en lice pour les élections

Vingt et une formations politiques ont été dûment autorisées par le Directeur général des élections du Québec pour apparaître sur les bulletins de vote en vue du prochain scrutin.
Photo: Yan Doublet Le Devoir Vingt et une formations politiques ont été dûment autorisées par le Directeur général des élections du Québec pour apparaître sur les bulletins de vote en vue du prochain scrutin.

Ils sont de droite, de gauche ou de nature plus ludique et entendent bien charmer les Québécois lors de la prochaine élection générale. On compte 21 partis politiques autorisés à s’installer sur la ligne de départ, dont les traditionnels libéraux et péquistes, mais également de nouveaux venus comme le Parti de la classe moyenne et le Parti nul.

En vertu de la Loi électorale, c’est le Directeur général des élections du Québec (DGE) qui tient le registre des entités politiques autorisées.


Hier, le Parti de la classe moyenne du Québec (PCMQ) a officiellement pris d’assaut la scène politique.


« L’offre politique actuelle ne correspond pas aux attentes de la majorité silencieuse. Je dis aux électeurs : prenez le contrôle ! » a expliqué le chef du PCMQ, Jean Lavoie.


Ce dernier, qui est conseiller à la francisation à l’Office québécois de la langue française, situe son parti au centre du spectre politique. « Il faut arrêter le culte de la division, que ce soit entre fédéralistes et souverainistes ou la droite et la gauche. Il faut aborder de véritables enjeux comme les 2 millions de Québécois qui sont sans médecin de famille ou le grand pouvoir des lobbys sur le gouvernement », dit M. Lavoie.


Le PCMQ entend présenter des candidats dans une quinzaine de circonscriptions. Le chef briguera les suffrages dans Montmorency.


En janvier dernier, une nouvelle formation de droite a vu le jour sur l’échiquier québécois, soit le Parti conservateur du Québec (PCQ). Le chef, Luc Harvey, qui a été député conservateur dans l’équipe de Stephen Harper, veut donner une voix aux véritables gens de droite, ceux qui ne peuvent se satisfaire de la venue de la Coalition avenir Québec.


« On vise le travailleur à qui il ne reste pas grand-chose dans les poches à la fin du mois », affirme M. Harvey. Ce dernier brandit le couperet dans l’appareil gouvernemental. Le PCQ propose de limiter l’accès à l’aide sociale. « Les assistés sociaux qui sont aptes au travail devraient avoir droit qu’à un maximum de cinq ans de prestations, et seulement deux années de suite. La lutte contre la pauvreté ne se fait pas avec un chèque du gouvernement », a soutenu M. Harvey.


Le chef du PCQ, qui gère une garderie privée non subventionnée, entend se présenter dans la circonscription de Lévis.


D’autres partis politiques peuvent faire sourciller. Il en va ainsi du Parti nul, dont le seul nom soulève des questions. Il a toutefois été impossible de joindre son chef, Renaud Blais. Il y a aussi le Parti équitable, qui a été mis sur pied le printemps dernier par Yvan Rodrigue, qui en a eu l’inspiration après un séminaire d’épanouissement personnel en Californie. M. Rodrigue est impliqué avec les Chevaliers de Colomb ainsi que dans la chorale de Saint-Romuald, au sud de Québec.


Outre les partis autorisés qui sont en augmentation depuis deux ans (de 16 à 21), le DGE présente une liste de 24 noms réservés pour la création éventuelle d’un parti politique. Parmi ceux-ci, on retrouve Nexus Québec, Québec anti-mafia Party, Objectif vie Québec, mais aussi Carré rouge. Vérification faite, ce dernier parti n’a rien à voir avec la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).


Plusieurs noms réservés ont une connotation souverainiste dans leur appellation, tels que Parti pour un pays, Mon pays le Québec et Grand Parti du Québec. Certains autres laissent place à toutes les interprétations : Révolution nationale, Autre Québec, Front national du Québec et Présence jeunesse.


***

 

 

La liste des 21 partis politiques autorisés par le Directeur général des élections du Québec

  • Bloc pot
  • Coalition avenir Québec - L'équipe François Legault
  • Coalition pour la constituante
  • Équipe autonomiste
  • Mouvement équité au Québec
  • Option nationale
  • Parti communiste du Québec
  • Parti conservateur du Québec
  • Parti de la classe moyenne du Québec
  • Parti égalité/Equality Party
  • Parti équitable
  • Parti indépendantiste
  • Parti libéral du Québec/Quebec Liberal Party
  • Parti marxiste-léniniste du Québec
  • Parti nul
  • Parti québécois
  • Parti unité nationale
  • Parti vert du Québec/Green Party of Québec
  • Québec - Révolution démocratique
  • Québec solidaire
  • Union citoyenne du Québec / Québec Citizens' Union

À voir en vidéo