Des experts s'interrogent sur la viabilité du Plan Nord

Depuis le lancement du «chantier d'une génération», à grand renfort de tournées de promotion et de publicités, les libéraux de Jean Charest ne cessent de répéter que ce vaste projet se construira sur la base d'investissements de 80 milliards de dollars au cours des 25 prochaines années.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Depuis le lancement du «chantier d'une génération», à grand renfort de tournées de promotion et de publicités, les libéraux de Jean Charest ne cessent de répéter que ce vaste projet se construira sur la base d'investissements de 80 milliards de dollars au cours des 25 prochaines années.

Sans surprise, le premier ministre Jean Charest a rejeté hier l'analyse produite par l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques, qui conclut que le Plan Nord sera déficitaire pour l'État québécois. Mais la riposte libérale n'a pas empêché des intervenants bien au fait du dossier d'insister sur les risques que représente ce chantier industriel. Un projet lancé dans la précipitation et carrément discrédité, a même soutenu un spécialiste de la comptabilité.

«Ce qui me laisse sur mon appétit depuis le début dans toute cette histoire du Plan Nord, c'est l'immense fragilité des hypothèses avec lesquelles on travaille pour mesurer un éventuel rendement, a ainsi expliqué au Devoir Jacques Fortin, professeur titulaire en sciences comptables à HEC Montréal. Dès qu'on fait un grand projet, que ce soit un hôpital, un pont ou une route, on a de la difficulté à prévoir ce qui va se passer dans un an ou deux. Alors, avancer des chiffres d'une telle envergure sur un horizon de 25 ans discrédite complètement le Plan Nord.»

Ce n'est évidemment pas l'avis des libéraux.

Depuis le lancement du «chantier d'une génération», à grand renfort de tournées de promotion et de publicités, ils ne cessent de répéter que ce vaste projet se construira sur la base d'investissements de 80 milliards de dollars au cours des 25 prochaines années. Pas moins de 47 milliards de dollars de fonds publics doivent être attribués à Hydro-Québec pour développer des projets hydroélectriques toujours plus au nord. Une portion des 33 milliards d'investissements publics et privés sera aussi nécessaire pour construire des infrastructures — routes, ports, aéroports, voies ferrées — au nord du 49e parallèle. En contrepartie de ces investissements qui restent à préciser, Québec s'attend à un retour direct de 14,2 milliards dans les coffres de l'État.

Mais les chiffres répétés depuis mai 2011 ne constituent en rien une feuille de route, surtout lorsqu'on la présente comme un projet historique comparable aux grands chantiers de la Baie-James. «Un plan d'affaires, c'est beaucoup plus précis que ça, a insisté M. Fortin, qui a bien étudié les documents du Plan Nord. Quelles seront les retombées? On ne peut pas dire, à partir des données disponibles, si ce sera payant ou non. Et le langage des politiciens est extrêmement dangereux, parce que dans 90 % des cas, il se solde par des déficits. On n'est jamais capable d'équilibrer un budget.»

Le hic, selon le professeur de sciences comptables, c'est que le gouvernement Charest a déjà bien enclenché la machine de son Plan Nord. Le premier ministre en fait d'ailleurs une promotion intensive depuis des mois. «C'est colossal et ça se fait actuellement sous l'égide de la précipitation, a souligné Jacques Fortin. On ne peut pas s'engager dans des choses comme ça en donnant l'impression qu'il faut que ça devienne immense immédiatement. Ça, c'est affolant.» Quelque 20 milliards de dollars de projets miniers sont déjà en marche.

Pire, selon une analyse de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) dévoilée dans Le Devoir hier, le Plan Nord des libéraux créera un déficit d'au moins 8,45 milliards de dollars sur 25 ans, notamment en raison d'investissements minimaux de 16,5 milliards dans des infrastructures qui serviront d'abord aux minières. Plusieurs entreprises du secteur font déjà du lobbyisme en lien avec ces investissements. Qui plus est, le chercheur Bertrand Schepper estime que des coûts non inscrits dans les annonces gouvernementales d'au moins 6,2 milliards devront être ajoutés à la facture. Et c'est sans compter les risques liés aux 47 milliards d'investissements d'Hydro-Québec.

Mais M. Charest a rejeté le point de vue de l'IRIS. «C'est totalement faux!, a-t-il répliqué depuis Paris. Il y a une étude publiée par SECOR il y a une dizaine de jours qui annonce des retombées de 147 milliards de dollars, 37 000 emplois par année à un salaire moyen de 65 000 dollars par année, et des retombées très importantes. Alors, j'accorde plus de crédibilité à l'étude de SECOR.»

Le premier ministre semble déterminé à s'en tenir au discours porté par les ténors de son gouvernement, et notamment son ministre des Finances, Raymond Bachand, ancien président-directeur général de SECOR.

Système caduc


Qui plus est, le modèle de développement minier québécois pose des risques majeurs pour l'environnement, alors que la fiscalité minière est pour le moins perfectible, a soutenu Jacques Fortin. Un avis partagé par Yvan Allaire, professeur émérite de stratégie de l'UQAM. «On est pris dans une façon de faire qui était, il y a quelques années, de dire que le secteur minier est un secteur risqué. Mais on se disait qu'en mettant en place des incitatifs fiscaux et autres, on allait créer des emplois dans des régions où il n'y en a pas beaucoup. Et on se disait qu'on allait recevoir une partie des profits. Cette façon de faire était peut-être bien valable il y a quelques années. Mais cette logique n'a plus de sens.»

Selon le porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine!, Ugo Lapointe, il faudrait instaurer un système de redevances sur la valeur brute des ressources extraites. Lors d'une hausse des prix sur les marchés, comme c'est le cas actuellement, l'État touche des revenus beaucoup plus substantiels. «Ce sont des ressources non renouvelables qui doivent bénéficier aussi aux générations futures, c'est donc essentiel d'en tirer le maximum.» En 2011, les minières ont exploité des minerais d'une valeur brute de plus de 8 milliards de dollars. En tenant compte des redevances et des impôts payés par les entreprises, Québec a touché environ 10 % de la valeur de ces ressources.
46 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 15 mars 2012 01 h 13

    On ne s'attendait pas à moins

    C'était écrit dans le ciel. Jean Charest, grand avocat, connait l'économie sur le bout de ses doigts. Comme dirait l'ancien Olivier Guimond, " Lui y connaît ça ". Encore de la magouille prévisible avec le clan Desmarais. Il n'a pas été passé une fin de semaine à ce domaine pour rien. Mais plusieurs québécois aiment quand même voter pour lui. Une énigme au Québec.

  • Gilles Delisle - Abonné 15 mars 2012 02 h 39

    La firme SECOR!

    Bien sûr que Charest a fait confiance à SECOR. Messieurs les journalistes, pourquoi ne feriez-vous pas une étude sur le passé de cette entreprise, les dossiers et mandats qu'on lui a confiés, ses accointances avec les partis au pouvoir, les sommes qu'elle a consacré aux partis au pouvoir, leurs relations avec des bonhommes comme Charest, Bachand et d'autres. Alors, là on comprtendra facilement pourquoi ce Charest leur fait confiance!

    • jyb - Abonné 15 mars 2012 09 h 23

      Jeanyb
      La firme SECOR
      Je me suis intéressé à l'équipe actuelle de cette firme et sans surprise nous y retrouvons:- d'ancien ministre de M.Charest-ancien haut fonctionnaire de M.Charest-ancien et actuel PDG de l'industrie minière et autres disciples libéraux. M.Charest peut leur faire confiance car ils font partis de la Famille.

    • philou540 - Inscrit 16 mars 2012 14 h 50

      Je trouve vos commentaires très pertinents, il est judicieux de dénoncer le patronage lorsqu'on parle de projet d'une si grande envergure.

  • Yves Côté - Abonné 15 mars 2012 05 h 09

    Que comptent l'Etat et le peuple ?

    Que comptent l'Etat et le peuple du Québec pour les puissants et les égoistes de la haute-finance ?
    Pour peu qu'ils y trouvent leurs profits, le reste peut attendre.
    Le réalisme exige de voir que ces gens vivent dans l'illusion que leurs envies priment en droits sur les besoins d'une quelconque humanité. Aujourd'hui comme hier, il demande aussi de prendre en mains les outils collectifs que donnent la démocratie et la république pour calmer, doser, contraindre les ambitions démesurées d'hégémonie héréditaire de quelques-uns.
    Ces gens ne paraissent grands que parce que nous sommes à genoux, disait le philosophe.
    Vive le Québec libre et républicain !

  • JJDLL - Inscrit 15 mars 2012 06 h 14

    La poudre aux yeux : le Plan nord

    Le Parti libéral y tient : jeter de la poudre au yeux des électeurs avec son Plan nord. Bravo à l'IRIS qui nous rend facilement la vue. après madame Ouellet du Parti québécois qui a maintes et maintes fois montré les pertes de toutes sortes pour le Québec et les avantages pour les compagnies minières que monsieur Charest veut aider à faire des profits sans penser au développement intégral des régions.

  • 123-partez - Inscrit 15 mars 2012 06 h 43

    Un gouvernement débousselé

    Pour moi ça fait longtemps que cet homme à perdu le nord.Seule son image électorale le guide.Espérons qu'il sera remplacé avant d'avoir fait d'autres dommages.