Plan Nord - Une offensive publicitaire de près de deux millions

Le gouvernement Charest a déjà injecté au moins 1,7 million de dollars afin de promouvoir son Plan Nord auprès des citoyens québécois. Le «chantier d'une génération» des libéraux, lancé en grande pompe en mai dernier, a en effet pu bénéficier d'une large campagne publicitaire télévisée, dans les journaux et sur Internet.

Selon des données obtenues par Le Devoir en vertu de la loi d'accès à l'information, la promotion du Plan Nord a coûté 469 862, 81 $ uniquement pour le mois de mai. Pour le mois de juin, elle s'est élevée à 191 930,54 $, alors que pour la campagne s'étirant de la fin septembre à la fin octobre, Québec a dépensé 601 378,61 $. Dans le cas de cette dernière offensive de la campagne «Un plan pour le Québec», il s'agit uniquement de la facture pour la diffusion télévisée. La production des messages en français et en anglais, les honoraires de l'agence de publicité, ainsi que la production de publicités pour les journaux et le Web ont coûté 165 052,65 $.

Au total, il s'agit donc d'une facture publicitaire de 1 428 224,61 $ pour propager le message du Plan Nord des libéraux aux Québécois. Et ces données ne tiennent pas compte de la reprise de la diffusion des publicités télévisées au cours des derniers jours. Le message de 30 secondes diffusé sur la majorité des réseaux québécois insiste sur l'idée que ce plan de développement doit servir à «préparer le Québec de demain», mais aussi à «créer de la richesse», tandis que s'enchaînent les images de chutes d'eau, de kayakistes, de projets miniers, de caribous et de jeunes perchés dans un arbre.

Selon une note produite par la haute direction du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, la campagne publicitaire doit servir à «susciter la fierté et l'adhésion, face à ce projet, de l'ensemble des Québécois afin qu'ils se l'approprient et y reconnaissent les bénéfices pour eux et les générations futures». Le message vantant le plan libéral doit aussi permettre «d'expliquer que le Plan Nord fait partie des mesures mises de l'avant par le gouvernement, qui entend faire du développement du Nord un projet pour renforcer l'économie québécoise».

En plus de la publicité dans les médias, le gouvernement a fait concevoir une sorte de tunnel qui «vise à faire découvrir le Nord québécois», au coût de 100 000 $. Cet outil de promotion ambulant a notamment été installé à Saint-Tite pendant le Festival western. Il doit se retrouver dans divers autres festivals l'an prochain. Par ailleurs, le gouvernement avait déployé tout le clinquant nécessaire pour lancer son Plan Nord, en mai dernier. La conférence de presse aurait coûté pas moins de 178 000 $, selon des informations déjà publiées.

Au total, la facture s'élève à au moins 1 706 000 $, mais elle ne tient pas compte des coûts des voyages internationaux de Jean Charest destinés à attirer des investissements privés dans le Nord québécois.

Le gouvernement n'est pas le seul à mener une vaste offensive vantant les bienfaits de l'industrie minière pour le Québec. Par exemple, Mine alliance, un lobby qui regroupe plusieurs entreprises minières, a lancé récemment une campagne publicitaire télévisée qui présente une roche «sexy» pour vanter l'industrie minérale «québécoise».

À voir en vidéo