La ministre Beauchamp serait en discussion avec des étudiants

Des étudiants opposés à l'entente proposée par le gouvernement ont manifesté de nouveau, dans la nuit de samedi à dimanche, au centre-ville de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des étudiants opposés à l'entente proposée par le gouvernement ont manifesté de nouveau, dans la nuit de samedi à dimanche, au centre-ville de Montréal.

Québec — Il était impossible de communiquer avec la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, dimanche. Elle serait occupée à discuter avec les leaders étudiants, mais pas avec ceux de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

Jointe au téléphone par La Presse canadienne, l'attachée de presse de la ministre, Hélène Sauvageau, a indiqué que Mme Beauchamp «était en discussions téléphoniques avec les leaders étudiants» et que son bureau allait aviser les médias et la population quand il souhaitera discuter du conflit étudiant.
 
Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois a indiqué sèchement que son organisation ne faisait pas partie de ces discussions, ajoutant qu'aucune des deux parties n'a tenté de communiquer avec l'autre.
 
À la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), la porte-parole Charlotte Watson admet quant à elle que les contacts entre la ministre Beauchamp et la FECQ ont été plus fréquents durant la dernière semaine. Les discussions sont plus sérieuses quant à la marge de manoeuvre dont le gouvernement dispose, et certains documents ont été échangés.
 
Mme Watson ajoute qu'aucune rencontre «physique» n'est prévue.
 
De l'espoir

Par ailleurs, les leaders étudiants estiment qu'il y a encore de l'espoir en vue d'une sortie de crise et ce, malgré le rejet massif de l'entente de principe intervenue entre le gouvernement et les quatre associations étudiantes du Québec.
 
«On est prêts à aller s'asseoir — dès demain matin s'il le faut — pour discuter avec le gouvernement de la manière de régler la crise, mais il va falloir un changement d'attitude de sa part. Il va falloir qu'il soit plus a l'écoute», explique M. Nadeau-Dubois.
 
 
«Nous, on garde le cap. La mobilisation se poursuit, on attend une offre du gouvernement.»
 
La CLASSE, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), la FECQ et la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) ont tous rejeté l'entente conclue la semaine dernière avec le gouvernement Charest.
 
Selon M. Nadeau-Dubois, cette proposition a eu un impact positif sur le moral des étudiants.
 
«Ironiquement, l'effet concret du dépôt de l'offre a été de dynamiser le mouvement de grève comme peu d'événements l'avaient fait dans le dernier mois», observe-t-il.
 
«Il y avait une atmosphère électrique dans les assemblées générales. Je crois que tout le monde a été surpris de voir que les étudiants sont prêts à aller jusqu'au bout. Après 13 semaines de grève, il s'est formé une solidarité exceptionnelle. Les gens sont prêts à aller beaucoup plus loin qu'ils ne le pensaient au départ.»
 
M. Nadeau-Dubois affirme que la CLASSE est favorable à l'idée d'un moratoire sur la hausse des droits de scolarité tel que proposé par certains leaders syndicaux samedi, mais qu'il faudra voir la durée et les conditions d'une telle mesure.
 
Mauvaise idée

Il semble par ailleurs fort peu inquiet de la nouvelle vague d'injonctions prononcées vendredi dernier. Selon lui, elle ne fonctionnera probablement pas, car les gens refusent de voir les tribunaux briser la grève.
 
«Au mieux, les injonctions vont permettre a quelques individus d'avoir accès aux salles de cours. Au pire, ça va créer de l'attention et de la confrontation sur les campus», lance-t-il.
 
À la lumière de ce qu'il a observé dans les assemblées générales, M. Nadeau-Dubois estime que les étudiants ne retourneront pas en classe tant qu'il n'y aura pas une entente sur les frais de scolarité.
 
«Le bilan de la dernière semaine, c'est qu'on ne réglera pas le conflit à moins d'aborder l'enjeu de fond. Depuis le début, le gouvernement a tenté de contourner le sujet principal de plusieurs manières. On parle de prêts et bourses, de gestion, de frais afférents. On parle de tout, sauf de la hausse.»

Marie-Michèle Sioui, La Presse canadienne
48 commentaires
  • Marc Collin - Inscrit 13 mai 2012 11 h 04

    Session perdu

    pratiquement pas de chance de ratrapper la sessions..... il y a déjà mainte professeur qui ont déjà discuté du sujet

    • Jean-Francis Du Cresson de la Rochandière - Inscrit 13 mai 2012 23 h 01

      Hé oui! Que vouslez-vous... une "grève" inutile qui perdure... une année scolaire gachée pour RIEN! Quel gâchis...BRAVO!!! Il faudra bien maintenant recoller les pots cassés d'une façon ou d'une autre. Je ne suis pas étudiant, mais je compatis à cette situation désastreuse... Bon courage à tous!

    • André Michaud - Inscrit 13 mai 2012 23 h 36

      Comment aurait on pu boycotter 3 mois de cours et sauver la session?

  • Steve Chabot - Inscrit 13 mai 2012 11 h 08

    Ouin

    Renégocier quoi ? c'est la ligne dure des deux coté ...
    D'un coté un gouvernement majoritairement élus avec 30% des voix.
    De l'autre on mouvement étudiant de 250 000 qui sont contre la hause mais ou seule 25% d'entre eux ont décidés de faire la grève ....

    D'un coté comme de l'autre ça marche pas ........

    • Chantal Mino - Inscrite 14 mai 2012 06 h 41

      M. Steve Chabot,

      Écoutez-vous et regardez-vous trop les médias de Quebecor et de Power Corporation,car il apparaît que vous manquez de perspective et d'objectivité?

      Comment pouvez-vous dire que c'est la même chose pour le gouvernement du PLQ et le mouvement étudiant en grève, d'un coté comme de l'autre?

      Je vous rappelle :

      - Que le gouvernement de Jean Charest a été élu avec 25% de la population québécoise dans son ensemble.
      - Que nous dépendons de Jean Charest pour qu'il y ait des élections que nous voulons depuis bien longtemps déjà,mais il a le pouvoir d'appliquer la politique de la terre brûlée et de nous faire attendre durant 4 ans s'il le veut pour se faire.

      - Que les étudiants vont en assemblée à chaque semaine et qu'ils peuvent donc y destituer leur représentants s'ils le désirent ou faire arrêter la grève.
      - Que cela prend beaucoup de courage et de la persévérance pour défendre le bien commun de l'ensemble des Québécoi(se)s au prix des représailles du 1% et de leurs larbins,ce qui n'est pas donné à tous,comprenons le bien.
      - Même si la majorité des étudiants n'ont pas voté pour la grève,la majorité sont contre la hausse des frais de scolarité,y inclus l'ensemble de la population québécoise.
      -Montrez-moi une manifestation aussi gigantesque que 250 000 personnes que nous avons eu pour le bien commun pour ceux qui sont pour le 1%,leurs larbins et la mafia.

      Vraiment,le côté qui ne marche pas, c'est celui du gouvernement du PLQ avec Jean Charest à sa tête,car il manque totalement d'empathie envers les plus démunis de notre société,de sagesse et d'humilité pour voir au bien commun de l'ensemble de la population québécoise.Les membres du PLQ sont davantage pressés de s'enrichir,de se préparer un bon parachute doré,d'enrichir leurs tits amis,dont ceux de la mafia avec qui ils déjeunent ou se font recevoir comme des rois (et peut-être des reines?) à leur propre domicile ou place d’affaire.

    • Jean-Francis Du Cresson de la Rochandière - Inscrit 14 mai 2012 18 h 58

      je pense qu'il n'y a rien à renégocier.. Il faut arrêter ce mouvement une fois pour toutes... les droits d'inscriptions vont DE TOUTE FACON AUGMENTER; il faut s'y faire et s'y préparer...

    • Chantal Mino - Inscrite 15 mai 2012 07 h 29

      M. Jean-Francis Du Cresson de la Rochandière,

      Nous sommes en démocratie où le peuple québécois est souverain. Ce n'est pas au 1%, à leurs larbins et à la mafia qui remplit les coffre du PLQ de décider des valeurs et des choix de notre société québécoise.

      Préparez-vous à voir que vous êtes minoritaires à ne pas penser au bien commun de l'ensemble des Québécoi(se)s, heureusement.

      Le printemps québécois ne fait que commencer jusqu'à ce que nous ayons obtenu l'été pour tous et non pas juste pour le 1%, leur larbins et la mafia qui remplit les coffres du PLQ.

  • Carole Dionne - Inscrite 13 mai 2012 11 h 13

    La balle est toujours dans le camp de l'autre

    Excellente stratégie syndicaliste. On ne peut pas demander mieux. Allons voir Parent de la le CSQ pour savoir le reste de l'histoire et évitons les intermédiares tel que la CLASSE. Parce que la CLASSE mène le combat à laplace des syndicats.

    Pourquoi toujours être obliger de passer par Gabriel Nadeau-Dubois pour savoir ce qu'en pense Parent!!

    • Lydia Anfossi - Abonnée 13 mai 2012 20 h 26

      Je ne vois pas de quoi vous parlez madame Dionne? Vous faites des liens là ou il n'y en a pas.

  • André Michaud - Inscrit 13 mai 2012 11 h 33

    Discussions impossibles

    On connait la cassette de la CLASSE , sa surdité totale devant la volonté des citoyens, et son parti pris pour l'anarchisme, manifs anarchistes, violence en autant que ce n'est pas physique, financement de groupes anarchiste etc..

    Impossible de discuter avec des gens s'estimant au-dessus des lois et se servant de la peur et de l'insécurité pour faire chanter les élus .

    Est-ce encore possible avec les deux autres associations? Pas si le gel continue à être plus important que l'accessibilité..

    • Jeffrey Browm - Inscrit 13 mai 2012 12 h 20

      On connait la cassette du Parti Libéral, sa surdité totale devant la volonté des citoyens (commissions d'enquête, Mont Orford, etc.), et son parti prit pour les institutions financiaires (réduction de la taxe sur le capital, ce qui nous a couté à nous, contribuables, 800M$), financement illégal, corruption etc..

      Impossible de discuter avec des gens s'estimant au-dessus d'une grande partie de la population et se servant de la désinformation et de techniques de manipulation pour faire chanter la totalité du Québec.

      Est-ce encore possible avec le PLQ au pouvoir ? Pas s'il reste camper sur sa position encore une fois, mais rappellons-nous, le PLQ ne reste jamais bien longtemps sur sa position et change de position quand bon lui semble. Rappellons-nous aussi que le Parti Libéral a d'abord connu la popularité chez la jeunesse des baby-boomers en promettant la gratuité.

      Mais comptez pas sur eux pour vous garder informés.

    • Simon Villeneuve - Inscrit 13 mai 2012 14 h 33

      je comprends pas votre commentaire, tous les defauts nommes semble appartenir au parti liberal et non aux etudiants .

      "Impossible de discuter avec des gens s'estimant au-dessus des lois et se servant de la peur et de l'insécurité pour faire chanter les élus ."

      ceci ressemble entente labeaume peladeau colise et la cause justice belval contre quebec, loi 230 qui protegeait peladeau contre tout recours judiciaire avec Charest comme appui .


      "financement de groupes anarchiste etc"

      peut-on voir les papiers ?
      une chose est sur, le financement du parti liberal est beaucoup imnportant et les retours d ascenseur du parti liberal coute beaucoup plus cher a l etat !


      "On connait la cassette de la CLASSE , sa surdité totale devant la volonté des citoyens"


      laissez moi voir , baillon a plusieurs reprises, lois speciales pour empecher les greves, ne change pas la loi des scabs pour aider pladeau au conflit du journal de montreal, va a l encontre des interets des quebecois pour le plan du grand nord avec des redevances minables contre la volonte du peuple, ile d anti costi, les gaz de shistes et j en passe.


      oui, edemment c est le gouyvernement qui est le hero bien sur...


      pour ce qui est de l anarchisme et bien c est l anarchisme d un cote ou la mafia de l autre .

      svilleneuve

    • Georges Washington - Inscrit 13 mai 2012 15 h 32

      Avez-vous assisté à une manifestation M. Michaud pour parler ainsi? J'ai participé à plusieurs manifestations et elles se sont toutes déroulées dans le calme et la paix. Je crois que vous devriez fermer la télé, quand ils passent en boucle les mêmes images, ça ne veut pas dire qu'il n'y a que ça qui se passe dans le monde.

  • Mariette Payeur - Inscrite 13 mai 2012 12 h 08

    Aberration sociale

    Le manque de respect semble être le guide suprême de nos "rouges".
    Ne pas respecter le bien public.
    Ne pas respecter les injonctions.
    Ne pas respecter les manifestants verts. (infiltration)
    Ne pas se respecter eux-mêmes. (port du masque)
    Etc, etc...
    Tout en demandant qu'on les respecte évidemment.
    En renégociant avec eux par exemple.
    Infantilisme total.
    -----------------
    "Un événement vécu en groupe, écrit Carl Jung dans L’Ame et le Soi, (éd. Albin Michel), se déroule sur un plan inférieur à celui de l’événement individuel.

    Dit dans un langage plus coloré:
    "Quand on est plus de trois, on est une bande de cons!" Georges Brassens
    Par leur attitude actuelle et leurs demandes incongrues, nos chers manifestants confirment ces avancés.

    Que quelques uns parmi eux sortent de cette inconscience et commencent à réfléchir, ô miracle! sur l'éventualité d'une perte de session voilà qui est surprenant. J'ai de la difficulté à y croire.

    • Simon Villeneuve - Inscrit 13 mai 2012 14 h 44

      voici votre reponse.

      " Le manque de respect semble être le guide suprême de nos "rouges".
      Ne pas respecter le bien public."


      - gaz de shiste, redevances minieres, ile anti costi et j en passe.



      vous:"- Ne pas respecter les injonctions."

      - le gouvernement a ete maintefois condamner localement internatoinallement sur ses decisions et solutions pour regler les conflits de travail au Quebec .



      vous:"Ne pas respecter les manifestants verts. (infiltration)


      - etes vous serieux !, quel respect y a t il quand la majorite decide et que vous faites le contraire ?


      vous:"Ne pas se respecter eux-mêmes. (port du masque)
      Etc, etc..."

      - au contraire , contrairement a ma generation x , se tenir debout pour le bien commun et s oublier le bien - etre individuel pour le bien etre collectif est l ultime respect de soi .


      c est cette mentalite qui justemment , a permis a notre societe de benificier de plusieurs doits,libertes et avantages sociaux.

      c est pas en etant diviser et penser juste a soi et avoir une vision de courte duree que l on batit quelque chose de solide !

      mais oui, sa prends des sacrifices desfois , trop dur pour plusieurs personnes a comprendre cela.

      svilleneuve

    • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 13 mai 2012 14 h 52

      Interprétation erronée
      ""Un événement vécu en groupe, écrit Carl Jung dans L’Ame et le Soi, se déroule sur un plan inférieur à celui de l’événement individuel."

      Jung parle ici d'illumination et de spiritualité. Non pas d'un "party". Ce grand monsieur serait du côté des étudiants s'il était parmi nous. Il était allergique aux despotes dont le triste Freud.

      En aucun temps le matériel ne doit guider notre conduite. Seul le bien-être commun doit être visé.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 13 mai 2012 18 h 08

      Hé Hé !!! En tous cas, s'il y a des discussions, espérons qu'elles ne se déroulent pas comme cet échange...