Démission du p.-d.g. de l'AMT - Joël Gauthier a été blâmé par Québec pour le dépassement des coûts du projet de train de l'Est

Les relations entre Joël Gauthier et Québec étaient difficiles depuis l’été dernier.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les relations entre Joël Gauthier et Québec étaient difficiles depuis l’été dernier.

Arrivé à l'Agence métropolitaine de transport (AMT) porté par le dossier controversé du prolongement du métro à Laval qu'il a réglé, Joël Gauthier en repart dans la tourmente d'un autre projet dont le financement a explosé, mais dont le contrôle lui a échappé, celui du train de l'Est.

En effet, le p.-d.g. de l'AMT a remis hier sa démission au conseil d'administration de l'organisme qu'il présidait depuis 2003. Joël Gauthier restera en fonction jusqu'à la nomination de son successeur. Son contrat était terminé depuis novembre dernier; son salaire annuel s'établissait à 170 000 $.

C'est le train de l'Est qui a vraisemblablement donné le coup de grâce à M. Gauthier. La hausse incontrôlée des coûts du projet a fait bondir cette semaine la présidente du Conseil du trésor, Michelle Courchesne. Le blâme adressé à M. Gauthier ne laissait place à aucune interprétation. Il faut revoir «en profondeur» les responsabilités, le mandat et la direction de l'AMT, a lancé en substance la ministre. Le départ de M. Gauthier n'apparaît donc pas comme une surprise.

L'AMT a d'ailleurs diffusé hier matin un communiqué de presse qui élude toutefois les tensions. On y salue plutôt le «dévouement» de M. Gauthier et on y fait une énumération des améliorations apportées au réseau de transports collectifs sous sa gouverne, dont la mise en service d'une sixième ligne de train de banlieue et l'augmentation du nombre de places de stationnement incitatif. Joël Gauthier a refusé d'accorder des entrevues.

La Presse a fait état hier de la rumeur selon laquelle le directeur général de la Société de transport de Montréal (STM), Yves Devin, était pressenti pour remplacer M. Gauthier. M. Devin a immédiatement transmis un mémo à tous les employés de la STM. Il affirme avoir été «flatté d'être considéré par le gouvernement du Québec pour ce poste» mais qu'il ne sera pas candidat. Il écarte également l'idée qu'il puisse avoir des relations houleuses avec le président du conseil d'administration, Michel Labrecque. «Au contraire, je considère que nous formons un très bon tandem, efficace et complémentaire.»

La nomination d'une personne à la tête de l'AMT relève strictement du gouvernement. Au cabinet du ministre des Transports, Pierre Moreau, on soulignait hier que «le processus sera mis en marche pour la sélection d'une nouvelle personne» et que ce n'est qu'à ce moment que le ministre fera des commentaires.

Les relations entre M. Gauthier et Québec étaient difficiles depuis l'été dernier. C'est en août que le gouvernement a appliqué les freins dans le dossier du train de l'Est, voyant le dérapage financier et les conséquences politiques potentiels.

Au même moment, le ministre des Transports d'alors, Sam Hamad, a été muté dans un autre ministère. MM. Hamad et Gauthier étaient, dit-on, sur la même longueur d'onde sur les différents projets de l'AMT. Mais à la suite de l'effondrement d'une structure de béton dans le tunnel Viger et le dépôt, qui n'était pas encore public, du rapport de Jacques Duchesneau sur la collusion au sein du MTQ, Pierre Moreau a pris la relève.
3 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 14 janvier 2012 08 h 41

    Ti-n'ami

    Ti-n'ami un jour, ti-n'ami toujours.

  • Daniel Guay - Inscrit 14 janvier 2012 12 h 12

    170,000$ et plus

    N'oubliez pas limousine et chauffeur ... et stationnement, c'est ce qu'on appele prêcher par l'exemple, pourquoi pas un titre de transport en commun, une économie d'environ 150,000$ par année.

  • Poirier Sylvie - Inscrite 14 janvier 2012 16 h 11

    Un ami qui a remplacer une spécialiste

    Scandale par dessus scandale????
    Le contrôle lui a échappé ? C'était probablement voulu pour encore appauvrir les Québécois. Je n'ai plus aucune confiance en ce gouvernement. Le projet était supposé de coûté 300 millions. Ce même projet dépasse déjà les 8 millions. Charest s'est peut-être servi de son ami. De plus, le pas de tête, nous dit qu'il a perdu le contrôle. Est-ce du cinéma ?