Inquiétudes

Les libéraux ont beau dire que le Plan Nord se fera «au profit de tous les Québécois», on en sait toujours très peu sur lepartage de la facture des infrastructures avec le secteur privé. Et aucune bonification des redevances minières n'est au menu, malgré un boom sans précédent du secteur.

La coalition Québec meilleure mine déplore lesincertitudes quant au financement d'un chemin de fer entre Sept-Îles et la fosse du Labrador, un projet qui bénéficiera directement à des minières étrangères. La facture devrait dépasser les5 milliards de dollars et impliquer la Caisse de dépôt. Hydro-Québec devra aussi se lancer dans la construction d'une ligne électrique qui servira surtout aux minières installées au Nunavik.

Quant au Parti québécois, il a une fois de plus raillé le «Plan marketing du Nord» en soulignant que derrière une «orgie de mots», un «fait implacable» demeure: «les redevances ne rapporteront que de 350 millions à 400 millions de dollars par année d'ici cinq ans». L'an dernier, les minières ont exploité pour plus de 8 milliards de dollars de ressources, et ce chiffre devrait croître au cours dans le futur à la faveur d'un énorme boom dans l'exploration minière. La vaste majorité des ressources sont exportées directement.

Selon certains, il faudrait instaurer des redevances sur la valeur brute des ressources minérales de façon à s'assurer que toutes les minières paient des redevances. En 2010, 10 des 19 mines du Québec n'en ont pas versé, a souligné Québec meilleure mine.