François Legault lance un appel aux députés libéraux

Éric Caire, Benoît Charrette, François Legault, Daniel Ratthé et Marc Picard.
Photo: Clément Allard - Le Devoir Éric Caire, Benoît Charrette, François Legault, Daniel Ratthé et Marc Picard.

Québec — Après avoir fait le plein de recrues adéquistes et péquistes, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, lance un appel aux députés libéraux pour qu’ils se joignent à lui.

M. Legault a confirmé aujourd'hui l’ajout de quatre députés aux quatre autres qui avaient déjà joint les rangs de la coalition, créée en novembre.

Lors de la reprise des travaux à l’Assemblée nationale, le 14 février, la coalition a donc l’assurance de compter sur un caucus de huit députés, avec l’ajout, aujourd'hui, des ex-péquistes Benoît Charrette (Deux-Montagnes), et Daniel Ratthé (Blainville), et des ex-adéquistes Marc Picard (Chutes-de-la Chaudière), et Éric Caire (La Peltrie).

Ils s’ajoutent aux autres adéquistes Gérard Deltell, Janvier Grondin, François Bonnardel et Sylvie Roy.

Mais ce ne sera pas suffisant pour obtenir la reconnaissance de la coalition comme groupe parlementaire. La barre est fixée à 12 députés. Cette reconnaissance s’accompagne d’importants budgets de recherche et de droits de parole en Chambre.

Une demande de reconnaissance formelle sera déposée à la fin janvier, a dit M. Legault, même si le groupe ne compte que huit députés.

Legault veut que les libéraux réfléchissent

«Je suis fier d’avoir des péquistes, des adéquistes, et je souhaiterais au cours des prochains mois qu’il y ait des libéraux qui se joignent à nous», a-t-il dit, en conférence de presse dans le hall du parlement, entouré de ses quatre nouvelles recrues.

M. Legault a dit espérer que les députés libéraux profitent de la période des Fêtes pour réfléchir à leur avenir et cessent «de défendre l’indéfendable».

Il a dit espérer que les députés libéraux choisissent plutôt de défendre leurs principes et renoncent «à cautionner» le gouvernement libéral malgré tous ses écueils.

«Je ne comprends pas, aujourd’hui, avec tout ce qu’on a vu comme magouilles au Parti libéral qu’il y ait encore autant de gens qui cautionnent ce gouvernement libéral», a-t-il dit, se disant prêt à leur ouvrir les bras.

«Il est temps chez les libéraux qu’on se réveille, qu’on sorte de l’immobilisme, qu’on vienne avec nous relancer le Québec», a insisté le chef caquiste.

M. Legault a dit qu’il n’était pas présentement en négociation avec d’autres députés éventuellement intéressés à se joindre à lui.

Il a décrit son parti, qui trône au sommet des sondages depuis des mois, comme «la nouvelle force politique au Québec».

Il s’attend à ce que le premier ministre Jean Charest déclenche des élections générales dès ce printemps et entend accélérer le tempo pour être prêt à temps.

De nouveaux candidats?


Dès janvier, M. Legault compte annoncer les noms de plusieurs candidats, «des gens réputés dans leur secteur».

En mars, un premier congrès des membres permettra au nouveau parti de se doter d’un programme complet et définir ses engagements électoraux autour des cinq priorités tracées et des 20 propositions d’action présentées en novembre.

L’ex-ministre péquiste a fait un portrait très sombre de la situation actuelle au Québec. En 2011, «le Québec va être une des pires provinces au niveau de la croissance économique. On a un gouvernement qui est en train de brader nos ressources naturelles. On a un gouvernement qui est en train de magouiller même dans les taux de décrochage pour faire croire que le décrochage a été réduit au Québec», a-t-il dit.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

31 commentaires
  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 19 décembre 2011 15 h 03

    Une arnaque

    Ces gens ont été élus sous une bannière. Maintenant ils se joignent à une autre.
    C'est une action frauduleuse. Un affront à tous les électeurs de leurs comtés dont le vote ne veut plus rien dire. Car, en créant ce précédent, il sera permis à quiconque de changer de parti en cours de mandat.
    Alors, dorénavant, on peut voter pour n'importe qui puisque cela n'a pas d'importance. Le candidat élu n'est pas tenu de respecter l'engagement qu'il a pris.
    Et ce nouveau parti, la CAQ, se déshonore déjà en recourant à pareil subterfuge pour siéger à l'Assemblée nationale.
    Le véritable geste démocratique qu'ils devraient poser, en gens intègres, serait de démissionner et de se présenter à nouveau sous la nouvelle bannière. Et cela vaut pour tous les autres qui vont imiter leur geste.
    Legault-Sirois montrent qu'ils sont prêts à toutes les compromissions pour obtenir le pouvoir.

  • Denis Provencher - Inscrit 19 décembre 2011 15 h 11

    evolution

    A part des réfractaires habituels au changement, le nouveau mouvement de Legault, quoique très imparfait, est essentiel au déblocage de la société québécoise. Le Québec a pris un retard considérable sur le reste de l'Amérique du Nord, nos principaux concurrents, dans plusieurs domaines et il faut donner un coup de barre courageux a la tête de l'état. Des années de régimes libéraux et péquistes voulant plaire au public au lieu de prendre des décisions courageuses doivent cesser, avant que le Québec ne devienne la Grèce de l,Amérique du Nord. La mission de Legault est presque impossible à réaliser, mais souhaitons nous bonne chance! Peu importent leurs motifs, bravo à ceux qui veulent se joindre à lui. Du courage vous en aurez besoin, car les Québécois n'ont qu,une vague idée des défis auxquels ils seront confrontés.

  • Gael - Inscrit 19 décembre 2011 15 h 42

    comme disait l autre

    la politique de l autruche, en croyant que nous sommes tous des idiots
    on sait bien maintenant que caqquistes = oportunistes et on ramasse les epaves

  • SNost - Inscrit 19 décembre 2011 15 h 50

    @F. Ricard

    Les députés étaient tous devenus indépendants. Est-ce une arnaque aussi d'être devenu indépendant? Si on suit votre raisonnement, probablement, mais ce n'est pas comme ça que fonctionne l'Assemblée nationale.

    Je crois que pour être cohérents, il devrait être prévu qu'un député qui n'a plus d'affiliation au parti sous lequel il a été élu démissionne. Mais comme ce n'est pas le cas, un député indépendant peut tout à fait rejoindre la banière qu'il souhaite, quitte a en payer le prix aux élections qui suivent.

  • Geoffroi - Inscrit 19 décembre 2011 16 h 29

    Pourquoi les libéraux ne sont-ils pas intéressés ?

    Parce que pour les libéraux c'est du pareil au même. Le pire c'est que c'est vrai. Comme aussi M. Legault, ils apprécient beaucoup M. Sirois.