Le Dossier santé sera déployé à Montréal, mais les pharmaciens s’objectent

Le ministre Bolduc en compagnie du président-directeur général de l’Agence de santé et de service sociaux de Montréal, David Levine.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le ministre Bolduc en compagnie du président-directeur général de l’Agence de santé et de service sociaux de Montréal, David Levine.

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a annoncé aujourd'hui la mise en œuvre dans la région de Montréal du Dossier de santé du Québec (DSQ), ce fichier informatique devant contenir les renseignements des patients relatifs aux médicaments qui leur sont prescrits, ainsi que les résultats d’analyses de laboratoire et d’examens d’imagerie médicale.

Avant même son lancement, toutefois, le projet a du plomb dans l’aile alors que les pharmaciens ont annoncé qu’ils refusent d’y participer pour protester contre le fait qu’ils sont sans entente avec Québec depuis deux ans et que les négociations sont rompues.

L’Association québécoise des pharmaciens propriétaires a en effet publié dans les heures précédant l’annonce du ministre un communiqué avertissant celui-ci qu’ils ne participeront pas au déploiement tant qu’ils n’auront pas d’entente.

Le DSQ doit relier les laboratoires et pharmacies, un projet qui sera difficile à réaliser sans l’apport des pharmaciens.

Bolduc mécontent

Le ministre Bolduc a déploré l’attitude des pharmaciens, invitant ceux-ci à revoir leur position et à ne pas prendre la population en otage.

Il a soutenu malgré tout que le déploiement irait de l’avant comme prévu et a dit prévoir une mise en œuvre complète d’ici 18 à 24 mois. Le déploiement dans la région de Montréal coûtera environ 10 millions. Le coût à l’échelle provinciale sera d’environ 50 millions, mais l’ensemble du projet DSQ aura coûté en fin de compte plus de 520 millions.

Le déploiement du Dossier de santé du Québec est déjà amorcé dans trois autres régions, soit l’Estrie, Lanaudière et celle de Québec.

Les citoyens des régions où le projet sera mis en œuvre recevront tous les renseignements pertinents par la poste. Ceux qui le désirent pourront s’en retirer. Le ministre Bolduc a cependant précisé que seulement 0,5 % des citoyens demandaient de se retirer dans les régions où le DSQ était déployé.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Lasante Pierre - Inscrit 6 février 2012 18 h 56

    Abolissons la license...

    des pharmaciens qui refuseront de coopérer. Ce programme est essentiel pour améliorer les soins de santé de tous les québécois.

  • Alain Deloin - Inscrit 6 février 2012 19 h 40

    "s'objecter" ce n’est pas du français

    Enfin pas du bon français. Je soupçonne un anglicisme.

    On dirait plutôt "les pharmaciens s’y opposent".

    My two cents.

  • Darwin666 - Abonné 6 février 2012 22 h 39

    Les pharmaciens du privé...

    ... devraient plutôt appuyer leurs collègues qui travaillent en établissement. Ces derniers sont plus scolarisés et gagnent beaucoup moins qu'eux.

    Mais, bon, parler de solidarité, même dans une profession, cela semble utopique de nos jours...

  • Claude Kamps - Inscrit 6 février 2012 22 h 52

    Que ne ferait on pas avant des élections...

    Une annonce farfelue qui n,est même pas ficelée convenablement, comme la ministre du travail et son placement...

    Avant d’annoncer un projet on s'assure de la collaboration de tout le monde, quitte a faire des concessions...