«Violence» et carré rouge: la ministre St-Pierre refuse de présenter des excuses

Québec – La ministre de la Culture, Christine St-Pierre, a refusé aujourd'hui de présenter ses excuses pour avoir associé le carré rouge à la violence.

Mme St-Pierre a expliqué que ses propos au sujet du carré rouge visaient à dénoncer les « scènes disgracieuses » des manifestations étudiantes rapportées par les médias.

À défaut de s'excuser, la ministre « doit partir », a plutôt soutenu l'opposition péquiste, accusant Mme St-Pierre d'avoir voulu brimer la liberté d'expression des artistes qui, comme le Parti québécois, ont massivement embrassé la cause étudiante.

Vendredi dernier, la ministre St-Pierre a critiqué le port du carré rouge après le refus du conteur Fred Pellerin d'être fait chevalier de l'Ordre national du Québec. Le jeune artiste a justifié son refus en invoquant, dans une lettre adressée l'Ordre national, « la crise sociale d'ampleur » qui secoue « notre démocratie ».

Déçue, la ministre de la Culture a reconnu le droit du conteur à porter le carré rouge, mais elle a ajouté que pour elle et son parti, ce symbole signifie « l'intimidation, la violence » et le « fait qu'on empêche de gens d'aller étudier ».

Ces propos ont provoqué la furie des députés péquistes qui portent tous le carré rouge en Chambre, à l'exception notable de leur collègue de Richelieu, Sylvain Simard.

Au cours de la période des questions aujourd'hui, le porte-parole du PQ en matière de culture, Maka Kotto, a condamné les commentaires « infâmes » de la ministre et exigé qu'elle fasse acte de contrition.

Par Martin Ouellet

À voir en vidéo