Appel aux «amis démissionnaires»

Un collectif regroupant des souverainistes convaincus, dont l’ex-ministre péquiste Jacques-Yvan Morin et l’ex-président de la FTQ Fernand Daoust appelle les dissidents à se ranger derrrière Pauline Marois.
Photo: Agence Reuters Christinne Muschi Un collectif regroupant des souverainistes convaincus, dont l’ex-ministre péquiste Jacques-Yvan Morin et l’ex-président de la FTQ Fernand Daoust appelle les dissidents à se ranger derrrière Pauline Marois.

Alors que le Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ) s'apprête à tenir demain sa première rencontre au Cégep Saint-Laurent, un groupe de souverainistes et un député du Saguenay en appellent séparément au regroupement à travers deux lettres à retrouver sur notre site Internet.

Dans une lettre adressée hier aux médias, un collectif d'auteurs souverainistes, dont l'ancien ministre Jacques-Yvan Morin, en appelle également à la réunion au sein du PQ. «Le PQ constitue la coalition par excellence où se rejoignent la gauche et la droite pour gouverner le Québec avec compétence et rigueur et diriger celui-ci vers son indépendance politique.» Bien que le courrier s'adresse en priorité «à nos amis démissionnaires», les auteurs souhaitent s'adresser plus largement «à toutes ces personnes qui ont à coeur les intérêts supérieurs du Québec et qui souhaitent son accession à l'indépendance. [...] Vos propos ont déjà porté. Collectivement et regroupés, nous serons plus forts que divisés et désunis: c'est le Québec qui en sortira gagnant».

Dans un courrier adressé au Devoir, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, s'insurge cette fois contre les termes «usé» et «confus» que le NMQ utilise pour décrire le PQ. «Nous voulons faire du Québec l'un des leaders du XXIe siècle en énergie renouvelable! Et je serais "usé et confus"? Voyons donc!»

Le 16 août dernier, le NMQ, qui regroupe 77 souverainistes déçus du PQ, publiait le manifeste Internet «Brisons l'impasse». Le groupe y critique vertement le PQ ainsi que la Coalition pour l'avenir du Québec de François Legault. Pour les signataires, le PQ «apparaît aujourd'hui usé, confus dans ses interventions et banalisé par le public et les médias à la moindre action qu'il pose». Pour M. Gaudreault en revanche, le PQ est «tout le contraire». Dans sa lettre, ce dernier fait le point sur les nouvelles idées du PQ, dont certaines sont également proposées par le MNQ: électrification des véhicules, élections à date fixe, ou commission d'enquête publique sur la corruption. «Il y a beaucoup de points de convergence entre les propositions du NMQ et le nouveau programme du parti.»

Le député conclut sa lettre par un appel à l'unité, invitant «les signataires du manifeste [...] à passer à l'action politique au sein du Parti québécois», seule solution pour «proposer à la population de faire du Québec un pays».

À voir en vidéo