Sondage Léger Marketing-Le Devoir - Le Québec veut des élections

Selon le coup de sonde Léger Marketing/Le Devoir réalisé entre mardi et jeudi auprès de 1000 personnes, les libéraux de Jean Charest auraient obtenu 33 % des votes si des élections avaient eu lieu cette semaine. C’est là une égalité statistique avec le Parti québécois (PQ) de Pauline Marois, deuxième à 32 %.
Photo: - Le Devoir Selon le coup de sonde Léger Marketing/Le Devoir réalisé entre mardi et jeudi auprès de 1000 personnes, les libéraux de Jean Charest auraient obtenu 33 % des votes si des élections avaient eu lieu cette semaine. C’est là une égalité statistique avec le Parti québécois (PQ) de Pauline Marois, deuxième à 32 %.

Les Québécois sont formels : ils veulent des élections, et vite. L’idée d’un déclenchement à la mi-août est ainsi appuyée par 55 % des répondants d’un sondage, qui révèle aussi un coude-à-coude dans les intentions de vote entre les libéraux et les péquistes. Ces derniers peuvent pour le moment envisager la formation d’un gouvernement minoritaire… mais tous les scénarios demeurent possibles.

Selon le coup de sonde Léger Marketing/Le Devoir réalisé entre mardi et jeudi auprès de 1000 personnes, les libéraux de Jean Charest auraient obtenu 33 % des votes si des élections avaient eu lieu cette semaine. C’est là une égalité statistique avec le Parti québécois (PQ) de Pauline Marois, deuxième à 32 %. Cela confirme une tendance mesurée dans les dernières semaines dans d’autres sondages.


Pour François Legault, les nouvelles sont mauvaises. Sa Coalition avenir Québec (CAQ) n’a jamais été aussi basse dans un sondage Léger, avec 19 % des intentions de vote. C’est une baisse de deux points en un mois. La CAQ a perdu 50 % de ses appuis depuis le mois de décembre. Québec solidaire suit avec 9 % d’appuis (c’est stable de ce côté), les Verts obtiennent 4 % et Option nationale 1 %.


Dans ce contexte serré, « l’histoire se passe dans les intentions de vote des francophones », dit Christian Bourque, vice-président chez Léger. « Avec 38 % du vote francophone au PQ, contre 28 % pour les libéraux et 20 % pour la CAQ, Pauline Marois peut espérer un gouvernement péquiste minoritaire,dit-il. Sauf qu’on est à un point ou deux de basculer vers le minoritaire. Et si les libéraux continuent de se replacer dans le vote francophone [ils étaient à 19 % en février], tout peut changer. »


Seule une élection permettrait donc d’y voir plus clair… et les Québécois la désirent fortement : 55 % des répondants souhaitent en effet que le premier ministre convoque les électeurs pour un scrutin quelque part à la mi-septembre, soit plus d’un an avant la fin prévue de son mandat. Une personne sur trois s’oppose à cette idée et 13 % ne savent pas. Les électeurs péquistes, caquistes et solidaires sont largement favorables à l’idée, mais aussi 35 % des électeurs libéraux.


« C’est rare qu’on peut dire ça, mais les Québécois souhaitent une élection, remarque Christian Bourque. Ils sont mûrs et ils aimeraient être appelés aux urnes. C’est un discours tout à fait contraire à ce qu’on entendait dans les dernières années, alors que les élections avaient l’air de déranger. »


Invités à choisir parmi un groupe de cinq sujets d’actualité ce qui sera à leur avis le principal enjeu de la prochaine élection, les répondants ont mis devant les thèmes de la corruption et la question étudiante (34 % chacun). Un peu moins d’une personne sur cinq identifie plutôt la « propriété des ressources naturelles », alors que les questions de la souveraineté (4 %) et de la langue (2 %) arrivent loin derrière. « La question identitaire chère au PQ, les Québécois ne veulent pas en entendre parler, résume M. Bourque. Et les libéraux devront parler d’autre chose que d’économie. »


Conflit


Le soutien à une élection hâtive est probablement stimulé par l’impression qu’ont 49 % des répondants que la crise étudiante ne pourra se régler que par un scrutin. En revanche, 41 % des personnes sondées pensent que la négociation pourrait résoudre le conflit.


La population continue de supporter « davantage la position du gouvernement » dans le cadre du conflit (56 %). L’appui à la position des étudiants est de 35 %. À noter que plus du quart des péquistes supportent le gouvernement dans ce dossier. « Ça ressemble à la moyenne depuis deux mois, analyse M. Bourque. Il y a eu deux sursauts pour les étudiants, au lendemain de la grande manifestation du 22 mars et après l’adoption de la loi spéciale. Mais on est revenu à ce qui semble être la tendance lourde. »


D’autres indicateurs montrent que la crise semble avoir profité à Jean Charest. 26 % des gens le perçoivent aujourd’hui comme le meilleur premier ministre (+ 8 en un mois), cinq points devant Pauline Marois. À 69 %, le taux d’insatisfaction des libéraux est sous la barre des 70 % pour la première fois en un an. « La crise a polarisé les débats et replacé le paysage politique dans un affrontement bipartite, dit M. Bourque. Ça a permis à M. Charest de faire des gains. »


Mais Christian Bourque croit que le conflit étudiant n’a en réalité « profité à personne ». « Les libéraux ont gagné quelques points dans les intentions de vote. Mais lorsqu’on demande aux gens d’évaluer la performance de chaque parti, tout le monde sort perdant ». Pour les libéraux, le scénario serait « simplement un peu moins triste ».


À la question de savoir si les répondants sont satisfaits des interventions faites par les différents partis dans le cadre du conflit, les réponses sont ainsi globalement négatives. Les libéraux obtiennent 36 % de gens satisfaits, contre 56 % d’insatisfaits. La CAQ a satisfait 26 % des répondants, mais fait 52 % d’insatisfaits. Le positionnement proétudiant du PQ et de Québec solidaire vaut à ces deux partis des taux d’insatisfaction de 64 et 60 % respectivement. « La ligne dure de M. Charest était une position risquée, le carré rouge de Mme Marois aussi, dit M. Bourque. On le voit dans ces résultats. » Et on le perçoit dans la volonté de rebrasser les cartes à l’Assemblée nationale.


Le sondage a été mené en ligne auprès de 1000 personnes. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20. On ne peut toutefois pas définir de réelle marge d’erreur pour les sondages menés par Internet (l’échantillon utilisé pour sonder n’ayant pas été établi de manière parfaitement aléatoire).

À voir en vidéo