Nouveau Mouvement pour le Québec: un groupe parmi d'autres, selon Marois

Pauline Marois
Photo: La Presse canadienne (photo) Francis Vachon Pauline Marois

Le Nouveau Mouvement pour le Québec, fondé cet été par un groupe de souverainistes qui ont décidé de tourner le dos au Parti québécois, n'est qu'un mouvement indépendantiste «parmi d'autres» selon la chef péquiste, Pauline Marois.

Elle a indiqué aujourd'hui en entrevue à la Presse canadienne, qu'il y avait 40 ou 45 mouvements indépendantistes dans la province et que celui qui a défrayé les manchettes cette semaine ne fera que s'ajouter à ceux-ci. «C'est un 46e, un 41e, c'est tout», a-t-elle expliqué.

Mais Pauline Marois se défend de le minimiser. «Je n'ai pas à le minimiser ou pas, d'abord je vais voir de quoi il aura l'air», a soutenu la chef.

Elle dit par ailleurs n'avoir aucune objection à voir de nouveaux groupes indépendantistes émerger comme le Nouveau Mouvement pour le Québec et qu'au contraire, cela donne un coup de pouce au PQ pour la réalisation de la souveraineté.

«Plus il y aura de mouvements souverainistes, plus il y aura de gens qui discuteront de la souveraineté et plus cela permettra au Parti québécois, qui lui veut la réaliser, de pouvoir le faire à partir du moment où l'on formera un gouvernement», a soutenu Mme Marois.

«Et donc tous les mouvements qui vont chercher à ranimer le projet de pays, moi, je n'ai pas de malaise avec ça», a-t-elle ajouté.

Les députés démissionnaires du PQ, Pierre Curzi, Jean-Martin Aussant, Lisette Lapointe et Louise Beaudoin, ont appuyé publiquement l'initiative. Certains assisteront à la première assemblée du mouvement qui aura lieu le 21 août. Le groupe devrait aussi rendre public son manifeste la semaine prochaine.

«C'est leur choix, a dit Mme Marois. Ils ont décidé qu'ils préféraient être dans un mouvement plutôt que d'aller vers le pouvoir et former un gouvernement souverainiste.»

«Ils ont déjà fait défection, du moins pour leur participation à la députation du Parti québécois. Mais à partir de là, qu'ils fassent la promotion de la souveraineté, quant à moi ça ne me dérange pas, au contraire, je crois que c'est la responsabilité des gens qui croient au pays du Québec», a conclu Pauline Marois, qui prendra part aujourd'hui et demain à Montréal des activités entourant les célébrations de la Fierté Montréal.

À voir en vidéo