Échangeur Turcot: Québec confirme le mauvais état des structures

La démolition des vieilles structures de l'échangeur Turcot doit avoir lieu en 2018.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La démolition des vieilles structures de l'échangeur Turcot doit avoir lieu en 2018.

Le ministère des Transports a publié aujourd'hui les rapports d’inspection des 35 structures qui composent l’échangeur Turcot, de La Vérendrye et la partie surélevée de l’autoroute Ville-Marie et, sans surprise, celles-ci sont en mauvais état.

Les rapports démontrent que les mêmes défauts touchent la majorité des structures inspectées, ont indiqué les experts du ministère.

Par exemple, les rapports font état de fissures verticales ou horizontales aux chevêtres, ces poutres horizontales au-dessus des piles. Ils font aussi état de délaminage ou éclatement du béton et de corrosion des armatures sur les hourdis — plaques en béton armé — inférieurs et supérieurs des structures. De même, des panneaux renforcés en fibre de carbone devront être installés sur certaines parties de ces structures.

La cote générale est de 1, soit la plus mauvaise des quatre cotes possibles. Les experts du ministère affirment qu’il ne faut pas s’en étonner, puisque ces structures doivent être remplacées.

D’ici à ce que le futur échangeur Turcot soit construit, quelque 254 millions de travaux et interventions devront être réalisés. Le point culminant de ces interventions aura lieu en 2012, avec 70 millions investis, puis la cadence diminuera à partir de 2013 jusqu’à la démolition.

La démolition des vieilles structures doit avoir lieu en 2018. Le nouvel échangeur Turcot est censé être reconstruit d’ici 2017. Les travaux de construction doivent débuter en 2013. Il s’agit d’un vaste projet de 3 milliards.

D’ailleurs, un appel de qualification sera lancé d’ici la fin de l’année pour permettre aux entreprises intéressées de démontrer qu’elles sont suffisamment solides financièrement pour mener à bien le projet et qu’elles ont l’expertise pour le concevoir et le construire. Après quoi, les trois meilleurs candidats seront invités à faire une proposition finale.

Au cours d’une rencontre avec la presse après la présentation du rapport, le ministre des Transports, Pierre Moreau, a admis que le vieil échangeur «est à la fin de sa vie utile» et qu’il doit donc recevoir «plus d’attention», plus d’interventions et de réparations.

Il a tenu à se faire rassurant, affirmant que ces énormes structures étaient «les plus inspectées au Québec, voire au Canada» et que le ministère faisait tout pour qu’elles demeurent sécuritaires jusqu’à leur démolition.

Le ministère a d’ailleurs indiqué qu’il devra fermer complètement la bretelle qui mène de l’autoroute 15 en direction nord à l’autoroute 720 en direction est, à compter de la nuit de ce soir à demain, afin de réparer un élément détérioré de la structure.

Ces structures ont été construites en 1967 et une partie en 1970 et elles nécessitent généralement des réparations majeures après une trentaine d’années. Or, à l’époque, «le gouvernement aurait dû réinvestir et ça n’a pas été fait», a souligné le ministre Moreau, pour justifier l’importance des travaux nécessaires aujourd’hui, 254 millions, alors que les structures doivent être démolies.

L’échangeur Turcot et ses voisins comptent 35 structures, totalisant 18 kilomètres et 10 000 éléments à inspecter.
2 commentaires
  • Jean-Michel Picard - Inscrit 25 novembre 2011 16 h 33

    Merci du tuyau !

    Échangeur Turcot : Québec confirme (5 ans après l'effondrement) que l'échangeur s'est effondré !

  • Ben Gagnon - Inscrit 25 novembre 2011 22 h 05

    ...

    Et combien les inspecteurs ont été payés pour nous dire ça? Mais on coupe, on coupe...