Inquiet des intentions de la CLASSE, le PLQ interpelle le DGE

Dans une lettre acheminée mardi et rendue publique sur Twitter, le directeur général du Parti libéral du Québec s’adresse à son homologue du bureau d’Élections Québec pour lui demander de veiller à l’application de la Loi électorale, au moment où fusent les rumeurs d’un scrutin général au début de septembre. Les médias rapportaient vendredi dernier que le bureau du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) rappelait qu’il est interdit à un tiers d’engager des dépenses pour soutenir ou combattre un parti engagé dans les élections.

Ce rappel s’inscrivait dans la foulée de commentaires faits par les porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) voulant que l’organisation n’avait pas l’intention de rester silencieuse lors d’une éventuelle campagne électorale. Lors de son congrès tenu samedi à l’Université Laval, la CLASSE a confirmé qu’elle n’appuiera aucun parti politique. Dans sa lettre adressée au directeur général des élections du Québec (DGEQ), Jacques Drouin, Karl Blackburn se dit extrêmement préoccupé par le fait que des « groupes de pression annoncent explicitement leur intention de s’engager dans le débat électoral sans égards aux dispositions législatives ». « Pouvez-vous laisser ouvertement les grands syndicats, d’ici et d’ailleurs, financer cette organisation et d’autres groupes sans intervenir ? Souhaitons-nous revivre des événements comme ceux de Victoriaville ? Rappelons que la logistique de déplacement des manifestants, parmi lesquels se trouvaient des émeutiers, était largement financée par les grands syndicats », ajoute M. Blackburn.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

17 commentaires
  • Pierre Brulotte - Inscrit 19 juillet 2012 00 h 36

    Et?

    Pas grand-chose de nouveau dans cet article, Jean Charest qui fait son démagogue en prétendant vouloir assurer que les élections se fassent dans la loi et l'ordre. La CLASSE étant pointée du doigt comme un regroupement «dangereux». Parlant d'élections, je suis étudiant et loin de mon comté, je ne pourrai probablement pas voter sans manquer des cours et je ne suis pas le seul dans cette situation... Va-t-on en parler?

    • Guillaume L'altermontréaliste Blouin-Beaudoin - Inscrit 19 juillet 2012 06 h 39

      non, on ne parlera pas des étudiants seront loin de leur compté : c'est exactement ce qu'ils souhaitent qui arrive.

      Considère changer d'adresse pour être inscrit sur la liste électorale dansla ville ou tu étudies.

      Guillaume Blouin-Beaudoin

    • Marie-Ève Duchesne - Inscrite 19 juillet 2012 08 h 18

      Je propose la même chose que M. Blouin-Beaudoin, c'est possible et tu pourras tout faire de ta ville.

    • Micheline Gagnon - Inscrite 19 juillet 2012 08 h 58

      Dès lors que les rumeurs d'élections début septembre ont débuté, je pensais justement à tous ces étudiants des régions qui seront loin de leur domicile à ce moment.

      Comme l'écrit M. Blouin-Beaudoin, il faudra alors vous inscrire. Le problème qui subsistera est que, lorsqu'on s'inscrit à la liste électorale, il faut avoir une preuve de résidence. Cette preuve sera difficile à faire si l'étudiant demeure chez un parent ou ami et qu'il ne reçoit aucune facture à son nom.

      De plus, il sera souvent trop tard pour faire changer une adresse de facturation pour un cellulaire, par exemple, et recevoir une facture indiquant l'adresse modifiée. De toute évidence les charestistes comptent là-dessus. Si un lecteur a une autre solution, svp nous en faire part.

    • Fernand Lachaine - Inscrit 19 juillet 2012 09 h 57

      Si le PLQ refuse les boîtes de scrutin dans les établissements scolaires afin d'empêcher les étudiantsES de voter, il faudra, pour la bonne marche de la démocratie, penser à tous les moyens légitimes et légaux pour permettre à nos jeunes de remplir leurs devoirs de citoyens.
      D'autre part, faire en sorte pour un gouvernement de rendre la vie difficile à une partie de la population d'éxerçer ce droit fondamental réflète un cynisme rarement rencontré dans les annales politiques du Québec.
      Il serait important que les organismes internationaux comme l'ONU, UNESCO et autres soient alertés à ce sujet, si bien sûr le PLQ ne revient pas sur sa décision.

    • Annie Girard - Inscrite 19 juillet 2012 10 h 22

      Ça serait assez étonnant qu'un étudiant ne reçoive aucun courrier à son lieu de résidence durant la session, ni même les talons de chèques de son employeur à temps partiel, et qu'il habite si loin de la résidence de ses parents pour ne pas pouvoir relativement s'y rendre pour voter.
      À moins que ce soient papa et maman qui s'occupent de tout, incluant la facture de cellulaire, les questions d'inscription, de changement de cours et tout ce qui concerne les prêts bourses.
      Les étudiants qui sont aussi... "pris en charge" doivent être rares!
      Il reste aussi la possibilité du vote par anticipation, qui offre une fenêtre de temps plus large.
      Mais il FAUT aller voter! Ce n'est pas la peine d'avoir fait toute cette immense grève et cette mobilisation encore plus immense qui a remis une bonne partie du Québec debout pour laisser passer tout ce que vous rejetez par défaut!
      Faut choisir: debout, ou assis!

      « Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles » - Max Frisch

    • Chloé De Bellefeuille - Inscrite 19 juillet 2012 11 h 09

      Étudiantes et étudiants, n'attendez surtout pas le déclenchement d'élections, faites changer votre adresse tout de suite auprès du DGE ou faites-vous inscrire sur la liste électorale si vous n'y êtes pas. C'est mieux de ne pas attendre à la dernière minute pour être certain de voter. Il y a aussi la possibilité d'un vote hors circonscription. Renseignez-vous sur le site web du DGE.

    • Chantal Mino - Inscrite 19 juillet 2012 11 h 58

      M. Brulotte,

      Le Devoir en a parlé en juin 2012: http://www.ledevoir.com/societe/education/351963/b
      http://www.ledevoir.com/societe/education/351854/l

      Le PLQ a été le seul parti à refuser qu'il y ait des bureaux de scrutin dans les universités pour les prochaines élections,mais voulait des votes par correspondance par contre (???). Se demande-t-on vraiment pourquoi le PLQ a si peur des étudiant(e)s et de la liberté d'expression des citoyen(ne)s (le 79%=99%-20% de larbins. Cf. Syndrome du larbin sur Youtube) avec les valeurs qui prévalent dans notre Québec en ce moment?

      De plus,avec le contenu de la lettre de M. Blackburn,d.g.du PLQ,on comprend mieux le pourquoi que le PLQ a adopté rapidement le projet de loi 78 et pourquoi le patronat et al. du 1% l'appuie toujours dans ces décisions totalitaires et discriminatoires qui ne respectent aucunement notre démocratie et les droits fondamentaux de 79% des citoyen(ne)s,mais stigmatisent,musèlent,intimident et menacent ceux qui sont pour le bien commun du 100% des Québécoi(se)s.

      J'encourage tou(te)s les Québécoi(se)s à afficher un peu partout dans leur communauté l'importance de s’informer et d'aller voter aux prochaines élections pour le candidat le plus honnête,intègre et congruent qui passera le Bien Commun des citoyen(ne)s avant tout (et non celui de la petite clique du 1%,de leurs larbins et de leurs tits amis mafieux ainsi que leur parti politique avant tout) afin de pouvoir s'épanouir et vivre en paix et en toute sécurité dans un Québec où on est fier(ère)s d'être Québecoi(se)s au lieu d'être associé(e)s à la magouille et à la mafia et se voir imposer la Loi de l'omerta. Un Québec où les services publics se font rassurants et non menaçants et sont aux services de l'ensemble des citoyen(ne)s et non d'une petite clique qui en profite effrontément.

  • Michel Miclot - Inscrit 19 juillet 2012 05 h 31

    Une seule inquiétude !

    La seule inquiétude du PLQ, c'est que les gens aillent voter surtout les jeunes générations qui ne tolèrent pas la vieille politique du 1vote/1 piasse.

    • Louka Paradis - Inscrit 19 juillet 2012 12 h 48

      J'appelle ça la CHASSE à la CLASSE. Comme une chasse aux sorières au Moyen-äge... Honteux !

      Louka Paradis, Gatineau

  • Huguette Daigle - Inscrite 19 juillet 2012 07 h 39

    A tous ces jeunes,

    Je suggère qu'ils fassent un transfère d'adresse aussitôt le déclenchement de l'élection.
    Charest voudrait bien les empêcher de voter donc ils doivent tout faire justement pour voter.

  • Claude Lachance - Inscrite 19 juillet 2012 08 h 09

    A vos casserolles!

    Y aura-t-il couvre-feu? N'étant pas du parti au pouvoir, ai-je le droit de réfléchir à l'avenir des mes petits enfants? Comme québecoise, suis-je contrainte à la loi de l'omerta qui gère le discours néo-libéral ? C'est facile et lâche, en ti-pépére, de vouloir se servir des certaines lois, pour interdire au peuple de réfléchir, ainsi de créer une société cohérente, ou le petit peuple devient citoyen de son pays, debout! Ce n'était qu'un début, je l'espère.

  • Jean Beaumont - Inscrit 19 juillet 2012 09 h 00

    Dégoûté de ce cirque

    Il est déplorabe de constater le musellement que veut imposer le PLQ à la CLASSE. Cette crise a été causé par une mauvaise décision qui fut mal géré. L'inflexibilité de ce gouvernement face aux propositions de restructuration budgétaire des dépenses des universités que les étudiants ont émis prouve leur mépris vis-à-vis la population. 300 000 personnes ont manifestés pacifiquement, le gouvernement est sourd. Le PLQ tiens absolument que les étudiants paient plus chère leur frais de scolarité, pourquoi? Pour prendre cette nouvelle source de revenu pour l'investir dans le Plan Nord??? Oui, il est temps d'avoir des élections. Une bonne partie de la population a son mot à dire et c'est en votant qu'on peut réellement leur montrer la porte!!