Le vérificateur général contredit Courchesne

Le vérificateur général du Québec par intérim, Michel Samson, contredit la ministre Michelle Courchesne : le personnel politique du cabinet de la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et de son prédécesseur, Jean-Marc Fournier, a bel et bien écarté 418 des 918 projets de construction et de rénovation d’installations sportives sans que les fonctionnaires fournissent d’analyses, ce qui a guidé le versement de subventions totalisant 363 millions.

« La liste [de 918 demandes de subventions remise au cabinet de la ministre sans avoir fait l’objet d’une analyse] est revenue avec des signes du cabinet », a confirmé la porte-parole du VG, Raymonde Côté-Tremblay, des signes pour désigner les dossiers choisis. Si cela avait été inexact, le ministère, auquel le rapport est soumis pour obtenir des commentaires, aurait rectifié les faits. « Le ministère ne nous a pas contredits là-dessus », a affirmé la porte-parole.


Dans un entretien téléphonique avec Le Devoir mercredi, Michelle Courchesne a soutenu qu’il était impossible que le personnel politique de son cabinet ait fait ces choix. La ministre n’a vu que les 500 projets analysés.


Lors de la période de questions à l’Assemblée nationale, l’opposition a dénoncé la gestion de ce programme par la ministre. « Après le fling-flang quand elle octroie des places en garderie, c’est maintenant le fling-flang des équipements sportifs », a lancé le député péquiste Bertrand St-Arnaud.


3 commentaires
  • Marc Bégin - Inscrit 1 juin 2012 06 h 03

    Jusqu'au bout

    C'est souffrant d'endurer ce parti libéral qui n'exerce le pouvoir que pour en abuser au service du copinage.Quel gaspillage des fonds publics convainquant lorsque ce gouvernement libéral tape sur les jeunes pour taper leurs économies.Si au moins,je n'en faisais pas les frais comme parent d'étudiant et de payeur d'impôts,j'essaierais de les oublier jusqu'à la prochaine élections.Je me souviendrai.

  • Franklin Bernard - Inscrit 1 juin 2012 10 h 42

    Et c'est elle que John James envoie...

    ... «négocier» avec les étudiants. Une gifle en pleine face aux étudiants et au peuple québécois. Et on s'interroge sur la bonne foi de ce gouvernemen de menteurs corrompus?

  • Christian Ouellet - Inscrit 1 juin 2012 14 h 22

    encore de la collusion

    tout ce que touche ce gouvernement devient corrompue.