Industrie de la construction - La GRC refuserait de collaborer à la commission Charbonneau

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) aurait fait part de son intention de ne pas collaborer à la commission Charbonneau sur l'industrie de la construction au Québec. Cette dernière réclame entre autre l'accès à de la preuve sur les liens entre cette industrie et le crime organisé.

Selon ce que rapportaient divers médias hier, le débat se transportera devant les tribunaux. La GRC devrait en effet déposer aujourd'hui une requête en Cour supérieure pour faire annuler la citation à comparaître qu'elle a reçue de la commission.

Le directeur des communications de la commission Charbonneau, Richard Bourdon, a confirmé hier, lors d'une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne, qu'une procédure juridique touchant la commission était effectivement devant les tribunaux. Il a cependant refusé de donner plus de détails.

Selon les informations de certains médias, le service de police fédéral contesterait la compétence de la commission Charbonneau dans le dossier, soutenant que celle-ci outrepasserait son mandat. La GRC invoquerait également un argument de nature constitutionnelle sur les pouvoirs d'une commission d'enquête provinciale.

Cour supérieure


Du côté de la GRC, toutefois, le caporal Luc Thibault a dit ne pas posséder d'informations sur une éventuelle requête du service de police devant la Cour supérieure.

Le caporal Thibault a affirmé que la GRC continuerait de collaborer avec la commission comme elle l'a fait par le passé. «La GRC a toujours lutté contre le crime organisé, et nous allons continuer à collaborer avec la commission Charbonneau, le tout selon nos droits», a-t-il ajouté, sans élaborer.

La commission avait demandé d'obtenir toute la preuve recueillie dans le cadre de l'opération Colisée contre le crime organisé. La GRC estime que cette demande est trop large, indique notamment Radio-Canada.

L'escouade Marteau de la Sûreté du Québec possède elle aussi la preuve obtenue dans le cadre de l'opération Colisée.
 
24 commentaires
  • 123-partez - Inscrit 19 mars 2012 01 h 25

    Mes impôts fédéraux au travail

    Et moi qui pensais que la moitié de mes impôts ne servaient que pour l'achat de sous-marins qui ne peuvent prendre la mer,de frégates qu'on doit désarmer pour leur permettre de flotter,de chars d'assaut livrés après la fin de la mission en Afghanistan,d'avions F-35 sans moteurs.Enfin une noble mission,empêcher le Québec de faire le ménage dans la corruption: comme cela le fédéral n'aura pas de rival au niveau de l'efficacité.Continuons d'en payer des impôts à Ottawa,on en paiera jamais assez.

  • François Dugal - Inscrit 19 mars 2012 07 h 54

    GRC

    La GRC ne veut pas participer à une farce.

  • Sanzalure - Inscrit 19 mars 2012 08 h 17

    Qui dirige la police ?

    Je me demande pourquoi la police refuse de collaborer avec une enquête de haut niveau sur la corruption ?

    Quel est l'intérêt de la police dans cette affaire ?

    Quelles sont les conséquences de son refus de collaborer ?

    À qui profite le crime ?

    Serge Grenier

    • Michel Hains - Inscrit 19 mars 2012 11 h 37

      Un état dans l'état. Voilà pourquoi
      Et pour la raison qu'il ne peuvent se sentire entre différents corps policiers.
      C'est bien connu
      Leurs intérêts avant celui des mases et victimes.
      Demander ça à M.Surprenant

  • Franklin Bernard - Inscrit 19 mars 2012 08 h 17

    Voilà qui ne sent pas très bon

    La Gendarmerie «Royale» du Canada de Harper refuse de mettre tout en oeuvre pour lutter contre la corruption dans la construction?Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça m'interpelle au plus haut point.

    C'est la même Gendarmerie «Royale» du Canada qui pourra bientôt espionner vos furetages Internet et vos conversations téléphoniques à sa guise. Mais l'infiltration de la construction par le crime organisé, ça, ça ne leur pose pas de problème.

  • Richard Guillemette - Inscrit 19 mars 2012 08 h 59

    Le titre est au conditionnel présent

    "Refuserait" n'est pas "refuse". Avec tout le respect que j'ai pour mes amis du Devoir, il faut bien lire et analyser chaque mot.

    Ce qui me vient à l'esprit en lisant rapidement ce titre, c'est la question: est-ce que la commission Carbonneau est assez "clean" pour s'y associer?

    À l'heure actuelle, avec les millions que coûte l'enquête Marteau qui devait mettre en évidence de gros poissons, ce ne sont que des ménés qu'elle a présentés; les journalistes ont fait un travail gigantesque, si on compare avec nos policiers.

    Surtout, que fait la juge Charbonneau de l'immunité des témoins? Le gouvernement Charest ne semble pas y mettre du sien, on le comprend, il a beaucoup trop à perdre.

    Où est donc la volonté de faire un vrai ménage?

    • Roland Berger - Inscrit 19 mars 2012 13 h 15

      Monsieur Guillemette, la police du Canada, la GRC, refuse de participer à la commission Charbonneau et vous laissez entendre que cette dernière ne serait pas assez « clean » pour mériter cette participation. Étrange conclusion !