Aussant célèbre la défaite de Sarkozy

Le chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant, s’est réjoui hier en Chambre de la défaite du président français sortant, Nicolas Sarkozy, survenue dimanche. M. Sarkozy avait en 2009 assimilé la souveraineté du Québec à « la détestation de l’autre », ce qui dénotait selon le député québécois une « influence d’un certain domaine de Sagard ».

M. Aussant faisait référence à l’homme d’affaires fédéraliste Paul Desmarais, propriétaire du fameux domaine dans Charlevoix. En 2008, M. Sarkozy avait déclaré : « Si je suis aujourd’hui président, je le dois en partie aux conseils, à l’amitié et à la fidélité de Paul Desmarais. » M. Aussant a évoqué les liens de Jean Charest avec la célèbre famille : « Pendant que l’ancien président français était influencé par Sagard, il y avait un certain chef du gouvernement québécois qui dormait à Sagard. Donc, la bonne nouvelle, c’est que les Français, démocratiquement, ont signifié son congé au premier et j’ai bonne confiance que les Québécois sauront bientôt montrer leur choix clair au deuxième. » M. Aussant prédit que le nouveau président, le socialiste François Hollande, « respectera beaucoup mieux que son prédécesseur le principe de non-ingérence » politique de la France depuis les années 1970 et abandonnée par M. Sarkozy.


Quant à Jean Charest, il a félicité M. Hollande, mais a surtout remercié M. Sarkozy hier. L’ancienne ministre péquiste des Relations internationale Louise Beaudoin s’est dite « surprise » d’entendre M. Charest parler principalement du président sortant en une telle occasion. Le co-porte-parole de Québec solidaire, Amir Khadir, a salué le fait que M. Hollande ait « gagné sur la promesse de rompre avec l’austérité imposée […] par la dictature des milieux financiers ».

10 commentaires
  • François Ricard - Inscrit 9 mai 2012 05 h 11

    En voilà un qui dit se qu'il pense

    Quand un chef de parti ose s'en prendre au chef des oligarques, on comprend mieux le mur de silence que l'on fait autour de lui.
    À l'exception du Devoir, tous nos médias font comme si l'ON et M. Aussant n'existaient pas. Pourtant, en démocratie, il est essentiel que tous le monde puisse donner son opinion.

    • Pierre Denis - Inscrit 9 mai 2012 07 h 23

      Et dire qu'il y en a pour prétendre que la presse écrite au Québec est noyautée par les "gaucheux" et les "séparatisses".

    • Mathieu Bouchard - Inscrit 9 mai 2012 11 h 31

      Ça commence à changer. Hier, le site JdeQ publiait « Dialogue encore possible ». Le Soleil publiait « Charest moins nuisible que le PQ » le 25 avril, parlait du projet de loi sur les victimes d'abus sexuels le 5 avril, « La gratuité scolaire est un investissement » 25 février, « Plaidoyer pour Option Nationale » le 3 mai...

      Je ne sais pas si tous ces articles (et les autres que j'ai pas listés) se sont retrouvés imprimés sur papier, mais ça a l'air d'être en train de débloquer. Il y a eu plusieurs mois pendant lesquels il semblait y avoir un vide parmi les quotidiens, et alors c'était Le Devoir qui mentionnait Aussant/ON le plus souvent (parmi les quotidiens).

      Bien entendu, le silence n'a pas eu lieu partout. En dehors des quotidiens, on a vu Vigile, Amériquébec et l'Aut'journal parler d'Aussant/ON à répétition, mais ce sont aussi des sites web qui roulent avec beaucoup moins de moyens que n'importe quel quotidien.

    • Mathieu Bouchard - Inscrit 9 mai 2012 11 h 32

      (erratum : l'Aut'Journal est aussi un hebdo imprimé gratuit)

  • Bernard Morin - Abonné 9 mai 2012 07 h 37

    Et qui dit vrai

    Tout à fait d'accord!
    Non seulement M. Aussant dit ce qu'il pense mais il dit vrai.

  • Franklin Bernard - Inscrit 9 mai 2012 08 h 58

    Charest a «remercié» Sarkozy?

    Il y a de la logique dans la politique, finalement. La droite québécoise corrompue vendue au big business remercie la droite française corrompue vendue au big business.

    Mais l'infect Sarko a été «remercié» aussi par les Français. L'infect Charest, le casseur d'étudiants, ne saurait manquer d'être bientôt «remercié» lui aussi par les Québécois.

  • Y Gauthier - Inscrit 9 mai 2012 09 h 41

    Un homme propre

    M Aussant est un nouveau venu en politique. Il a travaillé par lui même pour gagner l'investiture, être élu et représenter sa région natale. Il a vite compris que même au PQ, il est difficile d'avoir une opinion qui va à l'encontre de la chef et de le faire savoir. Le PQ a perdu cette ouverture aux idées nouvelles et aux changements qui constituait sa base et le différenciait. Le PQ a aussi perdu quelqu'un de droit et d'honnête. Aussant a aussi la très rare qualité d'être propre..une qualité rare chez nos politiciens. Quant à la défaite de Sarco, on ne peut que s'en réjouir. Un autre ripou financé par de l'argent sale...pas surprenant qu'il s'entendait si bien avec Charest et les libéraux.

  • Rodrigue Guimont - Inscrit 9 mai 2012 10 h 16

    Le départ de Sarkozy est une bonne nouvelle pour le Québec

    Qui ne se souvient pas en effet de cette visite de Sarkozy lors du 400e de Québec et de sa sortie, contre nous ses «frères», lorsqu’il laissa entendre, trois fois plutôt qu’une, que nous étions collectivement des désadaptés sociaux en insistant sur notre supposée «détestation envers les autres» sous-entendu «ses» amis canadiens?

    En Sarkozy, Jean Charest vient de perdre non seulement un allié, mais un ami en le tout-puissant Desmarais. On se rappellera que Sarko avait remis les distinctions honorifiques de «Grand-Croix» à Paul Desmarais père en 2008, le plus haut grade de la Légion d'honneur, et qu’il attribua à Jean Charest le grade de «Commandeur de la Légion d’honneur» en 2009, un grade intermédiaire.

    Nul doute que Charest vient de perdre en Sarkozy, un partenaire néo-libéral très important pour sa survie politique. Charest n’a pour ainsi dire plus d’amis politiques au Canada et avec le départ de son ami Sarko il n’a pour ainsi dire plus de véritables alliés en Europe. On murmure, et souhaite même, son départ de l’arène politique, il ne serait plus l’homme de la situation selon certains libéraux.