Les adéquistes convaincus usent des réseaux sociaux pour contrer la fusion avec la CAQ

L’adéquiste Claude Garcia s’oppose à la fusion de son parti avec la CAQ.
Photo: - Le Devoir L’adéquiste Claude Garcia s’oppose à la fusion de son parti avec la CAQ.
En réponse à une lettre ouverte de Raymond Francoeur, vice-président de l'ADQ, publiée mardi dans Le Soleil de Québec, les opposants à la fusion ADQ-CAQ (Coalition avenir Québec) ont multiplié les interventions médiatiques hier.

«Mais où étaient-ils ?», s'interroge M. Francoeur dans une lettre où il fustige les propos de membres «nouveaux» ou «non valides» qui s'opposent à la fusion, alors même qu'ils «n'ont pipé mot durant l'année 2011».

«M. Francoeur ne joue pas fair-play quand il s'attaque à l'"inaction" des opposants à la prise de contrôle de l'ADQ à la CAQ, puisqu'il oublie de préciser le climat de tension autour de ce tabou dans la dernière année», rétorque Denis Claveau, président de la Commission des jeunes de l'ADQ, dans un courriel adressé au Devoir hier.

Hormis cette entente de «respect des négociations», tout le monde «a eu l’occasion de s’exprimer, et ceux qui ne l’ont pas fait c’est parce qu’ils ne l’ont pas voulu», tranche Richard Thibault, Président de la Commission des communications de l'ADQ.

L’entente conclue le 14 décembre dernier entre l’ADQ et la CAQ doit encore être entérinée par un vote postal des 2500 membres de l’ADQ entre le 2 et le 19 janvier prochain. Du côté des opposants, on dénonce un combat inégal puisque seuls les «fusionistes» ont accès aux listes des membres, alors que Christian Lévesque, le président de l’ADQ rappelle que le parti est «légalement tenu de respecter la confidentialité des informations nominatives qui se retrouvent dans notre liste de membres».

«Face à ça, on a décidé d'aller sur Facebook», explique Claude Garcia, président de la commission politique de l'ADQ. L'essentiel du message antifusion est véhiculé par un simple groupe Facebook qui réunit 200 amateurs, ainsi que par un site à l'adresse restonsadq.ca. «Tous les participants au site Internet sont des membres de l'ADQ en règle», a tenu à préciser M. Claveau en entrevue hier.

Irrités par les propos de M. Francoeur, plusieurs militants ont fait valoir leur droit de réponse. «Pourquoi les membres n'ont-ils pas fait entendre leur opinion avant? Parce qu'ils s'attendaient à être consultés», rappelle Caroline Pageau, candidate pour l'ADQ dans la circonscription de Taschereau en 2007. Lynda Delorey, une militante de Québec, signe pour sa part un billet sur le site Restons ADQ où elle estime «qu'au moins 75 % des bénévoles avaient ouvertement annoncé leur départ en cas de fusion».

De leur côté, ni Denis Claveau ni Claude Garcia ne souhaitent émettre de pronostic quant à l'issue du vote de janvier 2012. «Difficile de faire pression en l'absence de listes», déplore M. Garcia, qui juge prématurée la création du groupe Équipe autonomiste du Québec constitué d'ex-adéquistes déçus. «Je leur ai laissé un petit mot sur Facebook pour leur conseiller de plutôt collaborer avec nous.»

À voir en vidéo