Carré rouge: la ministre St-Pierre n’a toujours pas joint le conteur Fred Pellerin

La ministre de la Culture, Christine St-Pierre, n’a pas encore réussi à joindre le conteur Fred Pellerin, qui a récemment refusé d’être fait chevalier de l’Ordre national du Québec.

Dans une missive transmise à l’Ordre national, le jeune auteur, qui arbore le carré rouge étudiant, a justifié sa décision en invoquant la crise sociale actuelle. La ministre, qui avait associé le port du carré rouge à la promotion de la violence, s’est par la suite excusée auprès des artistes qu’elle avait pu offenser, dont Fred Pellerin. Pas moins de 2600 comédiens, chanteurs, écrivains, cinéastes et journalistes culturels avaient fait front pour exiger que la ministre fasse son mea-culpa. Christine St-Pierre affirme avoir tenté de contacter Fred Pellerin, la semaine dernière, mais celui-ci était très occupé, car il participait à un tournage. Mme St-Pierre entend néanmoins avoir un entretien avec M. Pellerin sous peu.

3 commentaires
  • Claude Lachance - Inscrite 26 juin 2012 06 h 47

    Et les autres???

    Pourquoi faire un "plat" avec le carré rouge des artistes? Je ne comprends pourquoi les journalistes, veulent que la madame ministre s'excuse auprès des artistes alors que c'est toute la population qu'elle méprise!! Je porte le carré rouge, mon voisin, aussi, et tant de gens, autour, casseroles et carré rouge... pour la fête, la justice, et tout ce qu'il y a de non-dit derrière ce petit symbole, Tout sauf "violence" , mais dénonciation du mépris de ce gouvernement envers la population, de sa totale incompetence, dans tous les domaines, de son arrogance...sa fourberie constante.. d'une gérance des biens publiques douteuse... etc... C'est pas en campagne pré-électorale à la manière Charest blanc sur blanc.. qu'on va passer l'éponge.Il est trop tard pour les excuses. Le propos n'aurait jamais du être dit, et encore moins pensé.

  • Franklin Bernard - Inscrit 26 juin 2012 07 h 28

    Le fond de la pensée de St-Pierre n'a pas changé, et ne changera pas

    Elle n'a nul besoin de rencontrer Fred Pellerin, ni même de parler à Fred Pellerin au téléphone. La cause est entendue. Quand on se targue d'être Ministrre de la CULTURE, on doit connaître le poids des mots. Quand on connait le poids des mots, on sait que ceux-ci sont le reflet de notre pensée. Et aucune excuse, ni aucune explication n'effaceront ce que nous avons entendu du fond de la pensée réctionnaire de St-Pierre: mépris des étudiants, assimilation de toute contestation du gouvernement de corrompus arrogants auquel elle appartient à une violence, de toute façon extrêmement marginale (et probablement provoquée et entretenue par le pouvoir en place), appui à une loi 78 de colonels putschistes, et à son cortège de matraquage, gazage et arrestatiosn arbitraires, enfin détestation manifeste de ceux et celles qu'elle est censée représenter et servir, et au nom de qui elle parle, les artistes.

    Désormais, aucun discours en langue de bois venant d'elle ne nous fera pardonner ni oublier le fond de la pensée de St-Pierre.

  • Daniel Francoeur - Abonné 26 juin 2012 13 h 57

    La boîte vocale d'Al Quaïda

    Elle a simplement dû se tromper de boîte vocale...