Actions étudiantes - Une facture de plus de 4 millions pour les services policiers

L’escouade antiémeute du Service de police de la Ville de Montréal a dû de nouveau être utlisée hier pour maîtriser une nouvelle manifestation étudiante.<br />
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L’escouade antiémeute du Service de police de la Ville de Montréal a dû de nouveau être utlisée hier pour maîtriser une nouvelle manifestation étudiante.

Le printemps rouge coûtera quatre millions de dollars au bas mot aux bleus et aux verts réunis.

Selon des informations colligées par Le Devoir, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a dépensé jusqu'à présent près de deux millions de dollars en heures supplémentaires pour encadrer les quelque 165 manifestations étudiantes survenues sur son territoire depuis la levée des cours il y a deux mois.

De son côté, la Sûreté du Québec (SQ) a dû débourser 1,5 million, comme le révélait jeudi La Presse canadienne.

Total? Environ 3,5 millions de dollars, et le conflit n'est toujours pas terminé. Les violents affrontements survenus hier au Palais des congrès en marge du Salon Plan Nord, où Jean Charest a attisé la colère des étudiants par ses commentaires cinglants, ont mobilisé les escouades antiémeute du SPVM et de la SQ pour une grande partie de la journée.

Les policiers montréalais n'ont toujours pas remis toutes leurs feuilles de présence, si bien que la direction du SPVM s'attend à ce que la facture finale grimpe encore de plusieurs milliers de dollars.

La SQ dispose de données plus complètes. Selon les informations livrées en commission parlementaire par le directeur général de la SQ, Richard Deschenes, le conflit étudiant a occasionné 28 000 heures de travail supplémentaires depuis le début du boycottage des cours.

Tous les calculs portent sur les heures supplémentaires seulement. Ils ne tiennent pas compte des opérations courantes.

Au lendemain de la manifestation monstre du 22 mars, alors que plus de 100 000 personnes avaient défilé de façon pacifique dans les rues du centre-ville pour protester contre la hausse des droits de scolarité, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, avait exprimé sa volonté de tenir des discussions avec le gouvernement du Québec sur les coûts importants assumés par le SPVM.

Avec l'escalade des coûts, Montréal sera tentée de frapper un peu plus fort à la porte de Québec, d'autant plus que les débordements sont le résultat d'une décision politique prise par le gouvernement Charest.
5 commentaires
  • Chantal_Mino - Inscrite 21 avril 2012 14 h 50

    Le gouvernement préfère payer en répression du 79% (99% - 20% de larbins), en renvoi d’ascenseur et en publicité que pour le bien commun de l'ensemble de la population, même si c’est plus cher pour l’ensemble des citoyens québécois, ...

    ... car ce n’est pas eux qui paient et leur pouvoir ainsi que leur enrichissement personnel en dépendent ... et ils sont très égocentriques donc ... Nous sommes présentement en monarchie et ce, depuis fort longtemps déjà.

    Quand on constate la destruction de la vie de plusieurs enfants québécois à l’école publique, les dépenses exagérés, les bonis, les primes, les suppléments, la collusion, la corruption et l'entêtement de maintenir la hausse des frais de scolarité au lieu d'attendre les prochaines élections provinciales en mettant clairement cet optique chez les PLQ, on voit où sont les réelles valeurs du PLQ, de Beauchamp et de Charest.

    Québécoi(se)s, réveillez-vous avant qu'ils n'aient fait trop de dommages à nos racines, à nos terres, à notre culture et à notre nation québécoise francophone !

  • Notsag - Inscrit 21 avril 2012 15 h 33

    Demain: Temps double

    Demain, pour la méga manifestation du jour de la terre, les tarifs policiers seront à temps double.

    Selon M. Charest, ça va se payer tout seul, parce que:

    Hausse de frais de scolarité = Moins d'étudiants à l'université

    Parce le financement des universités se fait sur la base du nombre d'étudiants dans ces université.

    Donc, chaque étudiant en moins va libérer de l'argent pour financer le service policier.

    Tout un comptable, ce M. Chares!

  • Marie-France Legault - Inscrit 22 avril 2012 08 h 27

    Nous les payeurs de taxe

    on est "écoeuré" de payer pour les grabuges des petits opprimés....
    la peinture, les roches, lancés sur des édifices publics, les vitres cassées ... ça se paye? par qui?
    sûrement pas par les petits opprimés
    qui ne travaillent pas qui n'étudient pas...
    et qui démolissent pendant que d'autres payent, payent, et payent encore...
    le vandalisme...ce n'est pas gratuit....pour certains oui, car ils ne payent JAMAIS les dommages qu'ils font...et ils appllent ça la DÉMOCRATIE...
    quels esprits tordus!!!

  • France Marcotte - Abonnée 22 avril 2012 10 h 24

    Mieux vaut investir dans la répression que dans l'éducation?


    La répression, c'est un bon investissement, avec un peu de chance, ça fait taire une fois pour toute.

    Rien de plus coûteux que l'éducation: les petits morveux se mettent à poser des questions et il faut tout reprendre à zéro ce qui allait si bien.

  • Claude Champagne - Inscrit 22 avril 2012 13 h 49

    argent. argent où est- tu

    Que la caisse de roulement d'enveloppe brune libéral soit utilisée, pour payé le temp surplus ainsi que le salaire octroyé au petit, petit imbue de lui même jean "la matraque" chaarest et autres sommes détourné.