Après Pierre Duchesne, Jean-François Lisée

Le journaliste Jean-François Lisée sera candidat du PQ dans Rosemont lors des prochaines élections provinciales.
Photo: Source CÉRIUM Le journaliste Jean-François Lisée sera candidat du PQ dans Rosemont lors des prochaines élections provinciales.

Pierre Duchesne ne sera pas le seul ancien journaliste à porter les couleurs du Parti québécois lors du prochain scrutin. Jean-François Lisée a finalement décidé de se porter candidat pour le PQ dans Rosemont, a-t-on confirmé au Devoir hier.

À l’automne, le PQ-Rosemont avait offert à M.Lisée de s’y présenter. Des sources sûres au PQ indiquent que le parti n’a « pas de plan B » dans cette circonscription puisque M.Lisée a confirmé en haut lieu qu’il serait candidat. Joint par Le Devoir, M.Lisée a eu ces mots : « Évidemment, je suis tenté. Mais j’ai décidé […] que je me torturerais sur cette question le jour où M.Charest déclencherait des élections. » Il soutient que l’exécutif a accepté « d’attendre à ce moment ».


L’ancien conseiller des premiers ministres Parizeau et Bouchard a laissé début juin le poste qu’il occupait depuis huit ans, soit la présidence du Centre d’études et de recherches internationales (CÉRIUM). Il confie avoir reçu une autre offre d’emploi, mais a refusé de donner plus de détails : « Nous l’annoncerons à la rentrée s’il n’y a pas d’autres événements. »


Quant à M.Duchesne, il fera l’annonce de sa candidature aujourd’hui à Mont-Saint-Hilaire. Le président de l’exécutif de Borduas sera à ses côtés. L’ancien député bloquiste Yves Lessard a critiqué hier le « parachutage » de M.Duchesne et pourrait provoquer une assemblée d’investiture.


Hier, Pauline Marois a soutenu que le PQ avait offert à M.Duchesne d’être candidat il y a une « dizaine de jours », soit après sa démission de la SRC. La Presse rapportait toutefois il y a quelques jours qu’une ancienne députée bloquiste qui s’intéressait à Borduas avait été avertie il y a trois mois que la circonscription était réservée à « un candidat-vedette de Radio-Canada ». Ce n’était pas nécessairement M.Duchesne, a répondu Mme Marois. Elle a précisé que c’était en raison de sa biographie de Jacques Parizeau qu’il avait été « ciblé » par le PQ.


Défendant l’honnêteté journalistique de M. Duchesne, elle a mis au défi ceux qui l’attaquent depuis quelques jours de détecter de la complaisance pour le PQ dans ses reportages et analyses.


Éric Caire, député de la Coalition avenir Québec, a dit ne pas croire la version des faits de la chef péquiste. Il soutient que le travail de Pierre Duchesne « transpirait la partisanerie péquiste » depuis longtemps et notamment dans les derniers mois. « Pierre a manqué d’éthique », juge M.Caire.

 

Amis critiques de Marois


Autre ancien journaliste de Radio-Canada, Jocelyn Desjardins a salué sur Facebook la décision de celui qu’il a présenté comme son « ami de longue date » et un « frère ». M.Desjardins a fondé à l’été 2011 le Nouveau Mouvement pour le Québec, groupe indépendantiste très critique du PQ de Mme Marois, parti qu’il a présenté comme « usé et confus ».


M. Desjardins a toutefois exprimé son désir de faire le saut en politique avec M. Duchesne. Alexis Deschênes, ancien journaliste de la SRC qui fut correspondant parlementaire à Québec pour TVA de 2005 à 2010, s’est dit sur Facebook « bien fier de [son] ami ». M.Deschênes était vice-président de la Tribune de la presse lorsque M.Duchesne la présidait. M.Deschênes a participé le 14 juin à une conférence de presse pour promouvoir une pétition pressant le PQ à accepter de former « un seul front uni lors de la prochaine élection » avec QS et Option nationale. Il fallait, disaient-ils, éviter le « désastre » d’une réélection des libéraux.

***

Des félicitations de Parizeau

« C’est très bien que la politique puisse encore attirer des gens de cette valeur-là », a soutenu l’ancien premier ministre Jacques Parizeau hier, au sujet de la candidature de son biographe.

Entre 2001 et 2004, M. Duchesne a publié trois tomes sur la vie de l’homme politique chez Québec / Amérique. « Il n’a jamais voulu me montrer une page de son texte avant sa publication. Il tenait beaucoup à ce que ça soit non autorisé. […] Ça donne davantage d’objectivité au texte. Une certaine distance en tout cas. »

Était-il évident que M. Duchesne était souverainiste ? « Il a toujours maintenu ses distances par rapport à une option politique définie », répond M. Parizeau. « Je me doutais bien qu’il était probablement souverainiste, mais ce n’est pas un sujet dont on a discuté ensemble. » M. Parizeau étant en délicatesse avec le PQ de Pauline Marois depuis le congrès de 2011, il n’a joué aucun rôle dans la décision de M. Duchesne.

90 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 6 juillet 2012 02 h 37

    La nature a horreur du vide…

    Ainsi donc, il y aurait une pénurie de bons candidats pour que le Parti québécois se rabatte sur Pierre Duchesne, un fier social-démocrate et un indépendantiste à tout crin (en vrai, il n’a écrit qu’une biographie d’un dénommé Parizeau) et Jean-François Lisée, une bolle qui a conseillé deux premiers ministres (à ce que je sache, Bouchard et Parizeau n’ont rien fait qui sorte de l’ordinaire, sinon que Bouchard a sabré les salaires dans la fonction publique et que Parizeau a lâchement laissé faire les libéraux fédéraux dans leurs exactions lors du référendum de 1995). Misère!

    • Jacques-Hugues Bérubé - Inscrit 6 juillet 2012 06 h 50

      Misère!, dites-vous ? Pour les libéraux, sans doute. N,importe quel parti serait fier de la candidature de deux hommes intelligents comme MM Duchesne et Lisée. Je ne comprends pas où vous prenez que Jacques Parizeau a (lâchement) laissé faire les libéraux fédéraux... Vous devriez lire la biographie de l'homme, signée par Pierre Duchesne, ou voir les documentaires sur cette période. Vous êtes mêlés dans votre histoire (ou aveuglé par votre partisanerie...?)

    • Gabriel Hakizimana - Inscrit 6 juillet 2012 07 h 09

      Mauvaise foi évidente!

    • Jacky Bélanger - Inscrit 6 juillet 2012 08 h 47

      Il est très facile de critiquer de grand homme quand on fait partie de la masse... Je ne suis pas sûr si vous auriez fait mieux! On a beaucoup trop tendance à tout ramener vers le bas. Il faut être intelligent et compétent pour faire partie des conseillers d'un premier ministre. J'admire M. Lisée juste par le fait de s'être rendu là et je reconnais ses compétences. Je suis persuadé qu'il fera un bon politicien.

    • Gilles Théberge - Abonné 6 juillet 2012 09 h 19

      Mon dieu quelle amertume dans les propos de monsieur Bernier. Ça sent la déception à plein nez. Je commence à croire que vraiment, le vent a tourné.

      Ce fut d'abord l'arrivée de Daniel Breton qui n'est pas un poid plume, en pleine tourmente au PQ. Puis au lieu de défections c'est plutôt de renforcement qu'il faut parler avec Pierre Duchesne aujourd'"hui puis peut-être Lisée prochainement. Et ce n'est pas terminé.

      Il est clair que cela déplaît. Surtout on l'imagine, à ceux dont la spécialité est la distribution de vin-aigre!

    • Kevin Charron - Inscrit 6 juillet 2012 14 h 39

      Oh la mauvaise foi!

      Jean-François Lisée n'a rien fait qui sorte de l'ordinaire?

      Il est le grand stratège derrière le référendum de 1995 qui aurait dû être remporté par le camp du OUI si ce n'avait été de la fraude électorale du camp fédéraliste.

      Lisée est une éminence grise. Il est l'une des personnes les plus influentes au Québec.

      Mine de rien, avec l'ajout de Duschene, Lisée et Daniel Breton, de Maître chez Nous (annoncé l'été dernier), le PQ s'est construit toute une équipe.

      Si les Québécois pouvaient se débarrasser de leur mysoginie envers Pauline Marois, le PQ taperait les 40% des intentions de vote.

    • Louka Paradis - Inscrit 6 juillet 2012 17 h 11

      Hier, les libéraux étaient déjà verts de jalousie après l'annonce de la candidature de Pierre Duchesne au sein du Parti Québécois : si on les illustrait en BD, ils seraient affublés de bulles où leurs paroles hargneuses apparaîtraient en vert, comme celles de Tullius Detritus et autres teigneux dans La Zizanie, un album d'Astérix qui, ma foi, est toujours d'actualité... Avec cette nouvelle annonce d'un candidat de prestige comme Jean-François Lisée, certains partisans de Charest & cie risquent de développer une jaunisse tellement ils ont de fiel... Je ne leur souhaite pas, mais j'observe que c'est bien parti. Le remède ? Un peu de méditation accompagnée de nombreuses respirations profondes...
      Louka Paradis, Gatineau

    • Daniel Lambert - Inscrit 6 juillet 2012 21 h 31

      Est-ce que ça vaut vraiment la peine de vous répondre. Vous avez l'art bien libéral de vous arrêter aux demi-vérités!

    • Jacques Moreau - Inscrit 8 juillet 2012 20 h 13

      Précision ! Pas de problème avec le sentiment politique des journalistes, seulement qu'un "souverainiste" ne devrait pas être employé, a une radio-TV gouvenementale pour faire la promotion de la division du pays. Les forces armés du Canada devraient aussi être aux aguets pour leurs membres qui pourraient être une source de subversion. Ils faut quand même éviter l'exagération d'un coté ou de l'autre. Un policier de l'escouade des moeurs et vice, ne devrait pas s'associer à une "madame" de maison close.

    • Eric Allard - Inscrit 9 juillet 2012 12 h 49

      M. Charron,

      lorsqu'on n'aime pas un chef, ce n'est pas de la misogynie seulement parce qu'elle est une femme.

      Je serais beaucoup plus confiant envers le PQ si il avait un autre leader que Mme. Marois. Elle n'est pas rassembleuse, n'a pas le charisme d'un grand chef, et est inconstante dans ses approches. Elle est un piètre chef, tout simplement, et ce n'est pas parce qu'elle est femme.

    • Lyette Jalbert - Inscrite 10 juillet 2012 13 h 47

      C'est tout a fait vrai que s'il y avait un autre chef que Pauline Marois, je voterais pour le Parti Quebecois. Je ne suis pas misogyne, je suis femme et proprietaire d'entreprise. Les idees du parti sont bonnes c'est la facon de les defendre et de les discuter qui lui fait defaut. Elle affirme quelque chose de serieux sur un ton serieux et elle nous grimace un sourire inadequat a la fin. Regardez-la bien, son affect est inadequat comme dirait un psychiatre, d'ailleurs, il n'y en a aucun dans son equipe... A mediter?
      N.B. Excusez l'absence d'accent, je suis hors Quebec et le clavier est anglais

  • Michel Lebel - Abonné 6 juillet 2012 06 h 07

    Une question d'éthique

    Bien des journalistes et cadres de Radio-Canada sont sans doute souverainistes et c'est tout à fait leur droit. La question est plutôt de savoir si cela interfère avec leur travail de journaliste lorsqu'ils ont à traiter de questions de nature politique intérieure québécoise ou fédérale. La seule réponse complète à cette interrogation ne peut relever que de l'éthique personnelle du journaliste. L'employeur peut certes émettre des balises, mais il ne peut et ne doit pas entrer dans la conscience de personnes. Je tiens à dire que les mêmes remarques valent pour les journalistes d'obédience fédéraliste.

    J'ai personnellement l'intuition et l'impression que la grande majorité des journalistes québécois sont souverainistes. Comme la majorité des artistes et des intellectuels, sans définir précisément ce dernier terme. Ce qui rend le journalisme politique difficilement objectif, vu que le souverainisme est une idéologie que je qualifierais de "forte", car associée au nationalisme. Le fédéralisme canadien me paraît une idéologie nettement moins "forte", du moins au Québec.

    Le problème avec l'ancien journaliste souverainiste Duchesne, c'est surtout le contexte de son saut en politique partisane. Comme on dit, c'est un peu vite en affaires! Une petite gêne dans le temps, il me semble, aurait été idéalement de mise. Enfin l'homme politique aura à vivre avec sa décision! Des élections apparemment proches semblent vraiment précipiter les choses...


    Michel Lebel

    • Chantale Desjardins - Abonnée 6 juillet 2012 07 h 32

      C'est un bon candidat que ce M. Duchesne et il fut un journaliste honnête sinon il aurait perdu son poste. Les libéraux cherchent la bête noire mais ils sont mal placés pour parler d'honnêteté avec un Couillard, Normandeau et cie et les scandales de la construction qui ont permis au parti libéral de bien garnir leur caisse électorale. La méthode à Duplessis existe encore et fonctionne toujours pour les partis politiques.

    • Bernard Terreault - Abonné 6 juillet 2012 08 h 00

      Puis Lapierre, le chouchou de TVA, puis Frulla, la chouchou de R.-C., ils sont "objectifs" ?

    • Bernard Terreault - Abonné 6 juillet 2012 08 h 10

      Une autre, M. Lebel. Drainville que vous visez sûrememt aussi, après le référendum perdu de 1980 a décidé de prendre le "beau risque", a étudié en Ontario et y travaillé comme journaliste fédéraliste de Radio-Canada. Jusqu'à ce qu'il se rende compte que le soit-disant attachement du Canada pour le Québec et sa culture française n'était que de l'hypocrisie. Comme toute personne qui tient à notre identité francophone en Amérique, et qui n'est pas mue par des intérêts mesquins, il est devenu indépendantiste.

    • Claude Smith - Abonné 6 juillet 2012 08 h 12

      Des élections apparamment proches semblent précipiter les choses. Aurait-il fallu que M. Duchesne attende aux élections dans 4 ans ? Cela aurait sans doute été un peu long en affaires.
      Quant à l'objectivité au niveau journalistique, ne pourrions pas en dire autant des journaux de Gesca qui sont à saveur fédéraliste.

      Claude Smith.

    • Jacques Moreau - Inscrit 6 juillet 2012 09 h 15

      Le problème que j'ai qvec M. Duchesne est qu'il était employé à Radio-Canada, était apparemment un séparatiste connue (cercle des proches) et qu'il était assigné en journalisme politique. Ses patrons auraient dû, l'assigner en n'importe quoi, sauf à un domaine qui touche directement la politique.

    • Philippe Bonneau - Inscrit 6 juillet 2012 09 h 16

      Si je comprend bien un journaliste souverainiste est en conflit d'intérêt et pas les fédéralistes?
      Je ne suis pas d'accord mais je pense que nous devons lire les textes de plusieurs journalistes pour se faire une meilleure idée.

    • Gilles Théberge - Abonné 6 juillet 2012 09 h 26

      La petite bande pro canadian de fédéraliste affirmé qui le jeudi soir, en plein téléjournal de radio-Canada se prononce (parfois déblatère) sur la politique Québécoise notamment, vous qualifiez ça comment vous ?

      Objective Lisa frulla ?

      Objective Tasha Kheiriddin ?

      Objective Ann Lagacé Dowson ?

      Objectif Radio-Canada je suppose ?

    • Loraine King - Inscrite 6 juillet 2012 11 h 55

      Frulla, Kheiridin, Lapierre, Lisée, ce sont des gens à qui on demande de commenter les nouvelles politiques. Leurs idéologie politique est bien connue de tout le monde. Pourquoi M. Duchesne a-t-il caché la tienne ?

    • Jean-Pierre Bouchard - Inscrit 6 juillet 2012 16 h 53

      Les journalistes souverainistes de Radio Canada respectent impeccablement la nature unité nationale canadienne du réseau d'État. Ils sont liés à un réseau qui traite de nouvelles à Toronto, Vancouver ou Edmonton au nom d'un mandat fédéral en vue d'extrêmes minorités francophones de ces provinces. Radio Canada information précisément traite le Québec comme une province canadienne, l'ensemble de la diffusion de RDI en témoigne.

      Évidemment, Radio Canada par son mandat francophone canadien est obligé de considérer que la majeure partie de francophones canadiens résident au Québec et une portion seulement au N.B et une portion seulement en Ontario.

      Sans oublier que des émissions comme les Coulisses du pouvoir comme la majorité des chroniqueurs de partis fédéralistes sont présents pour bien faire pencher la balance pour la défense radio canadienne du Québec-province.

      Alors, messieurs Drainville et Duchesne lorsque journalistes radio canadiens, ont respectés ces règles d'une -objectivité radio canadienne- sous peine de congédiement.

      Monsieur Lebel pour vous et d'autres ces explications.

    • Jacques Moreau - Inscrit 9 juillet 2012 13 h 14

      Très bonne observation de Loraine King. Je n'aurais pas pu l'exprimer aussi bien.

  • Gabrielle K. Laflamme - Inscrite 6 juillet 2012 06 h 28

    Bonnes nouvelles au PQ

    Enfin des candidats indépendants des chambres de commerce qui nous dirigent. Des candidats brillants, articulés qui ont des idées et qui nous donnent de l'espoir que les choses peuvent changer en politique au Québec.
    Ce sont de très bonnes nouvelles qui doivent bien faire rager les Charest, Courchesne et compagnie. Malgré tout ce qu'ils en diront ainsi que leurs supporters, ils auraient bien aimé les avoir dans leur camp.
    Bravo Mme Marois de continuer à bâtir une équipe forte, prête à nous représenter. Il y a tellement de travail à faire pour remettre dans le bon sens ce que Charest a manigancé depuis 10 ans.

    • Nicole Faucher - Abonné 6 juillet 2012 08 h 59

      Tout à fait d'accord avec vous Mme Laflamme...

    • Louise Lefebvre - Inscrite 6 juillet 2012 13 h 00

      Excellent Mme Laflamme, je suis comme vous enchantée de la venue de M. Duchesne et la candidature de M. Lisée serait aussi très appréciée...des gens vrais ça redonne de l'espoir pour des jours meilleurs.

    • Lorraine Dubé - Inscrite 7 juillet 2012 08 h 55

      J'appuie votre commentaire madame Laflamme.Très bonne nouvelle!

      Les libéraux n'ont pas de tels candidats à leur porte. Qui voudra s'associer à pareille équipe?!Ils paniquent, cherchant le moyen de faire diversion en manipulant l'opinion publique.

      L'impunité arrive à échéance pour Jean Charest et son parti corrompu.

  • François Ricard - Inscrit 6 juillet 2012 06 h 37

    Deux grosses pointures au PQ

    MM Duchesne et Lisée sont deux personnes de grand talent qui ont toujours exprimé leur choix pour la démocratie. Ils sont des ajouts très importants non seulement pour le PQ mais pour topute la classe politiqie québécoise.
    àIl ne reste au PQ qu'à récupérer J-M Aussant et ils auront alors une équipe imbattable.

    • Gilles Teasdale - Abonné 6 juillet 2012 09 h 16

      Pour la première fois depuis la création du PQ ,malgré ces candidats de premier chois je NE voterais pas pour eux. Je ne puis toujours pas digéré la folie de l'aréna de Québec .Si Marois à été incapable de géré ce dossier imaginez le reste? J.M.Aussant à mon votye.

    • Sylvain Auclair - Abonné 6 juillet 2012 09 h 51

      Donc, monsieur Teasdale, vous votez objectivement pour les libéraux. C'est notre système politique, et ce sont les règles du jeu.

    • Denyse Fyfe - Abonnée 6 juillet 2012 13 h 09

      D'accord avec vous, et même sur M.Aussant.

      À part les "Vigiliens" qui trouveront toujours à redire (excusez-moi, j'allals écrire radoter), il ne reste que des St-Pierre (l'ancienne de la SRC !!!) et des Courchesne qui toutes les deux, n'ont aucune crédibilité, n'est-ce pas?

      Et même s'ils en avaient ce serait quand même de "bas étage", et sans classe !

      Merci à ces futurs députés québécois de venir enfin réhausser le débat à l'A.N. qui selon André Pratte a été vicié par le PQ : au point d'en être dégoutant... rien de moins!

      Référence : "Le PQ et M. Duchesneau" La Presse, le 22 juin dernier.

      Voici l'extrait: " Cependant, par leurs charges souvent excessives, les partis de l'opposition, notamment le PQ, ont aussi contribué au dégoût général. " WOUAH !

      JRD
      Sainte-Adèle

  • Yves Petit - Inscrit 6 juillet 2012 06 h 56

    Bravo M. Lisée

    Je souhaitsais vivement que Jean-François Lisée fasse le saut en politique. M. Lisée est un travailleur acharné et un patriote. Il apportera son dynamisme et sa vaste expérience pour le bénifice de notre peuple.

    Vivement un gouvernement de patriotes honnêtes et dévoués.

    • Jean-Pierre Bouchard - Inscrit 6 juillet 2012 16 h 23

      Effectivement, c'est le temps que ça change au Québec. Le Québec mérite mieux que ce gouvernement de néoduplessistes!

      Fin d'un gouvernement qui vend le Québec, qui traite sa langue officielle comme rien du tout! La constitution d'une Équipe Marois avec la majuscule pour mettre un point sur le i voilà ce dont le Québec a besoin. Il y a eu une équipe Lesage pour se débarrasser de l'Union Nationale, il faut une équipe Marois pour se débarrasser du PLQ.


      Les candidatures de Lisée et Duchesne confirment déjà qu'au Québec des gens sont capables de sortir de leur confort lorsqu'ils ont un nom et ça c'est important!

      Place à l'intégrité, place à un gouvernement Marois.