La Caisse de dépôt et placement a «perdu son âme»

Pauline Marois en conférence de presse, hier, à son bureau montréalais
Photo: - Le Devoir Pauline Marois en conférence de presse, hier, à son bureau montréalais

Pauline Marois n'est pas tendre à l'endroit de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Elle l'accuse carrément d'avoir «perdu son âme» en acceptant d'accorder un prêt de 211 millions de dollars à la multinationale Kruger afin de lui permettre d'agrandir son usine de Memphis, aux États-Unis, au lieu de celle de Crabtree, au Québec.

Kruger aurait pris contact avec la Caisse de dépôt en décembre 2010 en lui demandant de participer au financement d'un projet d'agrandissement de son usine américaine située au Tennessee, un projet qui devrait créer une centaine d'emplois. Elle avait auparavant mené des discussions avec Investissement Québec, qui souhaitait attirer ces emplois dans Lanaudière.

Mais selon le géant du secteur des produits de papier, l'usine de Crabtree avait déjà été écartée des plans. L'entreprise s'est justifiée en prétextant le développement de ses marchés au sud de la frontière, les coûts de transport et la force du dollar canadien. Kruger a aussi reçu une aide financière en crédits d'impôt de l'ordre de 45 millions de la part des autorités de la région de Memphis.

«Je ne blâme pas Kruger, a dit Mme Marois hier. Mais la Caisse de dépôt a une responsabilité. À partir du moment où l'argent de nos fonds de retraite sert à délocaliser des emplois, la Caisse de dépôt montre qu'elle a perdu son âme.»

Selon elle, la Caisse «devrait toujours prioriser les investissements au Québec, pour soutenir l'emploi et la création d'entreprises au Québec. Bien sûr, elle peut participer à des investissements à l'étranger en permettant à des entreprises de se développer ailleurs, mais quand il y a un choix entre investir au Québec ou investir à l'étranger pour une même entreprise, elle devrait nettement prioriser l'investissement au Québec. On ne voit pas pourquoi elle n'aurait pas rendu conditionnel son prêt à Kruger au fait que l'entreprise investisse à Crabtree au lieu de Memphis.»

Revoir le mandat

D'autant que, dans ce cas précis, l'usine est située dans la région de Lanaudière. Or, cette région a appris en décembre 2010 que la multinationale Electrolux fermerait son usine de L'Assomption. Plus de 1300 personnes doivent perdre leur emploi d'ici 2013. Dans ce cas, Memphis et le Tennessee ont déboursé pas moins de 132 millions en aide publique pour l'attirer.

La chef du Parti québécois a donc réitéré sa volonté de revoir le mandat de la Caisse. «Il faut revenir au mandat qui priorisait le développement économique du Québec», a-t-elle souligné. Dans les années 80, Jean Campeau, alors président-directeur général de la Caisse, en avait fait une priorité.

Le coleader de la Coalition pour l'avenir du Québec, François Legault, souhaite quant à lui que la Caisse en fasse plus pour créer de nouveaux sièges sociaux, alors que seulement 11 % de ses placements sont au Québec. «On veut une économie de propriétaires plutôt qu'une économie de succursales», a dit M. Legault au début de l'été.

Quelques heures après la sortie de Mme Marois, la direction de la Caisse a tenu à défendre sa décision par voie de communiqué. Rappelant les arguments avancés par Kruger, l'institution a souligné que «pour la Caisse, il s'agissait d'une occasion d'affaires intéressante visant à procurer des rendements attrayants à ses déposants au Québec tout en appuyant une entreprise québécoise visant à consolider sa présence sur le marché nord-américain».

À voir en vidéo