Pont Mercier: les travaux retardés

La conception irréalisable proposée par un consortium d'entreprises pour réparer le pont Mercier force le ministère des Transports (MTQ) à retarder les travaux de quelques mois.

Un appel d'offres public doit être lancé prochainement afin de trouver une entreprise qui réalisera en mode conception-construction la réfection de la portion du pont Mercier enjambant le fleuve Saint-Laurent. Le contrat de 45 millions qui avait été accordé en 2010 au plus bas soumissionnaire, soit le consortium Pomerleau/Demathieu & Bard, a dû être annulé à la suite d'une analyse commandée par le MTQ.

En effet, la firme d'ingénierie Dessau a transmis le mois dernier au MTQ un rapport de faisabilité du concept du consortium pour la reconstruction du tablier du pont. Les ingénieurs en sont venus à la conclusion que la proposition risquait d'endommager la structure du pont. Le ministre des Transports, Pierre Moreau, a insisté hier en entrevue à la station 98,5 pour dire qu'il n'y avait aucune usure prématurée qui avait été constatée sur le pont Mercier; seule la proposition technique était visée.

«On s'est rendu compte que, compte tenu, non pas de la détérioration de la structure du pont mais de la structure telle qu'elle est, ce qui était proposé n'était pas réalisable», a affirmé le ministre.

L'hypothèse de modifier le contrat n'a pas été envisagée puisque cela aurait nécessité une injection de fonds importante, c'est-à-dire de 15 à 24 millions supplémentaires. Ce faisant, le montant du contrat aurait dépassé la proposition du deuxième plus bas soumissionnaire. Par équité, le MTQ a donc annulé le contrat, repoussant ainsi l'ouverture du chantier.

Il faut toutefois noter que le pont Mercier demeure sous surveillance constante. Au cours de la dernière année, de nombreux travaux d'urgence ont dû y être effectués compte tenu de problèmes majeurs.