«Violence» et carré rouge: la ministre St-Pierre présente ses excuses

Québec — Confrontée à la colère du milieu culturel, la ministre Christine St-Pierre a présenté mercredi ses excuses auprès des artistes outrés par ses propos associant le carré rouge à la violence.

Une fronde sans précédent des artistes et autres acteurs du milieu a eu raison de la détermination de la ministre de la Culture qui avait refusé net, la veille, de faire acte de contrition malgré les appels répétés de l'opposition péquiste.
 
«Si des gens ont été blessés par mes commentaires je m'en excuse», a dit Mme St-Pierre lors d'un court point de presse avant la période des questions à l'Assemblée nationale.
 
Elle a néanmoins réitéré ses commentaires de la veille à l'effet que la crise étudiante a conduit à des actes de violence. Elle a rappelé que les Québécois ont été témoins ces dernières semaines de manoeuvres visant à empêcher des étudiants d'aller à leurs cours, du sabotage du métro et de vitres fracassées dans le cadre de manifestations.
 
À ses yeux, si de nombreux citoyens portent le carré rouge pour exprimer leur appui pacifique à la cause étudiante, d'autres affichent le même symbole et font la promotion de la violence.
 
Un appel

Interpellé par le Parti québécois en Chambre, Mme St-Pierre a de nouveau présenté ses excuses et a lancé un appel à tous les Québécois de même qu'aux parlementaires pour qu'ils dénoncent toute forme de violence et d'intimidation.
 
La ministre de la Culture est sur le gril depuis qu'elle a associé, vendredi dernier, le port du carré rouge à la promotion de la violence. Elle a fait cet amalgame à la suite du refus du conteur Fred Pellerin d'être fait chevalier de l'Ordre national du Québec. Le jeune auteur avait justifié son refus en invoquant la crise sociale.
 
Les commentaires de la ministre ont soulevé l'ire de la communauté culturelle qui a massivement épousé la cause étudiante. Pas moins de 2600 artistes, comédiens, écrivains, cinéastes et journalistes culturels ont fait front, dans une lettre, pour exiger que la ministre fasse son mea culpa.
 

Dans une lettre publiée sur le site Web du Devoir, ces milliers d’artistes, comédiens, metteurs en scène, cinéastes, écrivains, professeurs de cégeps et d’université, journalistes culturels et autres membres de la communauté artistique s’indignent des « propos démagogiques » tenus par Christine St-Pierre à la suite du refus de Fred Pellerin de recevoir, vendredi, le titre de chevalier de l’Ordre national du Québec. Dans une lettre envoyée à l’institution, le conteur avait invoqué la crise sociale actuelle pour justifier sa décision. La ministre a alors affirmé que le conteur avait le droit de porter le carré rouge, « mais nous, on sait ce que ça veut dire le carré rouge, ça veut dire l’intimidation, la violence ».
 


Avec Martin Ouellet de La Presse canadienne
61 commentaires
  • Sébastien Chabot - Inscrit 13 juin 2012 10 h 52

    À peu près temps...

    Mais au moin elle réagit et corrige le tir lorsqu'elle fait/dit des conneries, pas comme son chef ou mmes Courchesnes ou Pantoite.

    Sébastien

    • Yves Claudé - Inscrit 13 juin 2012 17 h 33

      «Elle corrige le tir» : pas vraiment ! … n’est-ce pas le vent de la culture qui a agit sur une “girouette” ?

      Bien que le terme soit banni du Salon bleu, on peut se demander si ce n’est pas tout simplement le vent de la culture qui aurait agi sur une “girouette” ?

      Si cette hypothèse d’un effet physique de “girouette” était vérifiée, il ne s’agirait aucunement d’un jugement de valeur, puisqu’on serait objectivement face au constat qu’un déplacement mécanique latéral s’est effectué sous l’effet d’une force extérieure.

      Cependant, il est clair que ce déplacement éolien est de pure forme, puisque la ministre, qui réussit à prononcer le mot «excuses», en démolit immédiatement le sens en réitérant d’une manière alambiquée son infâme stigmatisation contre des porteurs de carrés rouges, globalement suspects et par ailleurs coupables de «violence» et d’«intimidation».

      Il n’est décidément pas facile de s’extraire d’un piège à ours lorsque l’on s’y est précipité délibérément et en connaissance de cause !

      Monsieur Jean Charest va-t-il suspendre la ministre de ses fonctions, comme le fit son précédent employeur, suite à une intervention également controversée (*) ?

      Yves Claudé

      (*) http://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_St-Pierre

  • Gilles Théberge - Abonné 13 juin 2012 11 h 00

    Elle s'excuse ?

    En fait elle s'excuse elle-même. elle aurait du en effet présenter ses excuses. Ce sont les outrés qui peuvent l'excuser. De la part de la ministre de la culture qui est de plus responsable de la qualité de la langue, c'est pas fort. Même si c'est une expression couramment utilisée, elle devrait le savoir.

    Pour le reste elle continue d'associer le carré rouge au désordre. C'est une association parfaitement inappropriée. Je porte le carré rouge et ce n'est pas pour moi une façon d'encourager le désordre social ni le vandalisme.

    Je suis plutôt d'avis que c'est la mauvaise foi du gouvernement et de son chef qui sont à l'origine du désordre, beaucoup plus que les casseurs qui n'en sont que la conséquence logique, bien que malheureuse.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 13 juin 2012 12 h 29

      Quousque tandem ...

      La madame St-Pierre a-t-elle assez de culture pour comprendre cela, pour comprendre qu'on en a ras-le-bol de ce gouvernement libéral à oeillères et aux oreilles bouchées?

      Notre patience est à bout.

    • Michel Miclot - Inscrit 13 juin 2012 13 h 56

      Tout à fait d'accord avec vous , encore de la basse politicaillerie libérale

    • Jean-Pierre Sirois-Trahan - Abonné 13 juin 2012 14 h 34

      Je m'excuse au sens de je vous présente mes excuses est parfaitement français depuis au moins 1690, sauf bien sûr pour ceux qui ne résistent pas au plaisir de faire la leçon aux autres. C'est défendu par Grévisse et par quantité d'écrivains.

    • Raymond Bomoh - Inscrit 13 juin 2012 18 h 02

      Je me souviens que certains de mes professeurs (en France) nous indiquaient clairement la différence lors des cours de français en nous interpellant : "qui t'es pour t'excuser tout seul". Je m'en souviens encore aujourd'hui.

      Ça c'est peut-être perdu ici ...

  • Martin Benny - Inscrit 13 juin 2012 11 h 09

    Le respect doit-il tributaire de la cote d'amour?

    Bravo aux signataires de la lettre d’avoir obtenu des excuses! Cette rectification était nécessaire et importante! On ne doit clairement pas accepter que le symbole d’une cause légitime soit associé de manière aussi grossière à des comportements déplorables. Néanmoins, une question me hante : Pourquoi personne n’a dénoncé les propos quand ils étaient faits à l’égard de Pauline Marois? (Jean Charest et plusieurs ministres ont joué ce jeu à plusieurs reprises)

    Est-ce que quelque chose m’échappe? Je reconnais que Fred Pellerin est particulièrement adorable! De toute évidence, la cote d’amour de Pauline Marois n’atteint pas ce niveau. Cependant, est-ce que les accusations gratuites et mensongères sont acceptables quand elles visent des gens dont la cote d’amour est moins élevée?

    • F. Georges Gilbert - Inscrit 13 juin 2012 14 h 34

      Une réflexion importante,pertinente et justifiée.Les accusations gratuites,mensongères -répétées depuis des mois, contre Mme.Marois,sont toutes autant, inadmissibles,inacceptables et déplorables.
      Mais ,que valent les excuses cosmétiques,présentées par les libéraux de Charest....

    • Claude Champagne - Inscrit 13 juin 2012 15 h 27

      Sacré bon point M. Benny , bon point je vais y réfléchir.

    • Jacques Thibault - Inscrit 13 juin 2012 20 h 47

      Très juste!

  • Hélène Meunier - Inscrite 13 juin 2012 11 h 10

    Comment être aussi aveugle????

    Chère madame la ministre, quelle déception de vous entendre et de voir les oeillères que vous portez. Comment être aussi sourde et aveugle de quoi faire pâlie Helen Keller?

  • François Dugal - Inscrit 13 juin 2012 11 h 13

    La violence

    Et la police qui tape sans vergogne sur des étudiants sans défenses, vous appelez ça comment, madame la ministre?

    • Philippe Fortin - Inscrit 13 juin 2012 11 h 59

      Ils ne portent pas le carré rouge, ils ont donc le droit de le faire. Ils ne sont pas des gens violents :) (ironie 101)

    • Jonathan Kemp - Inscrit 13 juin 2012 14 h 30

      "Un avant goût de leur programme électoral ?"