Effondrement sur l'autoroute Ville-Marie - Transports Québec avait négligé l'inspection des assises

Un rapport de SNC-Lavalin précise que la solidité des assises des poutres soutenant les paralumes n’avait pas été vérifiée. <br />
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Un rapport de SNC-Lavalin précise que la solidité des assises des poutres soutenant les paralumes n’avait pas été vérifiée.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) n'avait pas inspecté la solidité des assises des poutres soutenant les paralumes du tunnel Viger de l'autoroute 720 Est avant l'effondrement survenu le 31 juillet, contrairement à ce qu'il laissait entendre.

Un rapport rédigé par la firme SNC-Lavalin et intitulé «Évaluation de la capacité portante du système de paralumes — Tunnel Viger direction Est», laisse entendre que la solidité des poutres et paralumes était sécuritaire, mais ses auteurs précisent qu'ils n'ont pas étudié la solidité des assises.

Les auteurs rappellent à deux reprises que «les appareils d'appui et les murs supportant les poutres sont exclus du mandat» d'analyse en plus d'indiquer que les «appareils d'appui des paralumes doivent être inspectés et une cote de comportement doit leur être donnée».

Des déficiences

Publié en ligne vendredi, le document, qui date de janvier dernier, souligne également certaines déficiences des paralumes. Il mentionne notamment que les paralumes n'ont aucune armature transversale pour le cisaillement.

Le rapport signale également que l'inspection générale de l'ouvrage en 2008 avait révélé «des signes de délaminage ainsi que des fissures diagonales de cisaillement dans les zones d'appui de ces poutres».

À la suite de l'effondrement, au cours de plusieurs points de presse, le ministre des Transports, Sam Hamad, et sa sous-ministre, Anne-Marie Leclerc, ont affirmé que la structure même du tunnel avait été inspectée.

Ils assuraient notamment que le rapport montrait que l'ouvrage ne souffrait d'aucune déficience.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

9 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 23 août 2011 00 h 27

    COMME D'HABITUDE, TOUTE LA JOURNÉE...

    Le ministre des transports ainsi que ses subalternes jouent à faire semblant.
    COMME D'HABITUDE, ils vont nous en sortir des belles et des pas mûres. Mensonges pour mensonges, le parti libéral a toutes les capacités...
    COMME D'HABITUDE les structures vont continuer à tomber tomber.

    COMME D'HABITUDE, il y a des plusieurs zigotaux qui vont continuer à voter pour eux

    COMME D'HABITUDE, je vais voter pour tout autre parti que les libéraux

  • François Dugal - Inscrit 23 août 2011 07 h 44

    Une question parmi tant d'autres

    Si «l'ouvrage ne souffrait d'aucune déficience», pourquoi est-il tombé, se demande le citoyen incrédule?

  • toujoursopti - Inscrit 23 août 2011 08 h 16

    Gouvernement déconnecté.

    Un Gouvernement qui ne voit pas à la sécurité des gens qui l'on mis au pouvoir, et qui cache la vérité pour nous dire que l'on comprendrait rien, si on savait, je dis tout simplement sans cachette, LA DÉMISSION EN BLOC. Rien de moins, j'espère que vous, du Gouvernement vous comprendrez. Ou, comme dit si bien un certain M. Jean-Marc Fournier, comme une vrai marmotte, vous connaissez très bien la cachette.

  • Claude Kamps - Inscrit 23 août 2011 08 h 39

    Je ne veux pas excusez le ministère et sa «soumission la plus basse et la plus idiote»

    ni ce ministère qui est comme le gouvernement meilleur pour cultiver des patates que de gouverner, ne fusse qu'une ville comme Montréal..

    Mais je ne comprends pas l'éthique de ces bureaux d'ingénieurs, quand on me fait un scan pour l'estomac, si on remarque une anomalie au coeur on en prend soin...

    Dans ce monde de rapport étroit entre l'argent, la politique et leurs analyses et rapports, il me semble que de faire un petit bout de chemin sur les support de poutre aurait été de mise !!!

    En fait, c'est encore la stratégie du plus bas soumissionnaire idiot qui a suggérer de demander un «budget supplémentaire» pour une analyse qui sans doute avait été faite en même temps que les poutres... Et voila pourquoi nos travaux sont plus chère de 30% que ceux des voisins...

    Le chemin de fer de l'est en est encore la preuve, comme le métro de Laval, on part un projet sachant bien qu'on oublie des gares ou quelques kilomètres de ligne pour faire paraître le projet moins dispendieux..

    Avec internet, c'est plus possible d'en passer une vite, plusieurs «pensionnés» sont des connaissant....

    C'est pas rien que le gouvernement qu'il faut changer, mais l'esprit de la fonction publique et rendre les gens, malgré les syndicats, responsable de leurs décisions....

  • Jean_Yves - Abonné 23 août 2011 09 h 49

    Fausse piste, l'assise n'a pas céder toute seule...

    L’effondrement n’est en rien causé par la faiblesse des assises.

    L’effondrement est strictement causé par la destruction de l'assise par les travaux qui étaient effectués.

    Et une photo vaut mille mots…
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/enprofondeur/

    La responsabilité est donc à partager entre les ingénieurs qui ont planifié/surveillé les travaux et le contracteur qui les a exécutés.