Quinze individus, 47 accusations

Tony Accurso<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Tony Accurso

L'escouade Marteau a porté 47 accusations de fraude, fraude envers le gouvernement, abus de confiance par un fonctionnaire, actes de corruption dans les affaires municipales, influence d'un fonctionnaire municipal, complot et utilisation de documents contrefaits contre 15 individus et deux entreprises.

Les hommes d'affaires

Antonio «Tony» Accurso, 61 ans: six accusations. L'un des principaux entrepreneurs en construction au Québec, il possède des dizaines d'entreprises dont les plus connues, Simard-Beaudry et Louisbourg Construction, ont plaidé coupables à une fraude fiscale de 4 millions à l'endroit du gouvernement fédéral. Il a fait la cour à de nombreuses personnalités politiques et syndicales sur son bateau de luxe, le Touch, qui est aujourd'hui considéré comme «un élément de preuve» dans l'opération Gravier bien qu'il n'ait pas été saisi. Il a décroché un contrat de 12 millions à Mascouche.

Normand Trudel, 59 ans: six accusations. Propriétaire de Transport et Excavation Mascouche, c'est un proche du maire Marcotte, dont il a rénové la résidence privée à grands frais. Il a obtenu des contrats de 40 millions de la Ville en dix ans. Il est associé à Tony Accurso dans l'exploitation d'Écolosol, une entreprise de décontamination de sols. Au printemps 2008, il a organisé chez lui un cocktail de financement pour le Parti libéral du Québec (PLQ) ayant permis d'amasser 100 000 $. Le premier ministre Jean Charest y avait fait une brève apparition.

Gaétan Biancamano, 67 ans: six accusations. L'urbaniste est l'un des fondateurs du groupe Gauthier Biancamano Bolduc (GGBB), qui opère aujourd'hui sous le nom de Plania, filiale de la firme de génie Dessau.

Les ingénieurs

André de Maisonneuve, 56 ans: sept accusations. Ingénieur chez BPR-Triax, il apporte régulièrement son aide sonnante et trébuchante au PLQ.

Serge Duplessis, 58 ans: six accusations. Ingénieur chez Dessau, il est un contributeur assidu à la caisse libérale.

Rosaire Fontaine, 61 ans: sept accusations. Ingénieur chez BPR-Triax. Il est déjà accusé notamment de complot et fraude dans le scandale de Boisbriand. Il soutient financièrement le PLQ et le PQ depuis au moins 2000.

Pierre Lamarche, 54 ans: six accusations. Ingénieur travaillant chez Lumex au moment des faits reprochés. Il est un contributeur régulier du PLQ.

Jean Leroux, 59 ans: six accusations. Ingénieur associé chez Leroux Beaudoin Hurens et associés, il fait des dons à la caisse électorale du PLQ, du PQ et de l'ADQ depuis plus de dix ans.

Pierre Raymond, 55 ans: six accusations. Ingénieur chez Gemec-Tecsult, il apparaît sur la liste des donateurs du PLQ.

Les financiers

Louis-Georges Boudreault, 77 ans: deux accusations. Pilier du Parti libéral du Québec depuis 50 ans, M. Boudreault a été responsable de l'élection de Robert Bourassa dans Saint-Laurent en 1986. Il agit à titre d'organisateur politique et collecteurs de fonds pour le PLQ et de nombreux partis municipaux. Il est accusé au criminel d'avoir remis de l'argent comptant au candidat libéral défait dans Masson, David Grégoire, geste pour lequel il a déjà été accusé de financement illégal par le DGE. En 2010, il a reçu des mains du premier ministre Jean Charest, le prix Lucienne-Saillant récompensant son engagement exceptionnel comme bénévole.

Claude Duchesne, 58 ans: six accusations. Président de Goyette, Duchesne et Lemieux, une entreprise de construction de maisons neuves. Il aurait joué un rôle important dans le financement du parti du maire Marcotte, le Ralliement Mascouche.

La Ville de Mascouche

Richard Marcotte, 65 ans: six accusations. Maire de Mascouche depuis une vingtaine d'années, il a été exclu de son propre parti à la suite des révélations d'Enquête sur ses liens avec Normand Trudel. Sous sa direction, la Régie d'assainissement des eaux Terrebonne-Mascouche aurait payé quatre fois l'évaluation municipale pour acheter un terrain appartenant à M. Trudel. Le ministère des Affaires municipales a publié un rapport accablant sur les irrégularités dans l'attribution des contrats de la Régie. Il a séjourné sur le Touch à plusieurs reprises.

Luc Tremblay, 62 ans: quatre accusations. Directeur général de la Ville de 1995 à 2010, il a démissionné dans la controverse après que le candidat du PLQ David Grégoire eut révélé qu'il avait obtenu de sa part de l'argent comptant pour financer sa campagne en 2008. Il fut le bras droit du maire pendant la période visée par les accusations.

Les entreprises

BPR Triax: sept accusations. La firme de génie-conseil est également mise en cause dans un autre scandale de fraude et collusion dans l'octroi des contrats municipaux. Deux de ses employés sont accusés à Boisbriand avec l'ex-mairesse et les Zambito père et fils.

Transport et Excavation Mascouche: six accusations. L'entreprise de Normand Trudel est choyée à Mascouche. Elle demandait notamment 650 $ pour déneiger chaque borne-fontaine de la ville, une tâche qu'elle confiait par la suite à un sous-traitant pour la moitié du prix.

Sylvie Chassé, 50 ans: six accusations. Conjointe de Normand Trudel, elle est secrétaire chez Transport et Excavation Mascouche.

Jacques Audette, 59 ans: six accusations. Avocat associé au sein du cabinet Fasken Martineau, il fut l'un des principaux collecteurs de fonds de l'ex-maire de Montréal, Pierre Bourque. Il a négocié les conventions collectives des policiers et des pompiers montréalais de 2008 à 2010. Pour le dossier des pompiers, Fasken Martineau a touché des honoraires de 1,82 million.

***

Photos de Jacques Nadeau
2 commentaires
  • martin grenier - Inscrit 18 avril 2012 08 h 59

    corruptions

    ou est l'argent cacher ou peut etre avec les gérants de banques
    ça pourait aider
    martin

  • Albert Descôteaux - Inscrit 18 avril 2012 09 h 18

    Belle brochette de "boomers"

    N'est-il pas intéressant, sociologiquement parlant, que ces présumés fraudeurs soient de la génération des babys boomers? Bel exemple pour les générations suivantes!