Éolienne: 700 MW de plus pour le Québec

Le premier ministre Jean Charest a annoncé hier à Gaspé que son gouvernement lancera dès l’automne prochain 700 nouveaux mégawatts (MW) d’énergie éolienne au Québec. Une annonce à saveur préélectorale qui s’inscrit dans une tournée de quatre jours dans l’est du Québec.

Le gouvernement publiera cet automne deux projets de règlement : un pour un appel d’offres de 450 MW, et l’autre, pour un programme d’achat de 250 MW pour les projets issus des communautés autochtones. Ce quatrième appel d’offres d’énergie éolienne de 700 MW permettra à la Stratégie énergétique du Québec 2006-2015 d’atteindre ses objectifs, soit de produire 4000 MW à terme.


« Au moins 30 % du coût des éoliennes doit être dépensé dans la région de la Gaspésie et de la MRC de Matane, et 60 % des coûts globaux au Québec », a affirmé le premier ministre devant l’élite de l’industrie éolienne de la Gaspésie réunie pour l’occasion au Centre québécois de formation en maintenance d’éolienne de Gaspé.


Cette annonce arrive à point nommé selon le maire de Gaspé, François Roussy. « Le défi repose maintenant sur les industrielles de l’éolien et les promoteurs qui auront à développer des projets qui sont performants et payants ».


Questionné à savoir si cette nouvelle annonce était électoraliste du fait qu’au cours des six dernières semaines, son gouvernement a procédé à des annonces totalisant 445 millions de dollars, dont près de 215 millions dans l’est du Québec en quatre jours, M. Charest a laissé entendre « qu’on ne peut pas pénaliser la population de décisions gouvernementales qui sont attendues et arrivées à terme. Il y aura une élection éventuelle ».


« Je ne vais pas, moi, faire une description de ce que nous avons à faire pour préparer une campagne électorale. Je peux vous dire qu’on se prépare comme tous les autres partis politiques se préparent », a-t-il ajouté.


Au moment où M. Charest procédait à une annonce dans le secteur éolien à Gaspé, ses ministres et députés parcourraient eux aussi la province. À titre d’exemple, le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Sam Hamad, annonçait l’attribution d’une aide financière d’un million de dollars pour un projet d’énergie renouvelable. La ministre de la Culture, Christine St-Pierre, dévoilait le nom des 46 institutions muséales qui se partageront 2,5 millions. Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Pierre Corbeil, était à Val-d’Or pour annoncer des investissements de plus de 17 millions pour l’amélioration des installations du réseau régional de la santé et des services sociaux de la région.


De plus, le député de Jean-Lesage, André Drolet, annonçait des investissements de 31,5 millions pour l’amélioration des installations de quatre établissements de Québec. Le député d’Orford, Pierre Reid, annonçait 30 nouveaux logements communautaires pour les aînés à Magog, un investissement totalisant plus de 3,8 millions. La députée de Pontiac, Charlotte L’Écuyer, annonçait de son côté des investissements de 1,6 million pour l’amélioration des installations de sa circonscription. Et le député de Huntingdon, Stéphane Billette, procédait à l’annonce d’un investissement de 200 000 $ dans la MRC de Beauharnois-Salaberry pour l’implantation d’une expertise technique.


À cela s’ajoute un saut pour saluer les Madelinots, et un autre à Havre-Saint-Pierre pour serrer des mains au chantier hydroélectrique de la Romaine.


Pour le seul mois de juillet, Le Devoir a recensé plus d’une cinquantaine d’annonces de nature strictement économique.

 

Collaborateur

10 commentaires
  • Rodrigue Guimont - Inscrit 21 juillet 2012 00 h 37

    Qui veut des bonbons?

    À Gaspé, J. Charest était flanqué de son député Georges Mamelonet, qui s’est fait tout petit auprès du premier ministre candidat, ne pipant mot. Faut dire que l’homme d’affaires, restaurateur et ex adjoint parlementaire au pêcherie, G. Mamelonet surnommé «le petit roi de Percé» et dont l’émission «Enquête» a réalisé un reportage pour pratiques douteuses et conflits d’intérêts en avril dernier a tout intérêt à ne rien dire pour ne pas faire de vagues.

    Faut dire également que sans permis ni autorisation du fédéral, il est présentement en attente de procès pour pêches illégales (braconnage) puisque le 27 juin dernier, le député Mamelonet représenté par son avocat au Palais de justice de Percé a vu reporté son procès à la mi-octobre, soit après les élections prévues en septembre prochain!!! Comme cela tombe bien…

    On s’attend à ce que M. Charest fasse un petit tour dans la circonscription de Rivière-du-Loup chez son député Jean D’Amour incriminé il n’y a pas si longtemps, à la fois et tour à tour, de conduite en état d'ébriété, de lobbysme dans l’affaire des compteurs d’eau et de faux diplôme d'ingénieur. Là aussi pour garder le comté, parions qu’il y aura là aussi des beaux petits cadeaux à distribuer…

  • Jean Martin BOUDON - Inscrit 21 juillet 2012 04 h 33

    Energie Eolienne (Gaspé)

    Bravo et Merci de penser aux Eoliennes,mais pourquoi laisser une mine de Cuivre,fermée à Murdochville,alors que ce métal à un avenir mondial certain,vu les besoins de certains pays ?
    En attente d'une réponse,merci.

  • Anne-Marie Courville - Abonnée 21 juillet 2012 06 h 29

    Avec de l'argent, on achète...

    Si on n'est pas en campagne électorale, pourquoi on lance des subventions ridicules qui servent de paravent au gouvernement libéral. On achète des votes grâce à une générosité ridicule en on augmente notre dette nationale. Quelle horreur!

  • André Mainguy - Inscrit 21 juillet 2012 08 h 14

    Le PLQ en campagne avec nos impôts

    Le gouvernement utilise l'argent de la population en parcourant le Québec pour faire l'annonce d'investissements pour s'attirer des votes. Avant même que l'élection soit décrété, le gouvernement libéral est en campagne avec l'argent de la population, voilà le type d'éthique que préconise Jean Charest à la population du Québec. Il ne parlera certainement pas de son désir de voir la Commission Charbonneau de trouver toutes les failles du système qui fait que des politiciens, des organisateurs politiques et des chefs d'entreprises se sont liés pour faire de l'argent sur le dos de la population. Jean Charest ne veut surtout pas parler de son bilan. Pourquoi a-t-il vendu le potentiel pétrolier de l'Île d'Anticosti, potentiel qui varie de 400 à 4.000 milliards de dollars. On parle d'un gisement de classe mondial dont les Québécois ignorent à quel prix il fut cédé au privé.

    Jean Charest c'est l'opposé d'un René Lévesque.

    • Micheline Gagnon - Inscrite 22 juillet 2012 09 h 13

      En effet, on est passés du «Maîtres chez nous» au «Traîtres chez nous».

  • Pierre Couture - Inscrit 21 juillet 2012 10 h 39

    L'ART DE L'À-PROPOS

    La filière éolienne est délaissée un peu partout dans le monde car elle crée beaucoup plus d'ennuis qu'elle en règle. Elle est dangereuse pour la santé économique et physique des populations, destructrice du tourisme et créatrice de chômage.
    On ne peut pas imaginer que John James Charest ignore ces réalités qui inondent les médias chaque jour.
    De le voir aller promettre de nouveaux saccages éoliens dans le seul but de plaire à un petit groupe de privilégiés tous assoiffés de grasses subventions donne la nausée.
    Il ne reste qu'un seul espoir : ne pas lui permettre de se rendre à l'automne...
    Vivement des élections afin qu'on puisse décontaminer le Québec.