Le PQ veut investir 500 millions de dollars dans les soins à domicile pour les aînés

Si elle est portée au pouvoir, Pauline Marois promet un virage majeur dans les soins à domicile pour les personnes âgées. <br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Si elle est portée au pouvoir, Pauline Marois promet un virage majeur dans les soins à domicile pour les personnes âgées.

La campagne électorale n'est pas encore lancée, mais le Parti québécois (PQ) s'engage déjà à investir pas moins de 500 millions dans une politique de soins à domicile pour les aînés.

La chef Pauline Marois, qui en a fait l'annonce hier à Montréal, parle carrément d'un «virage majeur» dans les soins et services pour les personnes âgées. Elle veut ainsi créer un réseau de soins et services à domicile, en plus d'une caisse autonomie et d'une politique sur le vieillissement et les aînés. «On ne peut pas continuer comme ça. L'avantage humain et financier d'une politique de soins et services à domicile crève les yeux. Par exemple, une personne aînée qui demeure à l'hôpital, faute de mieux, c'est 200 000 $ par année; dans un Centre d'hébergement et de soins de longue durée, c'est 60 000 $ par année; mais des soins à domicile intensifs, c'est environ 25 000 $ par année», a expliqué la chef péquiste.

Elle a fait valoir que la société y gagnera aussi, puisque moins de personnes âgées mobiliseront des lits dans les hôpitaux de soins de courte durée. Et les aînés préfèrent généralement rester à domicile le plus longtemps possible.

De plus, les proches aidants, qui sont souvent des femmes, bénéficieront d'un peu de répit tant attendu. «Tout ce que nous avons gagné en termes de participation des femmes au marché du travail, avec la politique familiale, commence à s'effriter», a déploré Mme Marois.

Quant à savoir où elle trouvera cette somme, elle n'a pas voulu le préciser pour l'instant. Elle n'a pas voulu dire non plus si elle devrait couper ailleurs dans les services de santé pour dispenser ces services aux aînés. Elle a fait un parallèle avec le réseau des Centres de la petite enfance qu'elle a jadis créé, affirmant que lorsque le gouvernement fait une priorité d'un service à donner, il trouve les fonds pour le faire.

Réaction libérale

De son côté, le gouvernement libéral a fait savoir qu'il faisait déjà beaucoup pour les personnes âgées.

En entrevue, la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, a indiqué que son gouvernement injectait déjà près de 600 millions dans le maintien à domicile, en plus de travailler à la préparation d'une «politique du vieillir chez soi».

Elle a énuméré diverses mesures déjà prises en faveur des aînés, comme la politique pour contrer la maltraitance envers les personnes âgées et la certification des résidences pour aînés. Elle reproche aussi aux précédents gouvernements du Parti québécois d'avoir réduit le nombre de lits dans les centres de soins de longue durée.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • NL - Inscrit 13 décembre 2011 08 h 47

    Des promesses d'avant campagne, ça vaut quoi?

    « Elle veut ainsi créer un réseau de soins et services à domicile, en plus d'une caisse autonomie et d'une politique sur le vieillissement et les aînés. »

    C'est parce que... ça existe déjà! Ça s'appelle : la Fédération des coopératives de services à domicile et de santé du Québec.

  • Charles F. Labrecque - Inscrit 13 décembre 2011 09 h 32

    Méfiance

    Il faudrait se méfier de ces promesses pour faire rêver les bons québécois puisque l'expérience nous indique qu'une fois au pouvoir la promesse rêvée devient une toute autre chose. De plus nous aurions raison de se poser de sérieuses questions sur les coûts qu'une tel promesse si jamais elle était appliquée puisque l'histoire nous apprend que MADAME lorsqu'elle était au pouvoir, elle nous avait faite la promesse que l'établissement des garderies à $5.00/jour ne coûteraient à l'état quelques centaines de millions et aujourd'hui nous savons très bien c'est plus de deux milliards que coûte cette mesure en plus d'avoir augmenté la charge des parent à $7.00/jour.
    C'est pourquoi il faut se méfier de cette bonne DAME qui ne semble pas capable de compter ce qui me fait dire ne lui demandons pas ce que coûterait la séparation.Hi HI

  • bourgeoisgentilhomme - Inscrit 13 décembre 2011 09 h 53

    Électoraliste ce parti

    Nous reconnaissons bien là un gouvernement du parti québéçois. Des dépenses, des dépenses mais avec quels revenus financera-t-il ce nouveau compte de dépenses? Et je souscris au commentaire de NL.

  • RobertB - Inscrit 14 décembre 2011 20 h 56

    plus ça change

    ...garderies à 5$; congés parentaux d'une année; autres et autres promesses... qui vident de son sang le Qc à coût de milliards. Une autre encore.
    Oui il faut s'occuper de nos parents vieillissants. On peut le faire par une réorganisation des structures et aussi en ajoutant, au niveau syndical, kek congés parentaux qui incluent non plus les enfants (qui n'existent plus vraiment), mais bien nos parents.
    L'histoire du PQ est truffée de telles promesses, oui tenues. On est dans l'trou aussi, malgré le fait que nous payons le plus sur la planète (ou presque) et avons une dette nationale qui ressemble à celle de la Grèce.
    Mais y a pas d'problème Mme Marois, lâche toé lousse!