Duceppe ne fait pas l'unanimité

«Ça ne m’étonnerait pas qu’elle [Pauline Marois] vienne annoncer son départ au caucus» des 25 et 26 janvier, dit un député. «C’est vraiment un scénario probable», dit un autre.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir «Ça ne m’étonnerait pas qu’elle [Pauline Marois] vienne annoncer son départ au caucus» des 25 et 26 janvier, dit un député. «C’est vraiment un scénario probable», dit un autre.

Québec — Des députés du Parti québécois se préparent au départ prochain de leur chef Pauline Marois, ont-ils confié au Devoir hier. «Ça devient insoutenable», dit l'un d'eux, qui voit «plusieurs parallèles» entre la situation actuelle et des démissions de chefs antérieurs, vécues en tant qu'élu péquiste. «Ça ne m'étonnerait pas qu'elle vienne annoncer son départ au caucus» des 25 et 26 janvier, a-t-il ajouté. «C'est vraiment un scénario probable», dit un autre, qui souligne que «ce n'est pas un hasard» si le caucus — la réunion des 44 élus péquistes — précède les trois jours de conseil national (les 27, 28 et 29).

L'ancien chef du Bloc québécois Gilles Duceppe a affaibli la position de Pauline Marois hier, demeurant sibyllin au sujet de ses propres intentions. Joint par Le Devoir, il s'est accroché à une formule: «J'ai confiance dans les militants et dans Pauline pour prendre la bonne décision. Ça me semble normal que je dise ça.» Refusant de nier clairement qu'il souhaiterait diriger le PQ, il a eu ces mots: «Je n'entretiens pas le doute, c'est très clair [comme position].» Selon des informations confirmées par plusieurs sources hier, M. Duceppe a confié être disposé à reprendre du service s'il le fallait. «Il tente d'évaluer s'il a plus d'appuis que la dernière fois», soit en 2007, où il avait fait campagne pendant 24 heures pour succéder à André Boisclair avant de déclarer forfait au profit de Pauline Marois. Une source raconte: «Il s'est dit "si je reviens, je pourrais avoir quelque chose de positif: ramener Louise Beaudoin, Jean-Martin Aussant et Pierre Curzi dans le giron du PQ. Envoyer un signal rassembleur".» C'est ainsi qu'il a sondé certains d'entre eux. M. Aussant reviendrait-il au PQ avec M. Duceppe à sa tête? «Tout dépendra du message. Rien pour moi n'est basé sur les personnes.»

Des partisans de Gilles Duceppe ont tenu à «crever l'abcès» hier. Marc Laviolette, président du club politique le SPQ Libre, a réclamé le départ de Mme Marois et son remplacement par Gilles Duceppe. À ses dires, les choses vont «très mal» au PQ, la «quasi embellie» dans le dernier sondage Léger-Markting ne veut pas dire que «ça sent la coupe», a-t-il pesté. L'ex-président de la CSN a dit refuser de faire partie de «l'orchestre sur le pont du Titanic». Il convient qu'il a joué hier le rôle de celui qui «plante le poignard»: «Ça en prenait un pour le faire, pour provoquer un électrochoc afin de sortir du déni.» Il réclame que les députés «fassent leur travail». Selon un d'entre eux, l'attitude de Gilles Duceppe doit être interprétée ainsi: «Faites le ménage, quand il sera fait, je serai disposé à plonger.» L'instigateur du Nouveau Mouvement pour le Québec, Jocelyn Desjardins, s'est déclaré favorable au remplacement de Mme Marois par Gilles Duceppe, hier soir.

Avant même la sortie de Bernard Drainville dans nos pages samedi sur une possible disparition du PQ, des associations de circonscription péquistes avaient commencé à discuter de résolutions d'urgence, donc déposées à la dernière minute au conseil national, dont certaines pour réclamer le départ de Mme Marois. Par exemple, dans l'ancienne association de Louise Beaudoin, Rosemont, on a presque arrêté un texte, la semaine dernière, qui pourrait être déposé au conseil national. Joint hier, le président Pierre-Yves Mailhot s'est montré évasif, mais a soutenu qu'il avait obtenu un «mandat» lui laissant une «marge de manoeuvre» selon la manière dont «la situation évoluera».

Pas Duceppe

Du reste, plusieurs des membres du caucus péquiste s'inquiètent d'une éventuelle venue de Gilles Duceppe à la tête de leur parti. C'est une des motivations derrière la sortie de Bernard Drainville dans nos pages, nous a-t-on confirmé. D'autres députés péquistes comme Maka Kotto (Bourget), Stéphane Bergeron (Verchères), Sylvain Pagé (Labelle) et Sylvain Gaudreault (Jonquière), entre autres, ne seraient pas du tout chauds à l'idée de voir l'ancien chef du Bloc débarquer à Québec. «Dire que Lisette Lapointe a parlé de "l'autorité outrancière" de Mme Marois. Elle n'a rien vu!», lance l'un. Un autre souligne que M. Duceppe avait «de très bons scores dans les sondages aussi, au début de la dernière campagne fédérale. Il a fini battu dans son propre comté!» Des députés très proches de Pauline Marois comme Nicolas Girard (Gouin) ont plaidé hier que M. Duceppe «est le bienvenu au PQ», mais dans un rôle subalterne.

Silencieuse toute la journée — elle a même annulée une conférence de presse hier —, la chef péquiste a publié un communiqué en milieu d'après-midi pour confirmer sa volte-face sur la question d'éventuelles alliances avec les tiers partis comme Québec solidaire et Option nationale.

L'idée, relancée par Bernard Drainville, avait été rejetée explicitement par l'attachée de presse de Mme Marois dimanche. Mais Le Devoir a appris mardi que le PQ avait eu des contacts avec QS. Hier, dans son communiqué, Mme Marois précisait que l'idée fait même «l'objet de discussions au sein du caucus [...] depuis plusieurs semaines». En décembre, la chef péquiste a demandé à son entourage d'entreprendre une «analyse fine» d'éventuelles formules de pactes ou d'alliances. Celle-ci serait «en cours et devrait permettre d'alimenter la discussion».

Les discussions qui ont eu lieu avec le PQ ont été informelles, a précisé hier la coporte-parole de QS, Françoise David. «La seule chose qu'il y a eu, c'est une rencontre avec une personne qui n'est ni député ni membre du cabinet de Mme Marois», a-t-elle déclaré. Mme David a refusé d'identifier cette personne, qui avait pour mandat de «tester l'intérêt [de QS] à avoir éventuellement des discussions sur des pactes possibles», a-t-elle résumé. Aux dires de Mme David, ni elle ni Amir Khadir n'ont de mandat de la part des militants de QS pour conclure de telles ententes. Si jamais le PQ avait une proposition d'alliance à faire à QS, Mme David soutient qu'elle la présenterait à ses membres. Le péquiste Nicolas Girard représente la circonscription où Françoise David se représentera une troisième fois (Gouin) lors de la prochaine élection générale. Refusant de laisser le champ libre à Mme David, il accepte toutefois l'idée d'explorer des formules de pactes avec QS ou ON. Le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant, estime pour sa part une alliance comme «improbable» et source de problèmes sérieux pour l'après-élection.

Pour plusieurs partisans pro-Duceppe cependant, le PQ devrait se tenir loin de QS, trop lié au parti fédéraliste NPD. «Amir Khadir a voté NPD, la candidate de Québec solidaire dans Bonaventure était une employée du NPD», fait remarquer Pierre Dubuc, secrétaire du SPQ Libre. Paradoxalement, pour justifier le retrait de la reconnaissance de ce club politique en mars 2010, l'état-major du PQ avait fait remarquer qu'il comptait des membres de Québec solidaire.

***

Avec la collaboration de Guillaume Bourgault-Côté
111 commentaires
  • Clothaire - Inscrite 19 janvier 2012 01 h 48

    C'est la meilleure chose qu'elle puisse faire pour le PQ

    Et pour elle-même si elle veut un avenir.

  • Alexandre Dionne - Inscrit 19 janvier 2012 02 h 45

    Qui fait l'unanimité au Québec ?!

    1) Parler d'unanimité, c'est éluder la question, c'est détourner l'essentiel ;

    2) Il faudrait plutôt évoquer que le PQ aurait raison de militer pour le candidat à la direction ayant la meilleure estime dans la population ;

    3) Duceppe ou pas, l'important est de considérer que Mme Marois, sauf le respect pour sa digne conviction, n'atteint plus qu'une minorité de la population ;

    4) Partant de là, Duceppe, Drainville ou qui que ce soit d'autre, acclamation ou pas, course ou pas, unanime ou majoritaire, la question devient autrement intéressante !

  • Marcel Bernier - Inscrit 19 janvier 2012 03 h 37

    Pro-Marois jusqu'au bout...

    Et heureux de l'être.

  • Patrick Asselin - Inscrit 19 janvier 2012 03 h 54

    Le dernier chapitre

    La saga du PQ tire à sa fin. C'est un peu triste pour Pauline Marois, une femme de grand talent. Cependant, la survie du parti doit primer. Gilles Duceppe sera le prochain premier ministre, ou le dernier chef du PQ.

    Beaucoup de Québécois se sentent coupables d'avoir voté pour le NPD lors de la dernière élection fédérale. Duceppe profitera du retour du balancier

  • Jacques Morissette - Inscrit 19 janvier 2012 04 h 33

    Le PQ et QS?

    Gilles Duceppe se serait-il acoquiné au maire Labeaume pour changer l'esprit d'une loi? Je ne pense pas. Le PQ, pour les partisans Pro-Duceppe, ne devrait pas trop se lier à QS. D'accord pour dire parce que trop lié avec la philosophie NPD, mais pas avec le fait que c'est un parti fédéraliste. De toute façon, est-ce que la dulcinée QS attendrait après un prétendant tel le PQ? Je ne pense pas!