Lisette Lapointe adhère à l'Option nationale d'Aussant

Une carte de membre, c'est bien. Mais deux, c'est mieux. Toujours membre du Parti québécois, la députée indépendante Lisette Lapointe a décidé vendredi dernier d'adhérer à Option nationale — le parti fondé par son ex-collègue péquiste Jean-Martin Aussant.

Selon son attachée politique, Mme Lapointe continuera de siéger comme indépendante et ne songerait pas à se présenter sous les couleurs d'Option nationale lors des prochaines élections. «Elle conserve sa carte du PQ, elle conserve son statut d'indépendante, dit Catherine Berbery. Mais elle appuie le programme d'Option nationale parce qu'il met de l'avant l'indépendance. Mme Lapointe aime la façon dont M. Aussant fait la promotion de l'indépendance, ça s'inscrit dans ses idées et ses convictions.»

Mme Berbery affirme que Lisette Lapointe «continue d'espérer que le PQ va se ressaisir», raison pour laquelle elle demeure membre de ce parti. Et Jean-Martin Aussant n'y voit pas d'inconvénient. «Mme Lapointe veut que le projet souverainiste avance en général, dit-il. Elle a espoir que le PQ redevienne le véhicule souverainiste qu'il doit être. Et de notre côté, on a toujours dit qu'on n'hésiterait pas à collaborer, voire à fusionner, avec un parti qui aurait un message aussi clair que nous sur la souveraineté.»

M. Aussant a qualifié «d'excellente nouvelle» l'adhésion de Mme Lapointe à son parti. «Ça montre que notre projet est intéressant», dit-il en entretien. Il refuse toutefois d'y percevoir le soutien tacite de Jacques Parizeau, époux de Mme Lapointe. Cette dernière «a ses propres opinions et pensées, dit M. Aussant. Sa décision est la sienne, pas celle de M. Parizeau. S'il veut se prononcer sur notre projet, il ne va pas se gêner».

La plateforme d'Option nationale a été lancée la semaine dernière. Au coeur du projet: le rapatriement des taxes, des impôts et des traités du Québec, première étape vers l'écriture d'une constitution et de l'organisation d'un référendum. Mme Lapointe a claqué la porte du PQ en juin avec Pierre Curzi et Louise Beaudoin. Elle estimait alors ne plus se reconnaître dans le parti, et avait «la pénible impression que le parti s'éloigne de la souveraineté et du pouvoir».
21 commentaires
  • Socrate - Inscrit 18 novembre 2011 05 h 17

    onistes

    Aussant, aussant; aussant en emporte le vent.

  • Louka Paradis - Inscrit 18 novembre 2011 07 h 16

    Qui se ressemble s'assemble

    Ça commence bien, faire de la politique autrement : 2 cartes d'adhésion ; se faire élire sous une bannière et siéger comme indépendante, puis sous celle d'un parti qui a trahi le premier... Bonjour la loyauté et la transparence ! Bonjour le respect des électeurs ! Quelle fourberie sous des airs de vertu : de vrais Tartuffe !
    Non merci. Dommage pour le talent de JM Aussant, sa vanité l'a complètement égarée.

  • Gilles Bousquet - Inscrit 18 novembre 2011 08 h 17

    2 cartes

    Est-ce que ça donne droit à 2 votes ?

  • michel lebel - Inscrit 18 novembre 2011 08 h 38

    Pas fort!

    Pas fort comme démarche! Un cul de sac! Sieur Jacques l'a-t-elle conseillée? Si oui... Pas fort lui non plus! C'est peut-être le temps de quitter la table!

  • Roland Berger - Inscrit 18 novembre 2011 08 h 44

    À Paradis et Bousquet

    Tapons sur les petits pour être certains qu'ils ne deviendront pas grands. Un sens de la démocratie remarquable !
    Roland Berger