En bref - Indépendance: l'affaire du PLQ, selon Guy Bertrand

L'avocat Guy Bertrand lançait hier son «testament politique» à Québec en compagnie de certains membres de sa famille. Intitulé Le projet Liberté-Nation, son livre se veut un «ultime effort pour sauvegarder la langue française en Amérique».

L'ouvrage de plus de 400 pages, qui ne sera pas vendu en librairie mais sera offert gratuitement sur le Web, avance que l'initiative du projet d'indépendance doit venir des régions, lesquelles doivent réclamer davantage de pouvoirs constitutionnels et créer «les États-Unis de l'Amérique française». En conférence de presse, M. Bertrand a par ailleurs expliqué que le Parti libéral du Québec (PLQ) était la formation toute désignée pour réaliser la souveraineté parce qu'il est le seul parti à pouvoir obtenir l'appui des allophones, des anglophones et des autochtones. À ceux qui jugeront ses opinions farfelues, l'avocat, qui aura bientôt 74 ans, répond qu'il est de dix ans en avance sur son temps.
17 commentaires
  • Toni Siro - Inscrit 14 décembre 2011 09 h 31

    10 ans?

    Monsieur Bertrand était peut - être 10 ans avant son temps en 95 lorsqu'il déclarait que le référendum était illégal?

  • André Michaud - Inscrit 14 décembre 2011 10 h 40

    humour

    Toujours plein d'humour m,Kodack..

  • michel lebel - Inscrit 14 décembre 2011 10 h 43

    L'avocat Bertrand!

    L'humilité n'a jamais été la marque de commerce de Guy Bertrand! L'homme, certes un bon avocat-plaideur, mais un piètre politique. On ne peut avoir tous les charismes!

  • meme40 - Inscrite 14 décembre 2011 10 h 43

    Cherchez le KODAK.

    Bertrand est mur pour passer à )tout le monde en parle, )`là ou il y de tout pour touts les gouts... à faire la roue, ou peut-être le clown.

  • Pierre-E. Paradis - Inscrit 14 décembre 2011 11 h 27

    21 ans en retard

    C'était effectivement Robert Bourassa qui avait toutes les «conditions gagnantes» pour réaliser la souveraineté du Québec en 1990, avec 65% d'appuis.

    L'analyse de M. Bertrand demeure toutefois intéressante, reste à voir si le PLQ existera encore dans 10 ans, ou ne sera pas relégué à 5-6 sièges dans le West Island.