Jacques Duchesneau mis à la porte de l'Unité anticorruption

L'UPAC a mis fin au contrat de Jacques Duchesneau (que l'on voit ici à gauche, à la fin septembre). <br />
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L'UPAC a mis fin au contrat de Jacques Duchesneau (que l'on voit ici à gauche, à la fin septembre).

Québec — Jacques Duchesneau ne travaille plus pour l’Unité permanente anticorruption. L’UPAC a mis fin au contrat, selon ce que l’organisme a confirmé sur l’heure du midi. Sa porte-parole, Anne-Frédérick Laurence, a soutenu que compte tenu des déclarations que M. Duchesneau a faites concernant l'UPAC, il n’y avait «pas d'autre choix».

Le patron de l’UPAC, Robert Lafrenière, estime que M. Duchesneau a manqué de «loyauté». Il l’a brièvement rencontré ce matin au siège social de l’organisme et l’a informé qu’il était remercié.

M. Duchesneau avait été embauché en février 2010 comme patron d’une nouvelle Unité anti-collusion (UAC) au ministère des Transports. Le 6 septembre, l’UAC avait été englobée dans l’UPAC. Toujours dirigée par M. Duchesneau jusqu’à ce matin, l’UAC avait vu son mandat élargi, mais avait été placée sous les ordres du directeur des opérations de l’UPAC, Gilles Martin.

Une dizaine de jours après ce rattachement de l’UAC à l’UPAC, le rapport de M. Duchesneau sur la corruption et la collusion dans l’industrie de la construction faisait l’objet d’une fuite à Radio-Canada. Celle-ci a forcé le gouvernement à réagir. M. Duchesneau a comparu le 27 septembre en commission parlementaire où il avait repris son discours de l’automne 2009 sur la nécessité d’une enquête publique sur l’industrie de la construction en proposant toutefois une formule modifiée, comprenant une grande partie à huis clos.

C’est en entrevue à La Presse que M. Duchesneau a livré le fond de sa pensée sur l’organisme auquel il faisait partie et sa direction: «L'UPAC, c'est pas fort. Ils pensent police. Il faut regarder le problème avec une lunette autre que policière et judiciaire. Et ce n'est pas un policier qui devrait être à la tête de l'UPAC, mais plutôt un juge à la retraite comme John Gomery.»

La déclaration avait ulcéré M. Robert Lafrenière. Le 3 octobre, lors d’une conférence de presse visant à tracer un bilan des six premiers mois de l’UPAC, il s'était ouvert sur le sujet. Il avait aussi à ce moment-là annoncé qu’il souhaitait rencontrer M. Duchesneau dans le but d’avoir avec lui une discussion «franche».

Peu de temps après cette rencontre, l’ancien chef du SPVM était parti en vacances, selon lui prévues depuis longtemps et liées au mariage de son fils à l’étranger. Mais depuis son retour au pays, les vacances de M. Duchesneau, qui devaient ne durer que deux semaines, se sont allongées.

L’ancien patron du Service de la police de la ville de Montréal (SPVM) avait annoncé qu’il quitterait la tête de l’UAC à la fin de son contrat en mars. À l’article 2 du contrat d’embauche de M. Duchesneau, signé le 19 mars 2010 et dont Le Devoir avait obtenu copie à l’époque, on pouvait lire: «Le présent contrat est consenti pour une période de vingt-quatre (24) mois, renouvelable pour une période de douze (12) mois à la demande du ministre, débutant à la signature du contrat par les deux parties.» Le salaire annuel de M. Duchesneau, de 203 942 $, était supérieur à celui du premier ministre. Il avait aussi reçu un montant forfaitaire de 25 000 $ incluant «tous les frais directs et indirects pour les travaux de préparation de l’unité».

Dutil, muet mais responsable?

Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, a indiqué ce matin qu’il ne fera aucun commentaire, invoquant l’indépendance de l’UPAC. Toutefois, dans le contrat de M. Duchesneau la clause prévoyant sa résiliation faisait du ministre des Transports le responsable de toute résiliation ou suspension. «Le ministre se réserve également le droit de résilier ce contrat sans qu’il soit nécessaire pour lui de motiver la résiliation», peut-on lire à l’article 12.2. Fait à noter, aucune indemnité n’était prévue : «Le contractant aura droit aux frais, déboursés et sommes représentant la valeur réelle des services rendus jusqu’à la date de la résiliation du contrat, […] sans autre compensation ni indemnité que ce soit et ce, à la condition qu’il remette au ministre tous les travaux déjà effectués au moment de la résiliation.»

Réactions des oppositions

Le critique péquiste en matière de Sécurité publique, Stéphane Bergeron, estime qu’«à l’évidence, M. Duchesneau vient d’être congédié pour avoir trop parlé et indisposé le gouvernement libéral». M. Bergeron soutient que déjà, l’UPAC peine à recruter du personnel depuis sa mise sur pied en mai 2011. «Il est pour le moins étonnant qu’elle se paie le luxe de mettre à la porte le chef de l’Unité anticollusion […]. C’est un drôle de message, car rien n’est réglé, loin de là», a poursuivi le député de Verchères.

Dans un communiqué, le député de Québec solidaire Amir Khadir a eu ces mots : «L’UPAC reproche à M. Duchesneau son manque de loyauté, poursuit le député de Mercier. Or, M. Duchesneau a fait preuve d’une grande loyauté envers le Québec. On souhaiterait en voir autant de la part de tous les détenteurs de charges publiques, notamment du premier ministre.»

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

38 commentaires
  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 28 octobre 2011 13 h 12

    Ça sent mauvais

    Tout ce qui touche au gouvernement de JJ Charest sent mauvais.

  • northernbud - Inscrit 28 octobre 2011 13 h 23

    On tire sur le messager

    Mais pour reprendre une expression utilisée ce matin dans un autre journal : "la pâte à dents est sortie du tube".
    Il est trop tard pour les libéraux ; on sait très bien que la magouille opère grâce à leur bénédiction depuis des années.
    Votre parti va subir le même sort que le PLC et ça sera tant mieux.

  • NL - Inscrit 28 octobre 2011 13 h 24

    C'est bien clair...

    ... que quelqu'un qui discrédite publiquement le travail de ses collègues a de fortes chances de se faire remercier. Tout ce qu'il y a de plus normal.

  • Pierrette L. Ste Marie - Inscrit 28 octobre 2011 13 h 30

    Ça vous étonne?

    Il N'y avait qu'à entendre Robert Lafrenière...
    Il a maintenant les 2 mains sur le volant.et on la boucle.

    Je suis fière de l'intervention de monsieur Duchesneau. Il nous reste encore des espoirs de moments de démocratie.

  • Rodrigue Guimont - Inscrite 28 octobre 2011 13 h 50

    La preuve est maintenant faite que nous sommes en présence d'une police politique

    Les polices politiques sont utilisés pour maintenir le pouvoir en place. C'est une police qui fonctionne dans le secret parallèlement au lieu public. Son but est de cacher et de protéger le pouvoir.