Infrastructures: Québec divulguera tous les rapports d'inspection

Le nouveau ministre des Transports, Pierre Moreau, a rendu publics hier les rapports d'inspection et les analyses sur l'état du pont Honoré-Mercier qui révèlent que la structure continue de se dégrader en raison de la corrosion. Le ministre a du même coup annoncé son intention de mettre à la disposition des citoyens tous les rapports d'inspection des infrastructures qui relèvent du ministère des Transports du Québec (MTQ) pour que les citoyens puissent juger eux-mêmes de leur état.

Les rapports dévoilés hier concernant le pont Honoré-Mercier font état d'une dégradation plus rapide que prévu de la structure du côté amont dont la construction remonte à 1930 — alors que la structure du côté aval a été érigée en 1960. L'âge de la structure, les sels de déglaçage et la circulation intense seraient à la source de cette détérioration accélérée.

Le pont Honoré-Mercier avait pourtant fait l'objet d'une inspection générale en 2007, et des travaux avaient été entrepris par la suite, mais le ministre Moreau a indiqué que ce sont les ouvriers et les ingénieurs présents sur le site qui ont donné l'alarme plus tôt cette année. Une nouvelle inspection a été réalisée et, à la suite d'évaluations plus approfondies, le MTQ a décrété la fermeture de deux voies le 14 juin dernier. «On n'était pas au point d'effondrement de la structure, a insisté M. Moreau. Avec leurs analyses, les ingénieurs ont fait le constat qu'on allait franchir la marge de sécurité. [...] Dans une structure plus vieille, la rapidité de la dégradation peut être plus difficile à percevoir.»

Les centaines de pages de documents remis aux médias hier contiennent des descriptions alarmantes de certains éléments du pont comme la «corrosion avec perte de matériau importante à très importante jusqu'à perforation». Une lettre de la firme Dessau datée du 5 septembre indique par ailleurs que tous les travaux prioritaires ont été effectués, ce qui a permis l'ouverture d'une voie le 6 septembre. D'autres travaux sont en cours et pourraient se poursuivre pendant trois à quatre ans. D'ici décembre, le MTQ entend ouvrir la quatrième voie à la circulation. Tous ces travaux prolongeront de 25 à 30 ans la durée de vie du pont, espère-t-on au MTQ.

Dans la même missive, Dessau signale toutefois que la peinture devra être refaite, car elle n'offre plus de protection adéquate. «Si les travaux de peinture ne sont pas complétés d'ici décembre 2012, la dégradation des éléments d'acier pourrait à nouveau affecter la capacité du pont et par le fait même la sécurité des usagers», note Dessau.

Rapports sur Internet

Alors que son prédécesseur, Sam Hamad, avait maintes fois refusé de rendre publics les rapports d'inspection du pont Honoré-Mercier, le ministre Moreau a fait le pari de la «transparence». Il a annoncé hier que tous les documents relatifs aux inspections des quelque 5200 structures relevant de Québec seraient mis à la disposition du public sur le site Internet du MTQ à compter du mois d'octobre.

Conscient que les photos montrant des éléments du pont couvert de rouille et de fissures ne sont pas de nature à rassurer la population, le ministre a fait valoir qu'«il faut faire confiance aux gens» et que les explications accompagnant les rapports d'inspection leur permettront de mieux comprendre l'état des structures. «Il faut voir derrière la rouille. C'est ça le travail des ingénieurs», a-t-il dit. Une énorme lézarde peut être moins dangereuse qu'une fissure d'un millimètre apparue à un endroit stratégique, a fait valoir le ministre.