Salon Plan Nord: autre journée, autre manifestation

<div>
	Des manifestants et des policiers se sont affrontés samedi devant le Palais des congrès, où se tenait le salon Plan Nord organisé par le gouvernement libéral.</div>
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
Des manifestants et des policiers se sont affrontés samedi devant le Palais des congrès, où se tenait le salon Plan Nord organisé par le gouvernement libéral.

Pour une deuxième journée consécutive samedi, les protestataires ont fait sentir leur présence devant le Palais des congrès de Montréal, où se déroulait le Salon Plan Nord.

En après-midi, les policiers ont procédé à l’arrestation de 89 personnes pour attroupement illégal, après que la manifestation eut été déclarée illégale, vers 11 h 45. Un autre manifestant avait été arrêté en matinée pour entrave.


Le président du groupe indépendantiste Réseau de résistance du Québécois, Patrick Bourgeois, fait partie des manifestants arrêtés, selon un communiqué transmis par le groupe.


Le groupe s’oppose farouchement au Plan nord, affirmant que le gouvernement de Jean Charest cherche à piller les ressources naturelles québécoises.


Des représentants autochtones et des étudiants étaient également présents.


Les policiers de l’escouade tactique du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) étaient en grand nombre tout autour de l’édifice pour assurer la sécurité. Tout au long de la journée, ils tentaient de contenir les manifestants sur la place Jean-Paul-Riopelle, à l’angle de la rue Saint-Antoine.


Vendredi, au moins dix-sept personnes ont été arrêtées dans une manifestation qui a dégénéré. Six personnes, dont quatre policiers, ont été blessées.


Les manifestants étaient beaucoup moins nombreux samedi. Selon certains d’entre eux rencontrés sur place, la pluie et la dure répression policière de la veille pourraient expliquer cette baisse de la mobilisation.


Selon le SPVM, aucun incident de vandalisme n’a été rapporté samedi.


Malgré les perturbations, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a décidé de maintenir les activités du Salon prévues, samedi. Une centaine d’entreprises y participaient. Elles tentaient de recruter quelque 500 travailleurs.


Plusieurs candidats ont d’ailleurs longuement fait la queue sous la pluie pour entrer dans le Palais des congrès, dont les entrées étaient soigneusement gardées.


 

Selon la Chambre de commerce, environ 2500 personnes seront parvenues à rencontrer de possibles employeurs, soit beaucoup plus que ce qui était prévu. Une adresse courriel a été créée pour que les candidats puissent faire parvenir leur curriculum vitæ, puisque plusieurs n’ont pu avoir accès à la salle en raison de l’achalandage


Le président et directeur général de la Chambre de commerce, Michel Leblanc, a estimé que la publicité générée par les perturbations a pu être un facteur expliquant cette forte participation.

11 commentaires
  • Ben Gagnon - Inscrit 23 avril 2012 02 h 23

    Le Temps des Bouffons

    Du Beaver's Club au Salon du Plan Nord.

    "Comme des rats morts, gras et épais avec leurs farces plates et leurs partys de cabane à sucre, pleins de marde jusqu'au bord à force de bêtises et de prétentions. Crosseurs, menteurs, voleurs; et ça se reproduit, de père en fils. Une honte pour l'humanité. [...] Et ils prennent leur air surpris quand on en met un dans une valise de char." -Pierre Falardeau-

    Tu étais tellement dans le vrai. Dehors, les traînées de la politique! Dehors, ceux qui détruisent notre société! Honte à tous ceux qui participent à la continuité du système économique anglo-saxon (le néolibéralisme et l'hypercapitalisme) partout sur la planète. Honte à nous, de gober tout ça.

    • Christian Ouellet - Inscrit 23 avril 2012 13 h 46

      Du Beaver's Club au Salon du Plan Nord en passant par sagard

    • Rémi-Bernard St-Pierre - Abonné 26 avril 2012 06 h 38

      J'ai pensé à la même chose quand j'ai entendu le commentaire de Charest sur les étudiants qui manifesstaient dehors ...
      Oui, la ressemblance est troublante.

  • Q1234 - Inscrite 23 avril 2012 07 h 04

    Si ce n'est pas un mot d'ordre d'en haut, c'est quoi?

    La police fait du politique et ce n'est pas son rôle. C'est politiquement que le gouvernement doit régler avec les étudiants et les citfoyens. La police devrait faire respecter les droits. Dont celui de manifester. Ce n'est pas ce qu'elle fait ces derniers temps. Elle exécute en prenant partie. Les ordres viennent d'où ?!
    Il est urgent que le gouvernement prenne ses responsabilités et cela en respectant la démocratie.

  • Pierre Vincent - Inscrit 23 avril 2012 08 h 44

    On arrête les manifestants pacifiques plutôt que les casseurs au SPVM

    Bonne stratégie du SPVM samedi pour éviter tout débordement : on arrête les manifestants avant même qu'ils manifestent... On en a donc coffré cinq fois plus que la veille, alors qu'une émeute se déroulait aux abords du Palais des Congrès du Plan nord...

    Bientôt on va arrêter les gens qui montent dans un autobus pour se rendre manifester avant le départ plutôt qu'au retour, ce sera bien plus simple. Il ne se passera ainsi plus jamais rien du tout.

  • Francois - Inscrit 23 avril 2012 09 h 13

    Le Plan Charest

    Le Plan Charest perd le Nord en schiste.

  • Sanzalure - Inscrit 23 avril 2012 09 h 43

    Illégal ?

    Manifester, c'est légal. La corruption, c'est illégal.

    Alors pourquoi les policiers s'attaquent-ils aux manifestants au lieu de s'attaquer au gouvernement ?

    Serge Grenier