La CLASSE refuse de se soumettre à la loi spéciale

Le coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois
Photo: Jacques Nadeau Le coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois

La Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) demande aux étudiants de poursuivre la mobilisation et se dit prête à faire face à d'éventuelles poursuites judiciaires déposées en vertu de la loi 78.

La coporte-parole de la CLASSE Jeanne Reynolds a indiqué lundi que l'association sera solidaire avec toutes les personnes poursuivies en vertu de la nouvelle loi spéciale du gouvernement Charest.
 
Elle a ajouté, lors d'un point de presse tenu à Montréal, que l'inaction était synonyme de complicité, et que de se soumettre à cette loi, c'était l'accepter.
 
«Nous assistons à un face-à-face historique entre le gouvernement et la jeunesse. En se soumettant, nous reconnaissons l'efficacité de sa répression, et le gouvernement gagne. S'il gagne une fois, il refera le coup assurément», a lancé Jeanne Reynolds.
 
«Des milliers de citoyens et citoyennes ont manifesté leur intention de défier la loi, mais aucune association n'avait eu le courage de parler en leur nom jusqu'à présent«, a de son côté fait valoir le coporte-parole Gabriel Nadeau-Dubois, ajoutant que la CLASSE endosserait désormais ce rôle.
 
Il a aussi précisé qu'il n'appelait pas les étudiants à commettre des gestes violents ou du vandalisme, mais bien à continuer de manifester en vertu des droits garantis par les chartes.
 
Désobéir

L'association étudiante a aussi mis en ligne lundi un site Web, «arretezmoiquelquun.com», pour que les citoyens puissent afficher publiquement leur intention de désobéir à loi 78, une loi qui «enfreint directement le droit de manifester et la liberté d'association des individus», indique-t-on sur le site.
 
«Si le gouvernement veut s'en prendre à la CLASSE, à ses élus et à ses porte-parole, il devra s'en prendre à ceux et celles qui signeront cette déclaration en ligne, disponible pour les forces policières», a souligné M. Nadeau-Dubois. Selon lui, cette liste très publique permettra de démontrer le caractère «absurde et inapplicable» de la loi, a-t-il dit.
 
Les porte-parole ont d'ailleurs indiqué qu'ils ne fourniront pas aux policiers l'itinéraire de la grande manifestation de mardi, qui doit marquer les 100 jours du mouvement de contestation étudiante. La CLASSE défie ainsi la loi 78, qui contraint les organisateurs d'une manifestation de 50 personnes ou plus de fournir le parcours aux policiers huit heures d'avance.
 
La manifestation, qui était déjà prévue depuis quelque temps, aura lieu à compter de 14h à la place des Festivals à Montréal.
 
Les porte-parole de la CLASSE ont aussi annoncé qu'ils entameront des procédures devant les tribunaux, conjointement avec les autres associations étudiantes, pour faire invalider la loi 78.
 
«Le gouvernement utilise la peur pour réprimer la contestation, et il s'agit d'une méthode digne d'un régime autoritaire», a soutenu Mme Reynolds.
 
Ils demandent à toutes les associations membres de la CLASSE de poursuivre la grève jusqu'à la reprise des cours, au mois d'août. Une deuxième ronde d'assemblées générales sera alors tenue pour relancer la grève dès le début de la session d'automne, a mentionné M. Nadeau-Dubois, ajoutant que les «moyens nécessaires» seraient mis en place pour faire respecter les mandats de grève adoptés démocratiquement.

 
17 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 21 mai 2012 18 h 15

    Et voilà le travail!

    LA Classe refuse de se soumettre. C'était prévisible. En soi, au niveau des prinipes je suis tout à fait d'accord. Sauf que, c'est exactement ce qu'attendais Charest.

    Et il est mort de rire Charest. Parce que l'attitude de la CLASSE est peut-être son passeport pour un quatrième mandat.

    Quelle horreur!

  • Francois Gibeault - Inscrit 21 mai 2012 18 h 23

    Déconnection

    Les CF-18 viennent de faire des manoeuvres le long de la rive-sud du fleuve près de Montréal. Je crois que la déconnection des 2 paliers de gouvernement, avec la réalité, est totale. Surtout le jour de la Fête des patriotes.

    La seule voie de sortie que je voie est une élection. Comme ça, personne ne pourra dire qu'ils a battu l'autre et nos institutions auront regagné un peu de crédibilité.

    Est-ce qu'il y a des cerveaux qui sont encore fonctionnels au Québec et même au Canada. À n'importe lequel niveau?

  • Carole Dionne - Inscrite 21 mai 2012 18 h 46

    Le danger



    Les gens de la CLASSE sont très fin renard. On appelle à la désobéissance civile mais sans préciser, avec ou sans violence. Ces leaders savent très bien qu'il y a beaucoup de têtes folles parmi les jeunes gens. Si il y a violence, les leaders diront qu.ils ne l'ont pas prôner. Comment déstabiliser une démocratie.

    EN PASSANT

    La CLASSE qui se gorge de fonctionner à la démocratie directe, ont -ils demandé un vote aux 150, 000 étudiants tel qu'ils le prônaient pour les offres gouvernementales? Ou on fait comme les syndicats, soit s'approprier par délégation, quand cela fait leur affaire, de l'idée de désobéir à la loi?.

    Des vrais pas pareils

  • Robert Devault - Inscrit 21 mai 2012 18 h 51

    Bravo !

    De la part d'un grand-papa de 65 ans,bravo et merci de me récomforter,il reste encore des gens,au Québec,qui savent se tenir debout.Il faut savoir se battre et souffrir pour des principes démocratiques et vous en faites la preuve.Bravo les jeunes,vous avez tout mon appui !!!

  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 21 mai 2012 18 h 59

    Bande de caves

    Vous êtes-pas écoeurés de divaguer bande de caves?La prochaine fois, allezvoter!

    • Chantal Mino - Inscrite 22 mai 2012 07 h 33

      De qui parlez-vous M. Jacques Saint-Cyr ? Du 1%, de leurs larbins et de leurs tits amis mafieux qui se sont créé un monde depuis Duplessis afin de se mettre au pouvoir et de le garder, de contrôler l'information en achetant le plus de médias possible afin de laver le cerveau des citoyens et de s'enrichir indûment au dépens de la population québécoise en entier qui en arrache de plus en plus pour vivre en toute liberté, en toute honnêteté, en toute intégrité, en toute sécurité et en toute tranquillité d'esprit ? J'avoue que votre langage n'est pas le mien, mais vous en faites une bonne description simple et concise.

      Et même s'ils allaient voter, sachez qu'ils sont monoritaires et vont perdre leurs tits amis députés et ministres du PLQ.

      J'ai bien compris j'espère ???