Sondage Forum Research - Le PQ loin devant?

S'il faut en croire un sondage mené par la firme Forum Research, le Parti québécois (PQ) se dirigerait vers une victoire facile aux prochaines élections: la maison ontarienne accorde 39 % des intentions de vote au parti de Pauline Marois, loin devant ses deux principaux adversaires.

Le coup de sonde mené le 23 février au moyen d'appels robotisés place ainsi le PQ neuf points devant le Parti libéral (PLQ, 30 %) et 20 points devant la Coalition avenir Québec (CAQ, 19 %). La domination du Parti québécois s'expliquerait par un retour au bercail du vote des francophones — 43 % d'appuis, devant le PLQ (25 %) et la CAQ (21 %).

Forum Research calcule de cette manière que le PQ récolterait 77 sièges, contre 37 pour les libéraux et seulement 10 pour la CAQ. Québec solidaire conserverait un siège.

Les résultats de ce sondage apparaissent étonnants dans la mesure où ils tranchent avec les conclusions des dernières enquêtes des firmes québécoises Léger Marketing et CROP. Le 16 février, Léger accordait 29 % au PLQ et au PQ, et 28 % à la CAQ. Publié dans Le Journal de Montréal, le sondage avait été mené en ligne auprès de 2009 personnes: un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d'erreur de 2,2 % dans 19 cas sur 20, calcule Léger Marketing.

De son côté, le sondage CROP-La Presse publié le 23 février (soit le jour où Forum Research a mené sa propre enquête) accordait 30 % d'appuis au PQ, un point devant le PLQ et quatre points devant la CAQ. Contrairement à Léger, CROP estime que le calcul traditionnel de la marge d'erreur ne s'applique pas pour des sondages menés en ligne — dans ce cas, auprès de 1000 personnes.

La méthode employée par Forum Research est différente: la maison a sondé 1589 personnes au moyen d'appels automatisés au cours desquels les répondants devaient appuyer sur une touche pour confirmer leur choix. Forum Research estime que cette méthode donne une marge d'erreur d'environ 2,5 points, dans 19 cas sur 20. «Nous utilisons une méthodologie d'appels aléatoires, et c'est probablement ce qui explique que nos résultats diffèrent des autres», a indiqué au Devoir le président de Forum, Lorne Bozinoff. C'est la deuxième fois que Forum mène un sondage spécifique au Québec.

Celui-ci permet aussi d'apprendre que le projet de loi C-10 en matière de justice serait soutenu par 56 % des Québécois, que Thomas Mulcair serait le premier choix de 58 % des répondants dans la course au leadership du NPD et que le NPD serait maintenant troisième dans les intentions de vote au Québec (le Bloc obtient 29 %, le PLC 26 %, le NPD 22 % et les conservateurs 17 %).

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

21 commentaires
  • Normand Carrier - Inscrit 28 février 2012 07 h 30

    Voyons les prochains sondages ....

    Il faut s'attendre a ce que le PQ continue de monter mais je doute qu'il soit de cette ampleur a ce moment .... Ces sondages par appels robotisés sont nouveaux et la marge d'erreur est surement plus élevée ....

  • parade21 - Abonné 28 février 2012 07 h 35

    L’unité retrouvée du PQ fait la différence

    Les sondages récents semblent indiquer une tendance favorable au PQ. Les Québécois seraient-ils en train de revenir de leur cauchemar du 2 mai 2011? Cela reste à espérer. Le rapport de force en politique est déterminant pour affirmer ses positions. Les gouvernements minoritaires récents sont là pour le démontrer. Le NPD a su habilement avancer ses pions quand il détenait la balance du pouvoir. Aujourd’hui, malgré que le Québec lui ait accordé le statut d’opposition officielle, il ne réussit pas à faire le poids devant un parti Conservateur majoritaire.

    Le PQ retrouve lentement sa cohésion. Mme Marois semble encline à occuper le centre gauche de l’échiquier politique et cela la paye. La quasi-disparition du Bloc Québécois sur la scène fédérale, et l’incompréhension du NPD sur la question nationale québécoise, nous oblige à retraiter sur nos positions et à réoccuper politiquement le Québec. C’est la seule façon de nous redonner collectivement un rapport de force pour protéger et affirmer notre identité menacée.

  • Michel Simard - Inscrit 28 février 2012 07 h 57

    Le PLC 26 % ?

    Ces Québécois n'apprendront donc jamais à se tenir debout...

  • Gilles Bousquet - Abonné 28 février 2012 08 h 25

    Après ça, Legault et Aussant de retour au PQ ?

    Si les chiffres démontrés par ce dernier sondage s'avéraient, les vedettes qui devaient se présenter comme candidats de la CAQ vont commencer à se gratter la tête pour se chercher des raisons pour virer de bord rapidement.


    Si elle est élue P.M., à la tête du PQ, Mme Marois va pouvoir porter les Québécois vers autant de souveraineté qu'ils souhaitent, majoritairement, en obtenir, à l’intérieur ou à l’extérieur du Canada avec ou sans association ou partenariat ou d’une véritable confédération d’États souverains à la place d’une fédération, faussement nommée confédération en 1867, de simples provinces sous l’autorité centrale fédérale.

  • Bernard Gervais - Inscrit 28 février 2012 09 h 24

    Où va la CAQ ?

    Si seulement 19 % des électeurs favorisent désormais la CAQ, comme le laisse entendre le présent sondage, c'est à se demander si François Legault sera encore longtemps intéressé à diriger cette formation !

    Imaginons un instant la réaction des députés, qui se sont joints à son équipe, s'il décidait de se retirer !