Sondage - Une majorité de Québécois sont en désaccord avec la loi 78

La loi spéciale de Jean Charest ne jouit pas de l’appui populaire.
Photo: Clément Allard - Le Devoir La loi spéciale de Jean Charest ne jouit pas de l’appui populaire.

Selon un sondage CROP effectué auprès de 1000 internautes, 60 % des répondants se disent en désaccord avec loi spéciale 78 restreignant le droit de manifester.

Commandé par Radio-Canada et rendu public hier, le sondage effectué en ligne a démontré que près de la moitié des personnes sondées pensent plutôt qu’une médiation entre le gouvernement du Québec et les fédérations étudiantes serait la meilleure façon de mettre fin à la crise.


Selon les résultats de ce sondage, la population semble plutôt partagée quand vient le temps d’essayer de trouver un responsable à la crise. Une pluralité de personnes interrogées, 44 %, montre le gouvernement du doigt, tandis que 36 % des répondants jugent que la responsabilité en incombe aux leaders étudiants.


Pour ce qui est des enjeux, les personnes interrogées sont majoritairement en désaccord avec l’idée que la crise étudiante repose uniquement sur la hausse des droits de scolarité. Il faut dire que l’opinion est sans doute influencée par la levée de boucliers contre l’adoption de la loi 78 qui vise, notamment, à réprimer certains types de manifestations.


Les répondants sont divisés quant à l’idée voulant que la crise soit le résultat d’un conflit de générations. Cette opinion semble se refléter dans les résultats mêmes du sondage, puisque, comme le faisait remarquer Sylvain Gauthier, vice-président de la firme de sondages CROP, « les opinions varient beaucoup selon l’âge. Plus l’âge des répondants augmente, plus ils appuient le gouvernement, et au contraire, plus leur âge diminue et plus ils appuient les fédérations étudiantes ».


Clivage gauche droite


Les résultats du sondage laissent également croire que les gens envisagent la crise étudiante sous l’angle d’un clivage politique. Ainsi, près de 60 % des personnes interrogées sont d’accord avec l’affirmation voulant que la crise étudiante oppose la gauche et la droite.


Par ailleurs, les répondants au sondage penchent plutôt du côté d’une augmentation des droits de scolarité. En fait, selon le sondage, très peu de gens appuient l’abolition ou le gel de ces droits, même chez les 18-34 ans. Dans cette catégorie d’âge, seulement 12 % des répondants appuient l’abolition des droits de scolarité, tandis qu’un autre 12 % appuie le gel des frais. En fait, la solution qui remporte la palme, peu importe l’âge, est l’indexation des droits de scolarité au coût de la vie, dans une proportion importante de 45 %.


Le sondage CROP/Radio-Canada a été effectué sur Internet du 23 au 25 mai 2012 auprès de 1000 répondants. Ses résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région de résidence et de la langue parlée à la maison. L’échantillon étant non probabiliste, la marge d’erreur ne s’applique pas.

9 commentaires
  • Catherine Paquet - Abonnée 26 mai 2012 05 h 37

    Hola!

    Et le minuscule 16% des citoyens qui croient que les leaders étudiants font preuve de bonne foi? Vous ne trouvez pas qu'il y a là une certaine bonne raison à la crise elle-même et à ce que la crise se prolonge?

    • Yves Claudé - Inscrit 26 mai 2012 18 h 41

      Les sondages: “à boire et à manger” pour tout le monde !

      Monsieur Georges Paquet,

      Il est rassurant de constater que vous trouvez de quoi conforter votre point de vue dans les sondages. Je vous conseille d’ailleurs celui de la Presse qui vous intéressera encore plus.

      Ce qui est magnifique dans les sondages d’“opinions”, c’est qu’il y a “à boire et à manger pour tout le monde” !

      Cela rendra encore plus nécessaire et ardu le travail des scientifiques, sur les faits sociohistoriques réels, sans oublier ces perceptions industriellement prélevées et médiatiquement propagées, et leurs effets en retour sur la réalité.

      Cordialement

      Yves Claudé

  • Michel Miclot - Inscrit 26 mai 2012 06 h 42

    et le 40%

    Il y a quand même 40 % de gens qui l'approuvent ou n'ont pas d'opinion. Et ces gens votent , voilà qui est épeurant. Le vote des anti-démocrates qui ne croient qu'en la force ne peut que déboucher que sur la ploutocratie et la voyoucratie québécoise ou l'autocratie canadienne.

  • Florence Péloquin - Abonnée 26 mai 2012 08 h 07

    Un autre analyse du sondage

    Tiré d'un autre grand quotidien ce matin:


    "Cependant, les Québécois approuvent clairement les dispositions de cette loi. À l'exception des amendes très salées, l'ensemble des mesures, y compris celle sur l'encadrement des manifestations, obtient un appui non équivoque. Selon Youri Rivest, vice-président de la maison de sondage, «c'est comme si les consommateurs aimaient le produit, mais désapprouvaient le vendeur», une observation lourde de sens pour la stratégie de communication du gouvernement Charest.
    Ainsi, 67% des répondants sont d'accord pour la suspension des cours dans les institutions visées par le boycottage et leur reprise à la mi-août. Aussi, 70% sont favorables à ce que Québec empêche les manifestants de bloquer l'accès aux cours et 64% approuvent l'idée que les manifestations ne s'approchent pas à moins de 50 mètres du terrain d'un cégep ou d'une université.
    Pas moins de 70% des gens sont d'accord pour que les organisateurs des manifestations soient tenus de transmettre les détails de leur action à la police huit heures à l'avance. Encore 72% des gens estiment légitime que la police puisse refuser un itinéraire de manifestation pour protéger la sécurité publique".

    Et plus loin:

    "Le dernier sondage CROP réalisé cette semaine constate que selon 77% des répondants - et 76% des gens de la grande région de Montréal -, les forces de l'ordre ont fait du «bon» travail dans le contrôle des manifestations étudiantes; 23% sont d'avis contraire. La police obtient un taux important d'appui à Québec, à 81%, et chez les aînés, à 84%. Mais 70% des moins de 35 ans sont aussi satisfaits du travail des policiers.
    Une claire majorité de Québécois estime que la police devrait appliquer «très ou assez» rigoureusement les dispositions de la loi d'exception; 58% des gens sont de cet avis, et 71% des répondants à Québec. En revanche, 42% pensent que la police devrait jeter du lest; 45% des francophones et 44% des Mon

  • Jacques Moreau - Inscrit 26 mai 2012 11 h 29

    Un autre loi inutile

    Pourquoi je n'approuve pas la loi 78 ? Parce que ce n'est qu'une autre de ces lois qu'on n'aura pas la colonne vertébrale requise pour l'appliquer, et faire respecter. C'est encore une opération de corruption pour nous faire payer des gros contracts d'avocats lesquels se feront bien un devoir de "récompenser" leurs bienfaiteur, le gouvernement de Jean Charest. En bout de piste, le moins pire comme gouvernant c'est encore "Ti-Jean"

  • Gilbert Ampleman - Inscrit 26 mai 2012 12 h 28

    Sondage Crop

    RDI hier, par l'entremise de leurs commentateurs affirmait catégoriquement ( Mme Dussault et M. Lépine) que les Québécois disent ceci, pensent cela.......Le tout basé sur un sondage CROP.....Est-ce que cette firme a encore quelque crédibilité ? Un responsable de cette firme a même dit que le mouvement étudiant n'avait pu augmenter sa sympathie auprès de la population.......Ce Monsieur n'a visiblement pas mis le nez dehors depuis un certain temps et c'est tant mieux parce que comme chaudron il ferait bien l'affaire...il résonne bien, comme un tambour.