Bonaventure:le PQ a payé pour son cynisme, estime Charest

Absente de l'Assemblée nationale en raison d'un problème d'horaire d'avion, Pauline Marois n'a pas commenté le résultat de lundi. Mais un de ses proches, le député Yves-François Blanchet, de Drummond, s'est dit «atterré» par le choix d'une majorité d'électeurs. «Je trouve ça inquiétant avec le bilan de ce gouvernement et de ce parti-là que les gens votent quand même, par simple habitude, pour eux», a-t-il dit. Au PQ, plusieurs élus signalaient le «gain significatif» de 8 points de pourcentage du PQ par rapport au scrutin de 2008. 37 %, c'est mieux que «les sondages nationaux qui s'amusent à nous placer à 20 %», a-t-il ajouté.

Le chef de l'Action démocratique, Gérard Deltell, a paru atterré lui aussi hier, mais par le mauvais score de son candidat, 2,2 %: «C'est évident que c'est un résultat qui est décevant. On ne jouera pas à l'autruche.» Quant aux deux cochefs de Québec solidaire, ils se sont montrés ravis des résultats de leur candidate, qui est allée chercher 9 % des voix, le triple de ce qu'elle a eu en 2008. Mme David s'est dite surprise de «voir la direction du PQ, pour le moment en tout cas, ne pas être si encline que ça au dialogue» au sujet d'éventuelles alliances.

À voir en vidéo