Des ingénieurs généreux envers les partis politiques

Des employés, des proches et des ex-employés des cinq principales firmes de génie-conseil du Québec, soit SNC-Lavalin, Dessau, Genivar, BPR et CIMA+, ont donné près de 5 millions $ au Parti libéral du Québec (PLQ) et au Parti québécois (PQ) entre 2001 et 2010, a rapporté Radio-Canada.

Le PLQ a récolté la plus grande part, soit près de 62 % des contributions politiques, contre 34 % pour le PQ, l’Action démocratique du Québec (ADQ) recevant pour sa part un maigre 212 000 $ durant cette période, selon les données obtenues par la télévision publique auprès de l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec.


Ces données laissent croire que les employés, proches et ex-employés de SNC et CIMA+ sont de loin les plus grands contributeurs aux partis politiques, tandis qu’en pourcentage, ceux de Genivar sont, de toutes les firmes, ceux qui ont le plus contribué à la caisse du Parti libéral.


Selon les lois québécoises en vigueur, seuls les particuliers peuvent contribuer au financement des partis politiques. Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2011, à la suite de modifications législatives, un citoyen du Québec ne peut donner plus de 1000 $ par année, contre 3000 $ auparavant.


Quiconque donne plus de 100 $ à un parti doit signer une déclaration indiquant que sa contribution, faite « à même ses propres biens », est volontaire et qu’elle ne sera donc pas remboursée ou compensée par qui que ce soit.


L’objectif de la loi est particulièrement de prévenir la pratique identifiée comme étant celle des « prête-noms », qui permet par exemple à une entreprise n’ayant pas le droit de verser une contribution politique de le faire de façon détournée en remboursant les contributions de certains de ses employés.


Selon les rapports financiers des partis, rendus publics cette semaine par le Directeur général des élections, en 2011, quelque 43 500 donateurs ont versé plus de 7,5 millions $. Les contributions aux partis ont diminué de 15,2 % par rapport à l’année 2010.

À voir en vidéo